• April 4, 2020
0 Comments

print

Une triste information parvenue il y a quelques minutes à l’agence de presse RECOWACERAO indique qu’un prêtre catholique kenyan a été testé positif au COVID-19 jours après son retour d’Italie, le pays le plus touché par le virus mortel, une confirmation qui a suscité des inquiétudes que le religieux pourrait avoir infecté plusieurs personnes dans le pays d’Afrique de l’Est depuis qu’il a défié la directive d’auto-quarantaine de 14 jours du gouvernement.

Au moment du dépôt de cette nouvelle, l’agence de presse RECOWACERAO a rassemblé que les responsables de la santé dans le comté de Siaya ont lancé une recherche d’un nombre inconnu de personnes qui ont interagi avec le prêtre qui est récemment revenu de Rome et a depuis été testé positif pour le coronavirus.

Fr. Richard Oduor a été transporté à l’hôpital vendredi 20 mars «après de la fièvre et des vomissements» et le rapport de son test positif pour le nouveau coronavirus a rendu public dimanche 22 mars, deux prêtres qui l’ont accueilli l’ont déclaré dans un message collectif.

Il avait atterri à l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) du Kenya le 12 mars de Rome et après avoir «passé tous les tests pour COVID-19 à JKIA», il a rejoint le père. Bosco Kamau et le p. Anthony-Mario Egbunonu, tous deux membres de la Saint Patrick’s Society (SPS) qui exerce ses fonctions à la paroisse catholique Holy Family, Utawala, de l’archidiocèse de Nairobi, a révélé le duo dans leur déclaration du lundi 23 mars vue par ACI Africa.

Défiant la directive du gouvernement du Kenya pour que tous les voyageurs arrivant dans le pays observent un auto-isolement de deux semaines, le père. Richard, qui est actuellement isolé à l’hôpital Mbagathi, l’établissement gouvernemental basé à Nairobi pour les patients COVID-19, a eu de multiples contacts directs avec différentes personnes.

“Après avoir passé la nuit dans la maison paroissiale, il s’est rendu le vendredi 13 mars pour assister à des funérailles à Ugunja dans le comté de Siaya”, ont expliqué les deux prêtres qui ont accueilli le père. Richard a raconté dans son message du lundi 23 mars, rappelant le voyage de 430 kilomètres qu’il avait fait en public le jour même où le gouvernement du Kenya a annoncé le premier cas de COVID-19.

L’enterrement, qui a eu lieu dans le village de Kinda de la paroisse St. Joseph’s Ugunja, dans l’archidiocèse de Kisumu au Kenya, était de la mère d’une religieuse de la congrégation religieuse des sœurs franciscaines de St. Anna (FSSA).

Contrairement aux informations publiées dans les médias locaux au Kenya, le père Richard a présidé la messe des funérailles et qu’il a visité le couvent de la FSSA à Lwak, ACI Africa a compris qu’il avait concélébré à la messe et qu’il n’avait pas visité le couvent.

Compte tenu de l’humeur générale dans le pays après la confirmation du premier cas de COVID-19 au Kenya, les deux prêtres SPS se sont rappelés avoir demandé: Richard doit rester chez lui à Kisumu pendant 14 jours et s’auto-mettre en quarantaine, mais il a insisté sur le fait qu’il voulait revenir »à Nairobi.

“A son arrivée le lundi 16, nous l’avons immédiatement emmené dans une pièce à l’arrière de l’enceinte paroissiale (qui était autrefois un magasin) et nous l’avons isolé”, a expliqué le père. Bosco et Fr. Anthony-Mario a déclaré, ajoutant qu’ils ne permettaient pas au père. Richard pour célébrer la messe en public à la paroisse.

«Malheureusement, même si nous nous sommes assurés que le père. Richard était isolé, nous avons appris que pendant sa période d’isolement / quarantaine, il avait (de son propre gré) rendu visite à des amis », ont encore révélé les prêtres, faisant craindre que le père. Richard aurait pu propager le virus au Kenya où le gouvernement a signalé 16 cas de COVID-19.

Avec l’aide du Père. Richard, une équipe de personnel de santé au Kenya, retrace les différentes personnes avec lesquelles il aurait pu interagir ces derniers jours.

“Les officiers de santé ont été envoyés dans toutes les zones où l’on pense que le prêtre s’est rendu pour en limiter la propagation”, a déclaré le commissaire du comté de Siaya au Kenya, Michael Ole Tialal.

Fr. Bosco et Fr. Anthony-Mario a proposé de se faire tester pour le virus le mardi 24 mars même s’ils disent avoir «pris toutes les précautions et évité tout contact avec lui tout au long de la semaine».

Ils ont également décidé de se mettre en quarantaine pour les 14 prochains jours.

«S’il vous plaît, prions les uns pour les autres alors que nous continuons à prendre les précautions nécessaires et à nous protéger ainsi que nos proches», ont imploré les deux religieux dans leur message collectif.

Selon Mutahi Kagwe, secrétaire du cabinet du Kenya pour la santé, 626 personnes qui étaient en contact avec ceux qui ont été testés positifs pour COVID-19 ont été retrouvées.

Parmi les nombreuses mesures prises par le gouvernement, citons la suspension des vols internationaux à partir du mercredi 25 mars, l’arrêt des rassemblements publics, y compris religieux, et les passagers arrivant dans le pays avant mercredi subissant une «quarantaine obligatoire à leurs frais dans certains hôtels ou à installations approuvées par le gouvernement », entre autres mesures.

xxxxxxxxxxx

A piece of sad information reaching RECOWACERAO NEWS AGENCY a few minutes ago indicated that a Kenyan Catholic priest has tested positive for COVID-19 days after returning to his country from Italy, the country most hit by the deadly virus, a confirmation that has raised concerns that the cleric might have infected multiple people in the East African country since he defied the government 14-day self-quarantine directive.

At the time of filing this news, RECOWACERAO NEWS AGENCY gathered that the Health officials in Siaya County have launched a search for an unknown number of people who interacted with the priest who recently returned from Rome and had since tested positive for coronavirus.

Fr. Richard Oduor was taken to the hospital Friday, March 20 “after some fever and vomiting” and the report of his having tested positive for the new coronavirus make public on Sunday, March 22, two priests who hosted him have stated in a collective message.

He had landed back at Kenya’s Jomo Kenyatta International Airport (JKIA) March 12 from Rome and having “passed through all the tests for COVID-19 at JKIA” proceeded to join Fr. Bosco Kamau and Fr. Anthony-Mario Egbunonu, both members of Saint Patrick’s Society (SPS) ministering at the Holy Family Catholic Parish, Utawala of the Archdiocese of Nairobi, the duo have disclosed in their Monday, March 23 statement seen by ACI Africa.

Defying the Kenya government directive for all travelers arriving in the country to observe a two-week self-isolation, Fr. Richard who is currently in isolation at Mbagathi Hospital, the Nairobi-based government facility for COVID-19 patients, had multiple direct contacts with different people.

“After spending the night in the Parish house, he traveled on Friday the 13th of March to attend a funeral at Ugunja in Siaya County,” the two priests who hosted Fr. Richard has recounted in their Monday, March 23 message, recalling the 430 kilometer-journey he made by public means the very day the government of Kenya announced the first case of COVID-19.

The burial, which took place in the Kinda village of St. Joseph’s Ugunja Parish in Kenya’s Kisumu Archdiocese, was of the mother to a Nun of the religious congregation of the Franciscan Sisters of St. Anna (FSSA).

Unlike reports in local media in Kenya that Fr. Richard presided over the funeral Mass and that he visited the FSSA convent at Lwak, ACI Africa has gathered that he concelebrated at the Mass and did not visit the convent.

Considering the general mood in the country after the first case of COVID-19 in Kenya was confirmed, the two SPS priests have recalled asking “Fr. Richard to stay at his home place in Kisumu for 14 days and self-quarantine but he insisted he wanted to come back ”to Nairobi.

“On his arrival on Monday the 16th, we immediately took him to a room at the back of the parish compound (which was formerly a store) and isolated him there,” Fr. Bosco and Fr. Anthony-Mario have stated, adding that they did not permit Fr. Richard to celebrate Mass in public at the parish.

“Unfortunately, even though we made sure that Fr. Richard was in isolation, we learned that during his period of isolation / quarantine, he had (on his own volition) visited some friends,” the priests have further disclosed, raising fears that Fr Richard might have spread the virus in Kenya where the government has reported 16 cases of COVID-19.

With the help of Fr. Richard, a team of health personnel in Kenya is tracing the various people he might have interacted with in recent days.

“The health officers have been sent to all those areas where it’s believed that the priest visited to curb a further spread,” Kenya’s Siaya county commissioner, Michael Ole Tialal has been quoted as saying.

Fr. Bosco and Fr. Anthony-Mario have offered to get themselves tested for the virus on Tuesday, March 24 even though they say they “had taken all precautions and avoided contact with him throughout the week.”

They have also decided to quarantine themselves for the next 14 days.

“Please let us pray for each other as we continue to take the necessary precautions and protect ourselves and our loved ones,” the two religious clerics have implored in their collective message.

According to Kenya’s Cabinet Secretary for Health, Mutahi Kagwe, 626 people who were in contact with those who have tested positive for COVID-19 have been traced.

Among the raft of measures the government has taken include the suspension of international flights from Wednesday, March 25, stopping public gatherings including religious ones, and passengers arriving in the country before Wednesday undergoing a “mandatory quarantine at their own expense in selected hotels or at government-approved facilities, ”among other measures.

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top