• December 15, 2019
0 Comments

print
“In the new family formed by Jesus Christ, there are also the faces and voices of the Thai people,” said Pope Francis, highlighting the testimony given by the Church in Thailand through “the works of service for the sick and the smallest. He also looked at “the rich spiritual and cultural tradition of the smiling people” and recalls his meeting with the Supreme Patriarch of the Buddhists who had indicated “the path of mutual esteem initiated by [his] predecessors to grow in the world of compassion and fraternity “.

Pope Francis recounted his apostolic journey to Thailand and Japan, depending on use, returning from his return to Rome during the general audience on Wednesday, November 27, 2019, in Vatican’s St. Peter’s Square. For this 32nd international trip, we went to Thailand and Japan from 19th to 26th November. “This visit, it was said great and my tenderness for these people”.

As for his stay in the rising country, it is true that the whole world carries the fundamental right to life and peace “, was the book inflamed? moral, and open to the evangelical message, Japan could be a stimulating country for a more just and peaceful world and for harmony between man and the environment “. But he also appreciated the “loss of sense of life” among young people, which is a “serious threat” in more developed countries. “To protect life, you have to love it,” he insisted.

Here is our translation of the catechesis given by the pope in Italian.

 

Story of the trip to Thailand and Japan

Dear brothers and sisters, Greetings!

I returned yesterday from my apostolic journey to Thailand and Japan, a gift of which I am very grateful to the Lord. I would like to thank the authorities and the people of these two countries, who are not invited and who have been delighted by much attention, but especially those who have been thanked by the Thai people and the Japanese people. This visit has increased my closeness and affection for these peoples: May God bless them with an abundance of prosperity and peace.

Thailand is a former Kingdom that has strongly modernized. In meeting with the King, the Prime Minister, and the other Authorities, I paid tribute to the rich spiritual and cultural tradition of the people, the people with their beautiful smile. People are smiling there. I encouraged harmony between the different components of the nation, and also with economic development so that all actions are managed safely. . The Buddhist religion is an integral part of the history and life of these people, which is why I visited the Supreme Patriarch of the Buddhists, continuing the path of mutual esteem initiated by my predecessors so that they grow in the world. World compassion and fraternity. In this sense, the ecumenical and interreligious meeting, which took place in the largest university in the country, was very important.

The testimony of the Church in Thailand also passes through the works of service for the sick and the smallest. One of them excels; this is St. Louis Hospital, which I would like to visit to encourage health staff and meet some patients. I was then devoted to specific moments and consecrated persons, as well as to my fellow Jesuits. In Bangkok, I celebrated Mass with all the people of God in the National Stadium and then with the young people in the Cathedral. We had the experience lived in the new family formed by Jesus Christ, there are also the faces and voices of the Thai people.

I then went to Japan. Upon my arrival at the nunciature of Tokyo, I was welcomed by the bishops of the country, with what we immediately forgot to say, the challenge of being the pastors of a tiny church, but carrying water alive, the gospel of Jesus.

“Protecting all life” was the motto of my visit to Japan, a country that was engraved on itself, was under the fire of the atomic bombing and which was for the whole world, which was protected from the fundamental right to life and to peace. In Nagasaki and Hiroshima, I stopped to pray, met some survivors and families of victims, and reaffirmed my firm condemnation of nuclear weapons and hypocrisy for talking about peace while building and selling the war. After this tragedy, Japan has expressed an extraordinary ability to fight for life; and he also did recently, after the triple disaster of 2011: earthquake, tsunami, and central nuclear accident.

To protect life, we must love it and today, the serious threat, in more developed countries, is the loss of the meaning of life.

The first victims of the emptiness of life are young people, which is why a meeting was held in Tokyo. I listened to their questions and dreams; I encouraged them to stand together against all forms of harassment and to overcome fear and closure by opening up to God’s love, prayer, and service to one’s neighbor. I met other young people at Sophia University, with the academic community. This university, like all Catholic schools, is very popular in Japan.

In Tokyo, I had the opportunity to visit Emperor Naruhito, to whom I renew the expression of my gratitude; and I met the authorities of the country with the Diplomatic Corps. I wanted a culture of encounter and dialogue, characterized by wisdom and breadth of vision. By remaining faithful to its religious and moral values, and open to the Gospel message, Japan can be a stimulating country for a more just and peaceful world and for harmony between man and the environment.

Dear brothers and sisters, let us entrust the people of Thailand and Japan to the goodness and providence of God. Thank you.

 

 

« Dans la nouvelle famille formée par Jésus-Christ, il y a aussi les visages et les voix du peuple thaï », a déclaré le pape François, soulignant le témoignage rendu par l’Église en Thaïlande à travers « des oeuvres de service pour les malades et les plus petits ». Il a aussi évoqué « la riche tradition spirituelle et culturelle du peuple thaï, le peuple au “beau sourire” » et rappelé que sa rencontre avec le Patriarche suprême des boudhistes avait poursuivi « le chemin de l’estime mutuelle initié par [ses] prédécesseurs, pour que grandissent dans le monde la compassion et la fraternité ».

Le pape François a raconté son voyage apostolique en Thaïlande et au Japon, selon l’usage, au lendemain de son retour à Rome, pendant l’audience générale de ce mercredi 27 novembre 2019 sur la Place Saint-Pierre du Vatican. Pour ce 32ème voyage international, le pape s’est en effet rendu en Thaïlande et au Japon du 19 au 26 novembre. « Cette visite, a-t-il dit, a fait grandir ma proximité et mon affection pour ces peuples ».

Quant à son séjour au pays « du soleil levant », « qui est pour le monde entier le porte-parole du droit fondamental à la vie et à la paix », le pape a estimé qu’en « restant fidèle à ses valeurs religieuses et morales, et ouvert au message évangélique, le Japon pourra être un pays stimulant pour un monde plus juste et pacifique et pour l’harmonie entre l’homme et l’environnement ». Mais il a aussi évoqué « la perte du sens de la vie » chez les jeunes, qui est une « grave menace » dans les pays plus développés. « Pour protéger la vie, il faut l’aimer », a-t-il insisté.

Voici notre traduction de la catéchèse donnée par le pape en italien.

 

Récit du voyage en Thaïlande et au Japon

Chers frères et soeurs, bonjour !

Je suis rentré hier de mon voyage apostolique en Thaïlande et au Japon, un cadeau dont je suis très reconnaissant envers le Seigneur. Je désire redire ma gratitude aux Autorités et aux évêques de ces deux pays, qui m’ont invité et m’ont accueilli avec beaucoup de prévenances, et surtout remercier le peuple thaïlandais et le peuple japonais. Cette visite  a fait grandir ma proximité et mon affection pour ces peuples : que Dieu les bénisse par une abondance de prospérité et de paix.

La Thaïlande est un ancien Royaume qui s’est fortement modernisé. En rencontrant le Roi, le Premier ministre et les autres Autorités, j’ai rendu hommage à la riche tradition spirituelle et culturelle du peuple thaï, le peuple au « beau sourire ». Les gens sourient là-bas. J’ai encouragé l’engagement pour l’harmonie entre les différentes composantes de la nation, et aussi pour que le développement économique puisse être au profit de tous et que soient guéries les plaies de l’exploitation, en particulier des femmes et des mineurs. La religion boudhiste fait partie intégrante de l’histoire et de la vie de ce peuple, c’est pourquoi je me suis rendu en visite chez le Patriarche suprême des boudhistes, poursuivant le chemin de l’estime mutuelle initié par mes prédécesseurs, pour que grandissent dans le monde la compassion et la fraternité. En ce sens, la rencontre oecuménique et interreligieuse, qui a eu lieu dans la plus grande université du pays, a été très importante.

Le témoignage de l’Église en Thaïlande passe aussi à travers des oeuvres de service pour les malades et les plus petits. L’une d’entre elles excelle ; il s’agit de l’Hôpital Saint-Louis, que j’ai visité pour encourager le personnel de la santé et rencontrer certains patients. J’ai ensuite consacré des moments spécifiques aux prêtres et aux personnes consacrées, ainsi qu’à mes confrères jésuites. À Bangkok, j’ai célébré la messe avec tout le peuple de Dieu dans le Stade national et ensuite avec les jeunes dans la cathédrale. Nous y avons fait l’expérience que, dans la nouvelle famille formée par Jésus-Christ, il y a aussi les visages et les voix du peuple thaï.

Je me suis ensuite rendu au Japon. À mon arrivée à la nonciature de Tokyo, j’ai été accueilli par les évêques du pays, avec lesquels nous avons aussitôt partagé sur le défi d’être les pasteurs d’une toute petite Église, mais porteuse de l’eau vive, l’Évangile de Jésus.

« Protéger toute vie » était la devise de ma visite au Japon, un pays qui porte gravées en lui les plaies du bombardement atomique et qui est pour le monde entier le porte-parole du droit fondamental à la vie et à la paix. À Nagasaki et Hiroshima, je me suis arrêté pour prier, j’ai rencontré quelques survivants et des familles des victimes et j’ai réaffirmé ma ferme condamnation des armes nucléaires et de l’hypocrisie de parler de paix tout en construisant et vendant des engins de guerre. Après cette tragédie, le Japon a exprimé une extraordinaire capacité à lutter pour la vie ; et il l’a aussi fait récemment, après la triple catastrophe de 2011 : tremblement de terre, tsunami et accident à la centrale nucléaire.

Pour protéger la vie, il faut l’aimer et aujourd’hui, la grave menace, dans les pays plus développés, c’est la perte du sens de la vie.

Les premières victimes du vide de sens de la vie sont les jeunes, c’est pourquoi une rencontre leur a été consacrée à Tokyo. J’ai écouté leurs questions et leurs rêves ; je les ai encouragés à s’opposer ensemble à toute forme de harcèlement, et à vaincre la peur et la fermeture en s’ouvrant à l’amour de Dieu, dans la prière et dans le service du prochain. J’ai rencontré d’autres jeunes à l’Université Sophia, avec la communauté académique. Cette université, comme toutes les écoles catholiques, est très appréciée au Japon.

À Tokyo, j’ai eu l’occasion de rendre visite à l’Empereur Naruhito, à qui je renouvelle l’expression de ma gratitude ; et j’ai rencontré les Autorités du pays avec le Corps diplomatique. J’ai souhaité une culture de la rencontre et du dialogue, caractérisée par la sagesse et l’ampleur de vue. En restant fidèle à ses valeurs religieuses et morales, et ouvert au message évangélique, le Japon pourra être un pays stimulant pour un monde plus juste et pacifique et pour l’harmonie entre l’homme et l’environnement.

Chers frères et soeurs, confions les peuples de Thaïlande et du Japon à la bonté et à la providence de Dieu. Merci.

 

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top