• December 15, 2019
0 Comments

print
Un autre évêque catholique Nigérian a rejoint ses compatriotes qui font campagne contre un projet de loi visant à réglementer l’engagement des citoyens sur les médias sociaux, qualifiant cette tentative de «tentative de rapprochement totalitaire» dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

“Ce projet de loi est redondant, obsolète, superflu et frauduleux”, a déclaré l’évêque Matthew Hassan Kukah, évêque du diocèse de Sokoto, au Nigéria, dans un communiqué, dans un communiqué publié le 27 novembre par le Catholic News Service of Nigeria.

«Nous allons le combattre avec toute notre énergie. Le yaourt pourri est commercialisé au-delà de sa date de péremption. Nous devrions le rejeter comme une tentative totalitaire de circonscrire notre liberté durement gagnée », a déclaré Mgr Kukah, déplorant que le projet de loi proposé ne vise pas« à punir ceux qui offensent, mais ceux qui offensent le gouvernement ou ceux au gouvernement ».

Le mardi 5 novembre, le Sénat nigérian a réintroduit le «Projet de loi 2019 sur la protection contre la fausseté sur Internet et les manipulations», qui réglementera l’utilisation des médias sociaux dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Le projet de loi avait été examiné pour la première fois en 2015, mais n’avait pas été adopté à la suite d’un tollé général.

Le projet de loi interdit les déclarations sur les médias sociaux «susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale» et «celles qui peuvent diminuer la confiance du public» dans le gouvernement du Nigéria.

Le projet de loi vise également à «permettre aux organismes chargés de l’application de la loi d’ordonner aux fournisseurs de services Internet de désactiver l’accès à Internet».

Le ministre nigérian de l’Information et de la Culture, Alhaji Lai Mohammed, aurait déclaré aux médias locaux: «Le Syndicat national des journalistes (NUJ), la Guilde des rédacteurs en chef et leurs membres ont plus à gagner avec le plan du gouvernement fédéral pour assainir l’espace réservé aux médias sociaux».

En réaction aux propos du responsable gouvernemental, Mgr Kukah a déclaré: «L’indignation récente du ministre de l’Information, M. Lai Mohammed, au sujet de la réaction du public au projet de loi sur les médias sociaux, illustre bien ce que je veux dire, à savoir que les démocrates eux-mêmes apprécient le fardeau énorme qui accompagne la revendication aujourd’hui. “

“M. Mohammed a gravi les échelons moraux, affirmant qu’il était motivé par des valeurs élevées et nobles consistant à protéger le reste d’entre nous d’un épouvantail planétaire du mal, les médias sociaux. C’est une clôture de faible hauteur érigée pour cacher la construction d’un mur de tyrannie, de fascisme et de totalitarisme », a ajouté Mgr Kukah, président épiscopal de la Commission, Mission et dialogue à la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (RCCS). dans sa déclaration.

Tout en reconnaissant les dangers posés par les médias sociaux, le prélat nigérian a posé la question suivante: «Si le gouvernement souhaite aborder cette question de manière légale et ouverte, pourquoi devrait-il avoir peur d’un débat public? Quand les médias sociaux sont-ils devenus sinistres aux yeux du gouvernement? Est-ce après que le même gouvernement l’ait utilisé qu’ils se rendent compte maintenant que c’était bon pour eux, mais mauvais pour le reste d’entre nous maintenant?

Dans sa déclaration, le dirigeant de l’Église a proposé que les dangers posés par les médias sociaux soient abordés «par le biais de l’éducation, du débat ouvert et du transfert de connaissances».

«Nous devons tous admettre que la technologie est là pour rester. Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’essayer de le faire fonctionner pour nous », a-t-il répété.

Selon lui, “l’avenir de l’emploi est là (médias sociaux) et tout ce que nous avons à faire est d’élargir les frontières de l’imagination de nos jeunes pour leur permettre d’explorer un avenir qui puisse nous rendre plus sûr et prospère”.

«Nous savons que le feu brûle et que des personnes se noient dans l’eau. Devrions-nous donc limiter l’utilisation de l’eau et du feu ou devrions-nous asseoir les enfants et expliquer les dangers inhérents à la bonté de l’eau et du feu?

«Notre véritable défi est la honte qui nous afflige maintenant à cause d’années de négligence. Un peuple si mal gouverné utilisera n’importe quoi pour exprimer sa frustration et, malheureusement, c’est ce qui nous rend tous victimes du discours de haine », a déclaré Mgr Kukah.

«La plus grande expression de haine est celle de ceux qui utilisent le pouvoir entre leurs mains pour nous diviser en favorisant ou en excluant les autres en fonction de leur religion, de leur sexe, de leur affiliation politique ou de leur classe sociale. Ils sont la véritable raison pour laquelle notre peuple est resté diminué. »A décrié le prélat nigérian.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx  Pére George Nwachukwu… Directeur de la Cmommunication…

Another Nigerian Catholic Bishop has joined his compatriots who are campaigning against a proposed bill seeking to regulate citizen engagement on social media terming the attempt a “short walk to totalitarianism” in Africa’s most populous country.

“This Bill is redundant, stale, superfluous and a fraud,” Bishop Matthew Hassan Kukah of Nigeria’s Sokoto diocese expressed his outright rejection of the proposed bill in a statement published by the Catholic News Service of Nigeria November 27.

“We will fight it with all our energy. It is rotten yogurt being marketed beyond its expiration date. We should reject it as a totalitarian attempt to circumscribe our hard-earned freedom,” Bishop Kukah stated, lamenting that the proposed bill does not seek “to punish those who offend, but those who offend the government or those in government.”

The Nigerian Senate on Tuesday, November 5 re-introduced the ‘Protection from Internet Falsehood and Manipulations Bill 2019’ that will regulate the use of social media in the West African nation. The bill was first considered in 2015 but failed to pass into law after public outcry.

The bill prohibits statements on social media “likely to be prejudicial to national security” and “those which may diminish public confidence” in Nigeria’s government.

The bill also seeks to “allow law enforcement agencies to order internet service providers to disable internet access.”

Nigeria’s Minister of Information and Culture, Alhaji Lai Mohammed has been quoted telling local media, “The National Union of Journalists (NUJ), Guild of Editors and their members have more to gain with the Federal Government’s plan to sanitise the social media space.”

Reacting to the government official’s remarks, Bishop Kukah stated, “the recent outrage by the Minister of Information, Mr. Lai Mohammed over public reaction to the Social Media Bill, is illustrative of the point I am making, namely, that not all who call themselves democrats appreciate the enormous burden that goes with the claim today.”

“Mr. Mohammed has climbed a moral high horse, claiming that he is motivated by higher and noble values of protecting the rest of us from a hovering scarecrow of evil, the social media. This is a low-level fence erected to hide the construction of a wall of tyranny, fascism, and totalitarianism,” Bishop Kukah who is also the Episcopal Chair for the Commission, Mission & Dialogue at the Catholic Bishops’ Conference of Nigeria (CBCN) added in his statement.

While acknowledging the dangers posed by social media, the Nigerian Prelate posed, “Should the government wish to address this matter legally and openly, why should they be afraid of a public debate? When did social media become sinister in the eyes of the government? Is it after the same government used it that they now realize that it was good for them, but bad for the rest of us now?”

In his statement, the Church leader has proposed that the dangers posed by the social media be addressed “by way of education, open debate and transfer of knowledge.”

“We must all concede that technology is here to stay. All we can do is to try to make it work for us,” he reiterated.

In his considered view, “the future of employment lies there (social media) and all we need to do is to extend the frontiers of the imagination of our youth to enable them explore a future that can make us safer and prosperous.”

“We know that fire burns and people drown in water. Should we therefore restrict the usage of water and fire or should we sit the children down and explain the dangers inherent in the goodness of water and fire?” he probed.

“Our real challenge is the shame that now afflicts us due to years and years of neglect. A people so badly governed will use anything to express their frustration and sadly, this is what makes us all victims of hate speech,” Bishop Kukah said.

“The greatest expression of hate is those who use the power in their hands to divide us by favoring or excluding others based on religion, gender, political affiliation or social class. They are the real reason why our people have remained diminished.” the Nigerian Prelate lamented.

 

 

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top