• April 4, 2020
0 Comments

print

Amid the trauma occasioned by conflicting information issuing from that media, RECOWACERAO NEWS AGENCY has called on our Church leaders and great psychologists for assistance and counseling to our Catholic Christians in this moment of trial.

In Côte d’Ivoire, the number of cases of coronavirus was 80 people infected as of March 25. Faced with the growing psychosis, a priest psychotherapist has opened a call center for psychological assistance.

On March 23, Father Jean Messingue, a specialist in clinical psychology and acting director of the Theological Institute of the Company of Jesus (Itcj) in Abidjan, opened, in collaboration with Professor Médard Koua, director of the psychiatric hospital de Bouaké, a listening and telephone assistance center dealing with coronavirus and the psychosis it arouses.

“The aim is to strengthen the psychological assistance systems for people who feel the need to find appropriate responses to their emotional suffering and to the threats that the coronavirus poses to them,” said Messingue.

Côte d’Ivoire, which recorded its first case of covid-19 on March 11, now has 80 cases, including 55 new ones announced on March 24 and 25 by the Ministry of Health. The head of state who declared a state of emergency on Monday 23 March and instituted a curfew has further sensitized his compatriots to respect barrier gestures and sanitary measures.

Since its opening, the helpdesk and help desk has received dozens of calls from people seeking psychological help or information. “The nature of coronavirus, the modes of contamination and the lack of radical treatment, the measures of restriction and confinement, the images of mass deaths in Western hyper-specialized hospitals are all anxiety-provoking or even traumatic factors”, lamented Messingue.

Psychological disorders

In such a situation, the most frequent psychological disorders are diseases of fear, states of post-traumatic stress, obsessions, depressions, the use of psychoactive substances, etc., notes Professor Médard Koua, director of the psychiatric hospital. de Bouaké, who supervises this listening center with Father Messingue. “We are assessing the situation and offering first aid or psychological support for mild emotional problems. We then refer this person to a specialist if necessary. ”

“80% of situations are light and transient, says Professor Koua, and in this case, the psychological support is effective and sufficient.” According to him, “the absence of psychological support can delay or prevent a rapid recovery and a return to normal life.”

Twenty volunteers

Three telephone lines are open 24 hours a day, at the end of which two teams of volunteers try to provide the necessary assistance to each of the concerns. One composed of professionals from the Bouaké psychiatric hospital, and the other, 25 students from the Center for Professional Counseling and Clinical Pastoral Care (Copac), created by the Theological Institute of the Company of Jesus (Itcj). “These students have already followed the certification course in Initiation in the art of professional counseling,” assures Father Messingue. A preparatory phase on psychosocial crisis intervention has been carried out and each student takes an oral test. Professor Koua and I coordinate and supervise the telephone interventions. ”

Services are free, and Copac and Bouaké Psychiatric Hospital are responsible for the financial expenses necessary to set up and carry out the project. Since the telephone lines are not toll-free, “unfortunately those who call us must have sufficient call credits to hold an interview for 30 minutes on average. We have sometimes called those who don’t have it, but we won’t be able to do it for many for several weeks.”

Since the launch of this project, several psychologists have expressed their desire to join the team of volunteers. “We will contact them if necessary,” says Messingue.

xxxxxxxxxxxx

Au milieu du traumatisme occasionné par des informations contradictoires provenant de ces médias, la RECOWACERAO NEWS AGENCY a appelé nos dirigeants de l’Église et nos grands psychologues à apporter assistance et conseil à nos chrétiens catholiques en ce moment d’épreuve.

En Côte d’Ivoire, le nombre de cas de coronavirus était de 80 personnes infectées au 25 mars. Face à la psychose croissante, un prêtre psychothérapeute a ouvert un centre d’appels pour une assistance psychologique.

Le 23 mars, le père Jean Messingue, spécialiste de psychologie clinique et directeur par intérim de l’Institut théologique de la Compagnie de Jésus (Itcj) à Abidjan, a ouvert, en collaboration avec le professeur Médard Koua, directeur de l’hôpital psychiatrique de Bouaké, une écoute et un centre d’assistance téléphonique traitant du coronavirus et de la psychose qu’il provoque.

“L’objectif est de renforcer les systèmes d’assistance psychologique pour les personnes qui ressentent le besoin de trouver des réponses appropriées à leurs souffrances émotionnelles et aux menaces que leur fait peser le coronavirus”, a expliqué le père Messingue.

La Côte d’Ivoire, qui a enregistré son premier cas de covid-19 le 11 mars, compte désormais 80 cas, dont 55 nouveaux annoncés les 24 et 25 mars par le ministère de la Santé. Le chef de l’Etat qui a déclaré l’état d’urgence lundi 23 mars et institué un couvre-feu a en outre sensibilisé ses compatriotes au respect des gestes de barrière et des mesures sanitaires.

Depuis son ouverture, le helpdesk et le help desk ont ​​reçu des dizaines d’appels de personnes en quête d’aide psychologique ou d’informations. “La nature du coronavirus, les modes de contamination et l’absence de traitement radical, les mesures de restriction et de confinement, les images des décès massifs dans les hôpitaux occidentaux hyper spécialisés sont autant de facteurs anxiogènes voire traumatisants”, a déploré le père Messingue.

Désordres psychologiques

Dans une telle situation, les troubles psychologiques les plus fréquents sont les maladies de la peur, les états de stress post-traumatique, les obsessions, les dépressions, l’usage de substances psychoactives, etc., note le professeur Médard Koua, directeur de l’hôpital psychiatrique. de Bouaké, qui supervise ce centre d’écoute avec le Père Messingue. «Nous évaluons la situation et offrons des premiers soins ou un soutien psychologique pour les problèmes émotionnels légers. Nous référons ensuite cette personne à un spécialiste si nécessaire. ”

“80% des situations sont légères et transitoires, explique le professeur Koua, et dans ce cas, le soutien psychologique est efficace et suffisant.” Selon lui, “l’absence de soutien psychologique peut retarder ou empêcher un rétablissement rapide et un retour à une vie normale”.

Vingt volontaires

Trois lignes téléphoniques sont ouvertes 24h / 24, au terme desquelles deux équipes de volontaires tentent d’apporter l’assistance nécessaire à chacune des préoccupations. L’un composé de professionnels de l’hôpital psychiatrique de Bouaké et l’autre de 25 étudiants du Centre de conseil professionnel et de pastorale clinique (Copac), créé par l’Institut théologique de la Compagnie de Jésus (Itcj). “Ces étudiants ont déjà suivi le cours de certification en Initiation à l’art du conseil professionnel”, assure le Père Messingue. Une phase préparatoire à l’intervention en cas de crise psychosociale a été réalisée et chaque élève passe un test oral. Le professeur Koua et moi coordonnons et supervisons les interventions téléphoniques. ”

Les services sont gratuits et Copac et l’hôpital psychiatrique de Bouaké sont responsables des dépenses financières nécessaires à la mise en place et à la réalisation du projet. Étant donné que les lignes téléphoniques ne sont pas gratuites, “malheureusement, ceux qui nous appellent doivent avoir suffisamment de crédits d’appel pour tenir une interview pendant 30 minutes en moyenne. Nous avons parfois appelé ceux qui ne l’ont pas, mais nous ne pourrons pas de le faire pendant plusieurs semaines. »

Depuis le lancement de ce projet, plusieurs psychologues ont exprimé leur désir de rejoindre l’équipe de bénévoles. “Nous les contacterons si nécessaire”, explique le père Messingue.

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top