• March 30, 2020
0 Comments

print
Alors que le pape François devait se concentrer dans l’exhortation apostolique publiée aujourd’hui sur une proposition d’ordonner des prêtres mariés dans la région amazonienne, le pape a plutôt souligné l’importance de la collaboration dans le ministère apostolique des catholiques dans divers états de vie.

«Des efforts doivent être faits pour configurer le ministère de manière à ce qu’il soit au service d’une célébration plus fréquente de l’Eucharistie, même dans les communautés les plus reculées et les plus isolées», a écrit le pape François dans Querida Amazonia, rendu public le 12 février. et daté du 2 février.

Le pape a déclaré que «dans les circonstances spécifiques de la région amazonienne, en particulier dans ses forêts et les endroits les plus reculés, il faut trouver un moyen d’assurer» le ministère sacerdotal.

Le besoin urgent de prêtres «m’amène à exhorter tous les évêques, en particulier ceux d’Amérique latine, non seulement à promouvoir la prière pour les vocations sacerdotales, mais aussi à être plus généreux en encourageant ceux qui affichent une vocation missionnaire à opter pour la région amazonienne», il a écrit.

Même en soulignant l’importance du ministère sacerdotal dans la région, le pape François n’a pas approuvé la proposition de certains évêques d’Amazonie d’autoriser l’ordination d’hommes mariés au sacerdoce.

Concernant cette proposition, dans un éditorial du 12 février, la directrice éditoriale du Vatican, Andrea Tornielli, a écrit que «le successeur de Pierre, après avoir prié et réfléchi, a décidé de ne pas répondre en prévoyant des changements ou d’autres possibilités d’exceptions à ceux déjà prévus par l’actuel discipline ecclésiastique, mais en demandant que l’essentiel soit le point de départ », pour les discussions concernant le ministère sacerdotal en Amazonie.

La propre discussion du pape sur le ministère en Amazonie est apparue dans le quatrième chapitre de son exhortation, «Un rêve ecclésial», dans lequel le pape François a traité son désir de «communautés chrétiennes capables d’un engagement généreux, incarnées dans la région amazonienne et donnant à l’Église de nouveaux visages. avec des fonctionnalités amazoniennes.”

Le chapitre a discuté de la nécessité de proclamer l’Évangile dans la région; divers moyens d’inculturation; la force et les dons des femmes; et la coexistence œcuménique et interreligieuse.

Traitant de l’inculturation des formes de ministère, le pape a déclaré qu’elle «devrait également se refléter de plus en plus dans une forme incarnée d’organisation et de ministère ecclésiaux», demandant: «comment ne pas envisager une inculturation des façons dont nous structurons et réalisons les ministères ecclésiaux ? ”

En plus de configurer le ministère pour des célébrations plus fréquentes de l’Eucharistie, il a dit qu’il “y a également un besoin de ministres qui peuvent comprendre les sensibilités et les cultures amazoniennes de l’intérieur”.

La formation sacerdotale, a-t-il dit, «développe des traits distinctifs dans différentes parties du monde», et il a noté que «ce qui est le plus spécifique au prêtre» est sa configuration au Christ prêtre à travers les Ordres.

Il a noté que le «pouvoir» n’est pas le caractère déterminant de la prêtrise et a fait référence à la déclaration de saint Jean-Paul II dans Mulieris Dignitatem selon laquelle la prêtrise est «totalement ordonnée à la sainteté des membres du Christ».

La grande puissance du prêtre, a-t-il dit, est de dire la messe. Il a identifié la messe et la confession comme les sacrements qui «sont au cœur de l’identité exclusive du prêtre». Il a noté qu ‘«il est également approprié pour le prêtre d’administrer l’onction de le malade.”

Les laïcs «peuvent proclamer la parole de Dieu, enseigner, organiser des communautés, célébrer certains sacrements, chercher différentes façons d’exprimer la dévotion populaire et développer la multitude de dons que l’Esprit déverse au milieu d’eux», a déclaré le pape, tout en ajoutant qu ‘«ils ont besoin de la célébration de l’Eucharistie parce qu’elle «fait l’Église». »

Parce que la communauté chrétienne se développe à partir de la messe, “tous les efforts doivent être faits pour s’assurer que les peuples amazoniens ne manquent pas de cette nourriture de vie nouvelle et du sacrement du pardon”, a déclaré Francis.

En plus de demander aux évêques d’encourager généreusement les missionnaires en Amazonie, il a déclaré que la «structure et le contenu» de la formation sacerdotale devraient «être profondément révisés, afin que les prêtres puissent acquérir les attitudes et les capacités exigées par le dialogue avec les cultures amazoniennes».

«Cette formation doit être avant tout pastorale et favoriser le développement de la miséricorde sacerdotale», a-t-il ajouté, notant que le manque de séminaires pour les peuples autochtones a été évoqué lors du synode.

La messe, a déclaré le pape François, «signifie et réalise l’unité de l’Église», qui «accueille la variété abondante de dons et de charismes que l’Esprit déverse».

La messe «nécessite donc le développement de cette riche variété».

À cette fin, «les prêtres sont nécessaires, mais cela ne signifie pas que les diacres permanents (dont il devrait y en avoir beaucoup plus dans la région amazonienne), les religieuses et les laïcs ne peuvent pas assumer régulièrement des responsabilités importantes pour la croissance des communautés.»

«Par conséquent, il ne s’agit pas simplement de faciliter une plus grande présence de ministres ordonnés qui peuvent célébrer l’Eucharistie. Ce serait un objectif très étroit si nous ne cherchions pas également à éveiller une nouvelle vie dans les communautés. Nous devons promouvoir une rencontre avec la parole de Dieu et une croissance dans la sainteté à travers différents types de services laïcs. ”

Une Eglise inculturée en Amazonie «nécessite la présence stable de dirigeants matures et laïcs dotés d’autorité et familiers avec les langues, les cultures, l’expérience spirituelle et le mode de vie communautaire dans les différents lieux, mais aussi ouverts à la multiplicité des dons que le Saint L’esprit donne à chacun », a-t-il dit.

«Cela exige que l’Eglise soit ouverte à l’audace de l’Esprit, qu’elle fasse confiance et permette concrètement la croissance d’une culture ecclésiale spécifique qui est distinctement laïque. Les défis dans la région amazonienne exigent de l’Église un effort spécial pour être présent à tous les niveaux, et cela ne peut être possible que grâce à l’implication vigoureuse, large et active des laïcs. »

Le pape a également souligné la vie consacrée et les communautés de base, qui est un terme utilisé pour décrire les petites communautés chrétiennes de la région amazonienne.

Il a encouragé «la croissance des efforts de collaboration déployés par le biais du Réseau ecclésial panamazonien et d’autres associations» pour mettre en œuvre la proposition faite lors de la cinquième Conférence épiscopale d’Amérique latine à Aparecida en 2007 pour «établir un ministère de collaboration entre les églises locales de la divers pays d’Amérique du Sud du bassin amazonien, avec des priorités différenciées ».

Le Pan Amazonian Ecclesial Network, ou REPAM, répertorie parmi ses œuvres “la protection des 137” tribus sans contact “de l’Amazonie et l’affirmation de leur droit de vivre sans être dérangé.”

François a également déclaré que «la région amazonienne connaît une grande mobilité interne» et des migrations, et donc «une réflexion devrait être apportée aux équipes missionnaires itinérantes et un soutien devrait être fourni pour la présence et la mobilité des hommes et des femmes consacrés les plus proches de ceux qui sont les plus appauvris et exclus ».

xxxx

While Pope Francis was expected to focus in the apostolic exhortation published today on a proposal to ordain married priests in the Amazon region, the pope instead emphasized the importance of collaboration in apostolic ministry by Catholics in various states of life.

“Efforts need to be made to configure ministry in such a way that it is at the service of a more frequent celebration of the Eucharist, even in the remotest and most isolated communities,” Pope Francis wrote in Querida Amazonia, released publicly Feb. 12 and dated Feb. 2.

The pope said that “In the specific circumstances of the Amazon region, particularly in its forests and more remote places, a way must be found to ensure” priestly ministry.

The urgent need for priests “leads me to urge all bishops, especially those in Latin America, not only to promote prayer for priestly vocations, but also to be more generous in encouraging those who display a missionary vocation to opt for the Amazon region,” he wrote.

Even while emphasizing the importance of priestly ministry in the region, Pope Francis did not endorse a proposal from some bishops in the Amazon region to permit the ordination of married men to the priesthood.

Regarding that proposal, in a Feb. 12 editorial, the Vatican’s editorial director Andrea Tornielli wrote that “the Successor of Peter, after praying and reflecting, has decided to respond not by foreseeing changes or further possibilities of exceptions from those already provided for by current ecclesiastical discipline, but by asking that the essentials be the starting point,” for discussions regarding priestly ministry in the Amazon.

The pope’s own discussion of ministry in the Amazon appeared in his exhortation’s fourth chapter, “An Ecclesial Dream,” in which Pope Francis treated his desire for “Christian communities capable of generous commitment, incarnate in the Amazon region, and giving the Church new faces with Amazonian features.”

The chapter discussed the need to proclaim the gospel in the region; various means of inculturation; the strength and gifts of women; and ecumenical and interreligious coexistence.

Treating the inculturation of forms of ministry, the pope said that it “should also be increasingly reflected in an incarnate form of ecclesial organization and ministry,” asking: “how can we not consider an inculturation of the ways we structure and carry out ecclesial ministries?”

In addition to configuring ministry for more frequent celebrations of the Eucharist, he said there “is also a need for ministers who can understand Amazonian sensibilities and cultures from within.”

Priestly formation, he said, “develops distinctive traits in different parts of the world,” and he noted that “what is most specific to a priest” is his configuration to Christ the priest through Holy Orders.

He noted that “power” is not the defining character of priesthood, and referred to St. John Paul II’s statement in Mulieris Dignitatem that the priesthood is “totally ordered to the holiness of Christ’s members.”

The priest’s great potency, he said, is to say Mass. He identified Mass and Confession as the sacraments that “lie at the heart of the priest’s exclusive identity.” He noted that “It is also proper to the priest to administer the Anointing of the Sick.”

Laity “can proclaim God’s word, teach, organize communities, celebrate certain sacraments, seek different ways to express popular devotion and develop the multitude of gifts that the Spirit pours out in their midst,” the pope said, while adding that “they need the celebration of the Eucharist because it ‘makes the Church’.”

Because the Christian community grows from the Mass, “every effort should be made to ensure that the Amazonian peoples do not lack this food of new life and the sacrament of forgiveness,” Francis said.

In addition to asking that bishops generously encourage missionaries to the Amazon, he said that the “structure and content” of priestly formation should “be thoroughly revised, so that priests can acquire the attitudes and abilities demanded by dialogue with Amazonian cultures.”

“This formation must be preeminently pastoral and favour the development of priestly mercy,” he added, noting that the lack of seminaries for indigenous people was mentioned at the synod.

The Mass, Pope Francis said, “signifies and realizes the Church’s unity,” which “welcomes the abundant variety of gifts and charisms that the Spirit pours out.”

The Mass thus “requires the development of that rich variety.”

To that end, “Priests are necessary, but this does not mean that permanent deacons (of whom there should be many more in the Amazon region), religious women and lay persons cannot regularly assume important responsibilities for the growth of communities.”

“Consequently, it is not simply a question of facilitating a greater presence of ordained ministers who can celebrate the Eucharist. That would be a very narrow aim, were we not also to strive to awaken new life in communities. We need to promote an encounter with God’s word and growth in holiness through various kinds of lay service.”

An inculturated Church in the Amazon “requires the stable presence of mature and lay leaders endowed with authority and familiar with the languages, cultures, spiritual experience and communal way of life in the different places, but also open to the multiplicity of gifts that the Holy Spirit bestows on every one,” he said.

“This requires the Church to be open to the Spirit’s boldness, to trust in, and concretely to permit, the growth of a specific ecclesial culture that is distinctively lay. The challenges in the Amazon region demand of the Church a special effort to be present at every level, and this can only be possible through the vigorous, broad and active involvement of the laity.”

The pope also highlighted consecrated life and base communities, which is a term used to describe small Christian communities in the Amazon region.

He encouraged “the growth of the collaborative efforts being made through the Pan Amazonian Ecclesial Network and other associations” to implement the proposal made at the Fifth Episcopal Conference of Latin America at Aparecida in 2007 to “establish a collaborative ministry among the local churches of the various South American countries in the Amazon basin, with differentiated priorities”.

The Pan Amazonian Ecclesial Network, or REPAM, lists among its works “protection for the 137 ‘contactless tribes’ of the Amazon and affirmation of their right to live undisturbed.”

Francis also said that “ the Amazonian region sees a great deal of internal mobility” and migration, and thus “thought should be given to itinerant missionary teams and ‘support provided for the presence and mobility of consecrated men and women closest to those who are most impoverished and excluded’.”

 

 

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top