• December 15, 2019
0 Comments

print
Le pape François a insisté de nouveau sur l’opposition aux armes nucléaires, au commerce mondial des armes et à la peine capitale lors du retour à Rome de l’avion après sa visite apostolique au Japon et en Thaïlande.

Au cours de sa visite, Francis s’est rendu à la fois à Hiroshima et à Nagasaki, des endroits où les États-Unis ont largué des armes atomiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Francis a déclaré avoir trouvé que Hiroshima était «une véritable catéchèse humaine sur la cruauté: la cruauté».

“Là-bas, j’ai répété que l’utilisation des armes nucléaires était immorale”, a déclaré le pape François. “Cela doit faire partie du catéchisme de l’Église catholique.” Le pontife a précisé qu’il s’opposait non seulement à l’utilisation de ces armes, mais également à un pays qui les possédait. Un pays possédant des armes nucléaires pourrait un jour être gouverné par quelqu’un qui pourrait s’en servir pour détruire l’humanité, a-t-il déclaré.

Le pape François a également fait preuve de prudence sur le sujet de l’énergie nucléaire, affirmant qu’il ne devrait pas être utilisé tant qu’il ne serait pas possible de le rendre plus sûr, en raison du potentiel de coûts humains et environnementaux graves d’une catastrophe.

“La sécurité”, a déclaré le pape François, “n’a pas été élaborée. Moi, et c’est mon opinion personnelle, je n’utiliserais pas l’énergie nucléaire tant que la sécurité d’utilisation ne serait pas totale. ”

“Nous devons faire des recherches sur la sécurité, à la fois pour éviter une catastrophe et pour l’environnement (toutes conséquences”, a-t-il déclaré. “Prendre soin de l’environnement est quelque chose que nous devons faire aujourd’hui ou jamais.”

De nombreux scientifiques de l’énergie affirment que l’énergie nucléaire est l’une des formes d’énergie les plus sûres et les plus propres, même si, en cas de catastrophe, elle est dramatique et que le coût de la dépollution est élevé. L’Italie est l’un des deux pays à avoir complètement abandonné l’utilisation de l’énergie nucléaire et le public n’a pas une forte perception de l’énergie nucléaire.

Le pape a également parlé de l’application par le Japon de la peine de mort et l’on lui a demandé pourquoi il n’avait pas fait référence à la peine de mort lors de ses discours au Japon. Le Japon, avec les États-Unis, est l’un des derniers pays du premier monde à imposer la peine capitale.

Le pape François a déclaré qu’il ne savait pas qu’un prisonnier condamné à mort assistait à sa messe à Tokyo Dome et qu’il avait «parlé en général de nombreux problèmes de condamnations, de processus éternels qui ne finissent jamais, mort et sans mort. ”

«Il y a quinze jours, je suis intervenu devant la convention de droit international et j’ai parlé sérieusement du sujet des prisons de précaution, puis de la peine de mort, qui a été clairement déclaré que ce n’est pas moral que l’on ne puisse pas le faire», a-t-il ajouté. .

Les prisons, a déclaré le pape, doivent traiter les prisonniers avec dignité et respect et les préparer à se réinsérer dans la société une fois qu’ils ont purgé leur peine. Et bien que la peine de mort ne soit pas encore abolie dans le monde, Francis estime que des mesures peuvent être prises pour faire avancer ce processus.

«Nous devons lutter lentement contre la peine de mort», a-t-il déclaré, reconnaissant qu’une abolition totale de la pratique dans certains pays n’était tout simplement pas réalisable en raison de «problèmes politiques». Au lieu de cela, un pays pourrait simplement suspendre la pratique et réintégrer ceux qui sont décédés rangée aux peines de prison à vie.

On a ensuite demandé au pape François de commenter les questions de la légitime défense, de la guerre juste et de son intention de publier une encyclique sur la paix. Le pape a répondu qu’une encyclique sur ce sujet n’était pas encore prête et pouvait être laissée à son successeur.

La violence, a déclaré le pape “est un problème que nous essayons de résoudre avec de nombreux programmes éducatifs” et “est un problème de volonté”. Il a également critiqué les organisations internationales, telles que les Nations Unies, qui échouent le plus souvent maintenir réellement la paix.

“Peut-être que l’ONU devrait faire un pas en avant en abandonnant le droit de veto au Conseil de sécurité pour certaines nations”, a-t-il déclaré. “Je ne suis pas un technicien dans ce domaine, mais j’ai le sentiment que c’est une possibilité.” Il a ajouté que “ce serait bien si tout le monde avait les mêmes droits”.

Pour le moment, les pays devraient négocier pour mettre fin à la production d’armes, a-t-il déclaré.

“Le résultat de la négociation est de résoudre les problèmes”, a déclaré le pape. Il a cité les négociations récentes entre la Russie et l’Ukraine qui ont abouti à un échange de prisonniers.

Bien qu’aucun pays n’ait accepté de cesser de produire ni d’échanger des armes, il a déclaré qu’il s’agissait d’un «pas pour la paix», qui était «positif».

C’est «une hypocrisie», a déclaré Francis, que des pays influencés par le christianisme ou le christianisme s’engagent dans le commerce des armes.

“C’est un mot évangélique, Jésus l’a dit quelque part dans le chapitre 23 de Matthieu. Pour en finir avec cette hypocrisie, et qu’une nation puisse avoir le courage de dire: «Je ne peux pas parler de paix, car mon économie gagne tellement avec la fabrication d’armes.»

La violence, même en tant que légitime défense, devrait être un «dernier recours», a déclaré Francis.

«Nous faisons un progrès éthique et j’aime remettre en question toutes ces choses. Cela signifie que l’humanité agit également pour le bien, pas seulement pour le mal. ”

 

Pope Francis reemphasized opposition to nuclear weapons, the global arms trade, and capital punishment on the plane ride back to Rome following his apostolic visit to Japan and Thailand.

During his visit, Francis visited both Hiroshima and Nagasaki–locations where the United States dropped atomic weapons at the conclusion of World War II. Francis said he found that Hiroshima was “a true human catechesis on cruelty: cruelty.”

“There I have reiterated that the use of nuclear weapons is immoral,” said Pope Francis. “This must go in the Catechism of the Catholic Church.” The pontiff clarified that he is opposed not only to the use of these weapons, but also a country possessing them. A country possessing nuclear weapons could one day be ruled by someone who could use them to destroy humanity, he said.

Pope Francis also was cautious on the topic of nuclear power, saying that he does not believe it should be used until it can be made safer, due to the potential for serious human and environmental costs of a disaster.

“The security,” said Pope Francis, “has not been worked out. I, and this is my personal opinion, I would not use nuclear energy until there is a total security of use.”

“We must do research on safety, both regarding avoiding a disaster and on the environment (al consequences,” he said. “Caring for the environment is something that [we must do] today or never.”

Many energy scientists say that nuclear energy is among the safest and cleanest form of power, though when disasters do occur, they are dramatic, and the cost of cleanup is high. Italy is one of two countries that have completely phased out the use of nuclear power, and the public does not have a strong perception of nuclear energy.

The pope also spoke about Japan’s use of the death penalty and was asked why he did not reference the death penalty during his speeches in Japan. Japan, along with the United States, is one of the last remaining first-world countries with capital punishment.

Pope Francis said that he had not been aware that a prisoner that had been sentenced to death was present at his Mass at Tokyo Dome, and that he had “spoken in general of many problems of condemnations, of eternal processes that never end, both with death and without death.”

“Fifteen days ago I made an intervention at the convention of international law, and I talked seriously about the subject of the prisons of precaution and then the death penalty, which was clearly said that it is not moral that cannot be done,” he added.

Prisons, said the pope, must treat the imprisoned with dignity and respect, and prepare them to reintegrate into society once they have served their sentences. And while the death penalty is not yet abolished worldwide, Francis believes that steps can be taken to further this process.

“We must fight against the death penalty slowly,” he said, acknowledging that an outright abolition of the practice in some countries is simply not feasible due to “political problems.” Instead, a country could simply suspend the practice and revert those on death row to sentences of life in prison.

Pope Francis was then asked to comment on the issues of self-defense, just war, and if he was planning on releasing an encyclical on peace. The pope responded that an encyclical on that topic is not quite ready just yet, and could be left to his eventual successor.

Violence said the pope “is a problem that we are trying to help solve with many educational programs” and “is a problem of willingness.” He was also critical of international organizations, such as the United Nations, that more often than not fail to actually maintain peace.

“Perhaps the United Nations should take a step forward by giving up the right to veto for some nations in the Security Council,” he said. “I’m not a technician in this, but I feel like it is a possibility.” He added that “it would be nice if everyone had the same rights.”

For the time being, countries should negotiate to cease the production of weapons, he said.

“The result of the negotiation is to solve problems,” said the pope. He cited the recent negotiations between Russia and Ukraine that resulted in a prisoner exchange.

While neither country agreed to stop producing nor trading weapons, he said that this was a “step for peace” that was “positive.”

It is “hypocrisy,” said Francis, for Christian, or Christian-influenced countries to engage in the arms trade.

“It is an evangelical word, Jesus said it, somewhere in chapter 23 of Matthew. To end with that hypocrisy, and that a nation may have the courage to say ‘I cannot speak of peace, because my economy earns so much with the manufacture of arms.’”

Violence, even as legitimate self-defense, should be a “last resort” said Francis.

“We are making ethical progress, and I like to question all these things. It means that humanity goes ahead also for good, not just for evil.”

 

 

 

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top