• April 4, 2020
0 Comments

print
       

L’AGENCE DE NOUVELLES RECOWACERAO annonce de bonnes nouvelles. Les informations parvenues au bureau des communications de RECOWA-CERAO indiquent que les Africains peuvent désormais avoir un certain espoir que le coronavirus ne soit pas aussi dévastateur dans les pays qu’il ne l’a été en Chine, en Italie, en Espagne, aux États-Unis et dans certaines autres parties du monde, grâce à ses températures et à son humidité élevées.

Une nouvelle étude menée avec le climat au Nigeria a suggéré que l’augmentation des températures et des niveaux d’humidité réduirait probablement la propagation du virus dans le monde, mais le changement de temps ne pouvait pas à lui seul arrêter la maladie.

Le rapport publié hier par Daily Mail UK a indiqué que, comme le temps devenait plus chaud et plus humide dans 100 villes chinoises, des chercheurs de l’Université Beihang et de l’Université Tsinghua ont constaté que le taux de transmission de Covid-19 avait chuté.

“Des températures élevées et une humidité relative élevée réduisent considérablement la transmission de COVID-1”, ont écrit les auteurs de l’étude.

Le président des États-Unis, Donald Trump, avait assuré aux Américains que le coronavirus, qui a désormais infecté plus de 41 000 personnes aux États-Unis, disparaîtrait probablement d’ici avril parce que “la chaleur tue ce type de virus”.

Bien que les experts en santé publique et la nouvelle étude suggèrent que le virus ne se développe pas dans des températures chaudes, la chaleur et l’humidité ne feraient que réduire le taux de transmission, mais ne pourraient pas l’arrêter sur ses traces.

Depuis que Covid-19 a émergé en Chine en décembre de l’année dernière, le virus s’est propagé à plus de 350 000 personnes dans le monde par temps froid et en Chine, il a atteint son apogée en février avec plus de 15 000 cas diagnostiqués en une journée.

Mais il jaillit officiellement là-bas actuellement et avec le départ de l’hiver, les cas en Chine ont diminué. La semaine dernière, la Chine n’a signalé aucun nouveau cas de coronavirus de la transmission locale, une évolution encourageante, bien que rencontrée un certain niveau de scepticisme.

Pour conclure l’étude, les chercheurs ont évalué les données sur plus de 100 villes en Chine où il y avait 40 cas ou plus de virus entre le 21 janvier et le 23 janvier 2020.

Ils ont suivi le nombre estimé de transmissions, de températures et d’humidité dans ces villes avant le 24 janvier, lorsque les fermetures ont été effectuées et les célébrations du Nouvel An lunaire annulées.

En utilisant le coefficient R, un nombre qui mesure le nombre moyen de personnes que chaque personne infectée par le virus pourrait infecter, l’équipe a suivi les taux de transmission, ajusté les nombres pour tenir compte des facteurs qui pourraient autrement influencer le taux de transmission, comme la densité de population ou la richesse de chacun était la ville.

Après cela, ils ont estimé le nombre moyen de personnes que chaque personne atteinte du virus transmettrait.

Des experts du monde entier ont tenté d’estimer le R0, ou la propagation de la maladie. Il semble osciller entre 2 et 2,5, ce qui signifie que chaque personne infectée donne le coronavirus à entre deux et deux personnes et demie.

Mais cette valeur a chuté à mesure que les températures et l’humidité augmentaient, selon les auteurs de l’étude, en utilisant une augmentation de la température d’un degré Celsius et une augmentation de 1% de l’humidité relative de 0,0383 et 0,0224.

Pendant ce temps, de nouvelles données ont montré que plus de 100 000 personnes ont récupéré de Covid-19 dans le monde.

Depuis le début de l’épidémie en décembre 2019, environ un quart des 372000 personnes infectées se sont rétablies, selon un traqueur du Johns Hopkins University Center for Systems Science and Engineering aux États-Unis.

xxxxxxxxx

RECOWACERAO NEWS AGENCY comes up with fairly good news. Information reaching the Communications office of RECOWA-CERAO points to the fact that Africans can now have some hope that the Coronavirus may not be as devastating in the countries as it has been in China, Italy, Spain, United States and some other parts of the world, courtesy of its high temperatures and humidity.

A new study has carried out with the climate in Nigeria suggested that rising temperatures and humidity levels would likely reduce the spread of the virus globally, but changing weather alone could not stop the disease.

The report published yesterday by Daily Mail UK indicated that as the weather grew warmer and more humid in 100 Chinese cities, researchers at Beihang University and Tsinghua University found that the transmission rate of Covid-19 dropped.

“High temperature and high relative humidity significantly reduce the transmission of COVID-1,” authors of the study wrote.

United States President, Donald Trump, had assured Americans that Coronavirus, which has now infected over 41,000 people in the U.S. would likely fade by April because “heat kills this kind of virus.”

Although public health experts and the new study suggested that the virus does not thrive in warm temperatures, heat and humidity would only reduce the transmission rate, but could not stop it on its tracks.

Since Covid-19 emerged in China in December last year, the virus has spread to over 350,000 people worldwide amid cold weather and in China, it reached its peak in February with over 15,000 cases diagnosed in a day.

But it officially springs there presently and with the departure of winter has come reduced cases in China. Last week, China reported no new cases of Coronavirus from the local transmission, an encouraging development, though met by some level of skepticism.

In concluding the study, the researchers assessed data on more than 100 cities in China where there were 40 or more cases of the virus between January 21 and January 23, 2020.

They tracked the estimated number of transmissions, temperatures, and humidity in those cities before January 24, when lockdowns were effected and Lunar New Year celebrations canceled.

Using the R coefficient, a number that measures the average number of people each person with the virus could infect, the team tracked transmission rates, adjusted the numbers to account for factors that might otherwise influence the transmission rate, like how densely populated or wealthy each city was.

After doing so, they estimated the average number of people that each person with the virus would pass it on to.

Experts worldwide have tried to estimate the R0, or spread of the disease. It seems to hover between 2 and 2.5, meaning that every person infected gives Coronavirus to between two and two-and-a-half people.

But that value fell as temperatures and humidity rose, according to the authors of the study, using one degree Celsius increase in temperature and one percent increase in relative humidity lower R by 0.0383 and 0.0224.

Meanwhile, new data has shown that over 100,000 people have recovered from Covid-19 globally.

Since the outbreak began in December 2019, about one-quarter of the 372,000 infected persons have recovered, according to a tracker from Johns Hopkins University Center for Systems Science and Engineering in the United States.

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top