• January 19, 2020
0 Comments

print
FROM THE COMMUNICATIONS OFFICE OF RECOWA-CERAO

Juste un instant après que le chef des secours de l’ONU, Mark Lowcock, a révélé qu’environ 168 millions de personnes à travers le monde auront besoin d’aide humanitaire en 2020, le nombre le plus élevé depuis des décennies, quatre pays africains font partie des huit pays que l’Agence catholique britannique pour le développement à l’étranger (CAFOD) a prévu une surveillance humanitaire étroite.

Dans un rapport intitulé «Les défis humanitaires qui nous attendent en 2020» publié mercredi 8 janvier, CAFOD a identifié le Zimbabwe, la Zambie, la République démocratique du Congo (RDC) et le Soudan du Sud parmi les pays qui auront besoin d’interventions humanitaires cette année en raison de une variété de défis, y compris les effets du changement climatique et des conflits civils.

Dans la nation enclavée d’Afrique australe du Zimbabwe, la branche développement et humanitaire des évêques catholiques d’Angleterre et du pays de Galles a averti que «des millions de personnes seront confrontées à la faim à grande échelle en 2020» en raison de la crise alimentaire.

Le représentant national de CAFOD au Zimbabwe, Verity Johnson, a précédemment été cité comme attribuant la crise alimentaire aux obstacles économiques, au changement climatique et au cyclone Idai.

Dans la Zambie voisine, également enclavée, les pluies irrégulières et les périodes de sécheresse intense ont laissé le pays aux prises avec «sa pire sécheresse et pénurie alimentaire depuis une décennie».

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a prédit que d’ici mars 2020, le nombre de personnes confrontées à la faim dans le pays sera passé à 2,3 millions.

«Les gens ont manqué de moyens pour faire face et sont contraints de survivre sur les fruits et les feuilles sauvages. Dans certains cas, cela provoque de la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans et les personnes âgées vulnérables », a déclaré Mwila Mulumbi, représentante nationale de CAFOD en Zambie.

“Les faibles niveaux d’eau dans les principaux fleuves et l’extraction accrue des eaux souterraines signifient que les gens auront non seulement moins d’eau potable à boire, mais aussi qu’ils perdront leur bétail, une situation aggravée par une épidémie de fièvre aphteuse”, a déclaré Mulumbi. ajoutée.

La situation a attiré l’attention de la Conférence des évêques catholiques de Zambie (ZCBC) avec l’évêque à la tête de Caritas Zambie, Evans Chinyemba avertissant: “Si rien n’est fait de toute urgence, nous pourrions commencer à connaître des décès dus à la faim.”

La RDC, qui lutte pour contenir la deuxième plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée, CAFOD maintient que plus de travail doit être fait pour mettre fin à la propagation du virus, qui a jusqu’à présent fait 2228 vies depuis son épidémie en août 2018.

L’organisme de bienfaisance basé au Royaume-Uni a reconnu la contribution de l’Église catholique dans la nation centrafricaine pour être «en première ligne de cette crise, jouant un rôle essentiel dans la dissipation des mythes et veillant à ce que les communautés reçoivent les informations d’hygiène pour empêcher la propagation de la maladie.”

«Le travail des agences d’aide locales sera essentiel», a déclaré Christine Allen, directrice du CAFOD en RDC, lors d’une visite en 2019 dans le pays et a ajouté en référence aux agences d’aide répondant à la crise d’Ebola en RDC: «Nous devons nous assurer qu’elles reçoivent le financement nécessaire pour réagir dans leurs communautés, où ils dissipent les mythes et s’assurent que les gens comprennent comment le virus Ebola est transmis, comment il est traité et comment prévenir l’infection. »

Pendant ce temps, le Soudan du Sud est resté un pays instable alors que la guerre civile qui sévit depuis six ans fait rage malgré l’objectif de l’Union africaine (UA) de mettre fin à toutes les formes de violence et de conflit sur le continent d’ici la fin de 2020 grâce à son initiative Silence the Guns.

Depuis décembre 2013, lorsque la guerre a éclaté dans la nation la plus jeune du monde, 400 000 personnes ont perdu la vie et plus de 3,6 millions de personnes déplacées, une situation qui a vu le CAFOD appeler à une paix immédiate pour «mettre fin aux combats et à la faim» auxquels sont confrontés plus de 6 millions de personnes. gens.

Les autres pays que CAFOD suivra de près en 2020 sont la Syrie, où les combats sont entrés dans leur dixième année, et le Yémen, où l’agence d’aide a qualifié la guerre civile de quatre ans de «pire crise humanitaire du monde».

L’agence de développement et humanitaire surveillera également le Myanmar en raison de la crise des Rohingyas musulmans et le Venezuela pour la crise économique et politique. La région d’Amérique centrale figurera sur la liste de surveillance du CAFOD pour les crises climatiques et la pauvreté.

 

Just a moment after the UN relief chief Mark Lowcock revealed that an estimated 168 million people across the globe will need humanitarian aid in 2020, the highest number in decades, four African countries are among eight nations that the UK-based Catholic Agency For Overseas Development (CAFOD) has earmarked for close humanitarian monitoring.

In a report titled “The humanitarian challenges that lie ahead in 2020” published Wednesday, January 8, CAFOD has identified Zimbabwe, Zambia, the Democratic Republic of Congo (DRC) and South Sudan among the countries that will require humanitarian interventions this year due to a variety of challenges, including effects of climate change and civil conflict.

In the landlocked Southern Africa nation of Zimbabwe, the development and humanitarian arm of the Catholic Bishops of England and Wales has warned that “millions face hunger on a massive scale in 2020” due to food crisis.

CAFOD’s Country Representative in Zimbabwe, Verity Johnson, was previously quoted as attributing the food crisis to  economic hurdles, climate change and Cyclone Idai.

In neighboring Zambia, also landlocked, the irregular rains and intense dry periods have left the country struggling with “its worst drought and food shortage in a decade.”

The World Food Programme (WFP) predicted that by March 2020, the number of people facing hunger in the country will have risen to 2.3 million.

“People have run out of ways to cope, and are forced to survive on wild fruits and leaves. In some cases this causes diarrhea for vulnerable under-fives and the elderly,” CAFOD’s Country Representative in Zambia, Mwila Mulumbi has been quoted as saying.

“Low water levels in major rivers, and increased extraction of groundwater, mean that people will not only have less clean water to drink, but face losing their livestock, a situation compounded by an outbreak of foot-and-mouth disease,” Mulumbi has added.

The situation has attracted the attention of Zambia Catholic Bishops’ Conference (ZCBC) with the Bishop at the helm of Caritas Zambia, Evans Chinyemba warning, “If nothing is urgently done, we may begin to experience deaths from hunger.”

DRC, which is fighting to contain the second-biggest Ebola epidemic ever recorded, CAFOD maintains that more work needs to be done to end the spread of the virus, which has so far claimed 2,228 lives since its outbreak in August 2018.

The UK-based charity body has acknowledged the input of the Catholic Church in the Central African nation for being on “the frontline of this crisis playing a critical role in dispelling myths and making sure that communities receive the hygiene information to prevent the further spread of the disease.”

“The work of local aid agencies will be essential,” CAFOD Director in DRC, Christine Allen, said during a 2019 visit to the country and added in reference to aid agencies responding to Ebola crisis in DRC, “We must make sure that they receive the funding needed to respond in their communities, where they are dispelling myths and making sure people understand how the Ebola virus is transmitted, how it is treated and how to prevent infection.”

Meanwhile, South Sudan has remained a volatile country as the six-year old civil war rages on despite the African Union’s (AU) goal to end all forms of violence and conflict on the continent by the end of 2020 through its Silencing the Guns initiative.

Since December 2013 when the war broke out in the world’s youngest nation, 400,000 people have lost their lives and more than 3.6 million people displaced, a situation that has seen CAFOD call for immediate peace to “end fighting and hunger” facing more than 6 million people.

Other countries that CAFOD will be monitoring closely in 2020 include Syria where fighting has entered its tenth year and Yemen where the aid agency has termed the four-year old civil war as “the world’s worst humanitarian crisis.”

The development and humanitarian agency will also be monitoring Myanmar because of the Rohingya Muslim crisis and Venezuela for the economic and political crisis. The Central American region will be on CAFOD’s watchlist for climate crisis and poverty.

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top