L’EVEQUE CONTROVERSE D’AHIARA AU NIGERIA S’INSTALLE COMME EVEQUE PIONNIER D’EKWULOBIA xxx THE CONTROVERSIAL BISHOP OF AHIARA IN NIGERIA SETTLES AS THE PIONEER BISHOP OF EKWULOBIA.

print

L’AGENCE DE NOUVELLES DE RECOWACERAO, (RECONA) était au Vatican cette semaine où elle a assisté à la nomination de l’évêque Peter Ebere Okpaleke désigné pour diriger Ekwulobia du Nigeria, un nouveau diocèse taillé dans le diocèse d’Awka. On se souviendra que Mgr Okpalaeke avait été ordonné auparavant en mai 2013 pour le diocèse d’Ahiara, mais il n’a jamais mis les pieds dans ce diocèse en raison des protestations incessantes contre sa nomination qui ont conduit à sa démission prématurée et à sa retraite ultérieure.

Cependant, le pape François a annoncé jeudi 5 mars la création du diocèse d’Ekwulobia dans le sud-est du Nigéria et a nommé l’évêque Peter Ebere Okpaleke, précédemment rejeté par une section du clergé et des fidèles laïcs du diocèse d’Ahiara du Nigéria, comme son premier Ordinaire local.

L’affectation papale de l’évêque Okpaleke, membre du clergé du diocèse Awka du Nigéria, au diocèse d’Ekwulobia nouvellement créé donne au prélat nigérian de 57 ans l’occasion d’exercer son ministère épiscopal, après avoir été contraint de démissionner en tant qu’ordinaire local du diocèse d’Ahiara en février 2018.

Dans sa lettre de démission inconditionnelle mise à la disposition de l’agence de presse RECOWACERAO, Mgr Okpaleke a déclaré: «La situation dans le diocèse d’Ahiara, à ma connaissance, ne s’est pas améliorée. Plus important encore, cela menace ma vie spirituelle », a-t-il déclaré en référence à l’opposition soutenue à sa nomination d’une section du clergé et des laïcs du diocèse d’Ahiara depuis sa nomination comme évêque en décembre 2012.

«Je suis convaincu, en conscience, que mon évêque d’Ahiara n’est plus bénéfique pour l’Église», a déclaré Mgr Okpaleke dans la lettre du 14 février 2018 adressée au pape François, ajoutant: «Je ne pense pas que mon apostolat dans un un diocèse où un groupe de prêtres et de fidèles laïcs sont très mal disposés à m’avoir parmi eux serait efficace. »

Il a expliqué: «Exercer le ministère dans un diocèse où les prêtres qui sont censés être mes collaborateurs immédiats et plus proches, frères, amis et fils sont en guerre les uns avec les autres, avec les laïcs et avec moi comme leur berger en chef serait désastreux et un menace pour le salut des âmes – y compris ma propre âme. ”

La décision de l’évêque Okpaleke de démissionner, qu’il considérait comme «la seule option pour faciliter la ré-évangélisation des fidèles du diocèse, en particulier des prêtres», est intervenue après un long échange de va-et-vient avec le clergé et les fidèles laïcs du diocèse d’Ahiara qui a abouti à une intervention papale avec des menaces de sanctions canoniques contre le clergé protestant et les fidèles laïcs.

Le soulèvement du clergé d’Ahiara et des fidèles laïcs était basé sur le fait que le candidat épiscopal, Peter Ebere Okpaleke, vient de l’extérieur du groupe ethnique dominant du diocèse, le Mbaise, et qui se sent également sous-représenté dans l’Église catholique. hiérarchie dans la nation la plus peuplée d’Afrique.

Ordonné en mai 2013 au séminaire du siège de la sagesse, l’évêque Okpaleke a été empêché de mettre les pieds à Ahiara et de nombreuses activités de l’Église ont été interrompues, y compris l’ordination de candidats au diaconat.

En juillet 2017, le pape François a ordonné à tous les membres du clergé du diocèse d’Ahiara de lui promettre fidélité par écrit et en même temps d’exprimer leur acceptation de la nomination de l’évêque Okpaleke comme berger.

Selon un rapport de l’Agence Fides, le Saint-Père «a reçu 200 lettres de prêtres individuels du diocèse d’Ahiara, dans lesquelles ils lui manifestaient obéissance et fidélité. Certains prêtres ont cependant souligné leur difficulté psychologique à collaborer avec l’évêque après des années de conflit. »

En tant que père, le pape n’a pas choisi la voie des sanctions canoniques, mais a plutôt, par l’intermédiaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, ordonné au clergé du diocèse d’Ahiara «de réfléchir aux graves dommages causés à l’Église du Christ et a exprimé l’espoir qu’en l’avenir, ils ne répéteront plus jamais de telles actions déraisonnables contre un évêque légitimement nommé par le Souverain Pontife », a rapporté Agenzia Fides.

Constatant que le peuple est resté inflexible, le 19 février 2018, le Saint-Père a accepté la démission de Mgr Okpaleke et «l’a relevé de la pastorale du diocèse d’Ahiara». Il a nommé Mgr Lucius Iwejuru Ugorji d’Umuahia Administrateur apostolique du diocèse, exprimant l’espoir que «l’Église locale retrouvera sa vitalité et ne souffrira plus jamais de telles actions qui blessent ainsi le Corps du Christ».

Ekwulobia, le diocèse nouvellement créé que l’évêque Okpaleke supervisera, a été découpé dans le diocèse d’Awka au sein de l’archidiocèse métropolitain d’Onitsha.

«Le siège du diocèse d’Ekwulobia nouvellement érigé est situé dans l’État d’Anambra, au sud-est du Nigéria, avec l’église catholique Saint Joseph comme cathédrale. La nouvelle circonscription ecclésiastique est constituée d’un territoire issu du diocèse d’Awka. C’est un suffragant du siège métropolitain de l’archidiocèse d’Onitsha », selon le Bureau de presse du Saint-Siège.

Le diocèse mesure 675,8 kilomètres carrés avec une population catholique de 602 115 personnes réparties dans 82 paroisses.

Le diocèse compte 240 prêtres diocésains, 12 prêtres appartenant à différents ordres religieux, neuf religieux, 22 religieuses et 58 grands séminaristes.

Avec la création du nouveau diocèse, le Nigéria compte désormais 66 sièges ecclésiastiques comprenant neuf archidiocèses et 57 diocèses.

xxxxxxxxxxxxxx

RECOWACERAO NEWS AGENCY, (RECONA) was in the Vatican City this week where it witnessed the appointment of Bishop Peter Ebere Okpaleke designated to shepherd Nigeria’s Ekwulobia, a new diocese carved out from Awka diocese. It will be recalled that Bishop Okpalaeke had earlier been ordained in May 2013 for Ahiara diocese but he never set foot in this diocese owing to incessant protests against his appointment which led to his untimely resignation and subsequent retirement.

However, Pope Francis on Thursday, March 5 announced the establishment of the diocese of Ekwulobia in south eastern Nigeria and appointed Bishop Peter Ebere Okpaleke, previously rejected by a section of the clergy and lay faithful of Nigeria’s Ahiara Diocese, as its first Local Ordinary.

The Papal assignment of Bishop Okpaleke, a clergy of Nigeria’s Awka diocese, to the newly created diocese of Ekwulobia gives the 57-year-old Nigerian Prelate an opportunity to exercise his episcopal ministry, having been forced to resign as the Local Ordinary of Ahiara diocese in February 2018.

In his letter of unconditional resignation made available to RECOWACERAO NEWS AGENCY, Bishop Okpaleke stated “The situation in Ahiara Diocese to the best of my knowledge has not improved. Most importantly, this has been threatening my spiritual life,” He stated this in reference to the sustained opposition to his appointment from a section of the clergy and laity of Ahiara Diocese since his appointment as Bishop in December 2012.

“I am convinced, in conscience that my remaining the Bishop of Ahiara is no longer beneficial to the Church,” Bishop Okpaleke stated in the February 14, 2018 letter addressed to Pope Francis, adding, “I do not think that my apostolate in a diocese where a group of priests and lay faithful are very ill disposed to have me in their midst would be effective.”

He explained, “Exercising the ministry in a diocese where priests who are supposed to be my immediate and closest collaborators, brothers, friends and sons are at war with one another, with the laity and with me as their chief shepherd would be disastrous and a threat to salvation of souls – including my own soul.”

Bishop Okpaleke’s decision to resign, which he considered “the only option to facilitate re-evangelisation of the faithful of the diocese especially the priests” came after a protracted back-and-forth tussle with the clergy and lay faithful of Ahiara diocese that resulted in a Papal intervention with threats of canonical sanctions on protesting clergy and lay faithful.

The uprising on the part of Ahiara’s clergy and lay faithful was based on the fact that the Episcopal candidate, Peter Ebere Okpaleke, comes from outside the dominant ethnic group of the diocese, the Mbaise, and which also feels under-represented in the Catholic Church hierarchy in Africa’s most populous nation.

Ordained in May 2013 at the Seat of Wisdom Seminary, Bishop Okpaleke was impeded from setting foot in Ahiara and many Church activities halted including the ordination of candidates to diaconate.

In July 2017, Pope Francis directed all members of clergy of the diocese of Ahiara to pledge fidelity to him in writing, and at the same time express their acceptance of the appointment of Bishop Okpaleke as their Shepherd.

According to a report by Agenzia Fides, the Holy Father “received 200 letters from individual priests of the Diocese of Ahiara, in which they manifested to him obedience and fidelity. Some priests, however, pointed out their psychological difficulty in collaborating with the Bishop after years of conflict.”

As a father, the Pope did not take the route of canonical sanctions, instead, through the Congregation for the Evangelization of Peoples, directed the clergy of Ahiara diocese “to reflect on the grave damage inflicted on the Church of Christ and expressed hope that in the future they will never again repeat such unreasonable actions opposing a Bishop legitimately appointed by the Supreme Pontiff,” Agenzia Fides reported.

Noticing that the people have remained adamant, on February 19, 2018, the Holy Father accepted the resignation of Bishop Okpaleke and “relieved him of the pastoral care of the Diocese of Ahiara.” He appointed Bishop Lucius Iwejuru Ugorji of Umuahia as the diocese’s Apostolic Administrator, expressing the hope that “the local Church will recover its vitality and never again suffer such actions that so wound the Body of Christ.”

Ekwulobia, the newly created diocese that Bishop Okpaleke will oversee, has been carved out from Awka Diocese within the Metropolitan Archdiocese of Onitsha.

“The see of the newly-erected diocese of Ekwulobia is located in the state of Anambra, south-east Nigeria, with Saint Joseph’s Catholic Church as its Cathedral. The new ecclesiastical circumscription is constituted of territory taken from the diocese of Awka. It a suffragan of the metropolitan see of the archdiocese of Onitsha,” according to the Holy See Press Office.

The diocese measures 675.8 square kilometres with a Catholic population of 602,115 across 82 parishes.

The diocese has 240 diocesan priests, 12 priests belonging to different religious orders, nine men religious, 22 women religious and 58 major seminarians.

With the creation of the new diocese, Nigeria now has 66 Ecclesiastical Sees comprising nine Archdioceses and 57 dioceses.

 

Rev. Fr. George Nwachukwu

Rev. Fr. George Nwachukwu

RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top