• March 30, 2020
0 Comments

print
FROM THE COMMUNICATIONS OFFICE OF RECOWACERAO

Dans le contexte d’une atmosphère tendue en Côte d’Ivoire avant les élections présidentielles d’octobre, les évêques catholiques de la nation ouest-africaine ont décidé de s’opposer au «sacrifice de vies humaines» et de s’engager à jeter des ponts entre les peuples.

«L’évêque, ministre de la Réconciliation, ne peut accepter le manque de volonté combinée des antagonistes; il ne peut accepter le sacrifice de vies humaines dans le calcul d’intérêts particuliers », a déclaré Mgr Ignace Bessi, président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (Cecci), lors de l’ouverture de leur 114e Assemblée plénière dans le diocèse de Korhogo mardi, 14 janvier.

Selon Mgr Bessi, l’Église catholique est préoccupée par les épreuves que le peuple traverse.

“L’Église a l’intention de leur faire face (des épreuves), en vérité, et d’apporter sa contribution, en détruisant les barrières entre les gens et en construisant des ponts entre eux”, a déclaré Mgr Bessi à l’assemblée générale qui se tient sous le thème “la communion au service de la réconciliation”. . “

L’augmentation des tensions au cours des dernières semaines entre Ouattara et ses rivaux politiques a fait craindre des violences liées aux élections dans la plus grande économie d’Afrique de l’Ouest francophone, où un vote contesté de 2010 a déclenché une guerre civile qui a tué 3000 personnes, a rapporté Voanews.

Cinq législateurs figuraient parmi 17 personnes arrêtées après que le gouvernement du président Alassane Ouattara a accusé l’ancien chef rebelle Guillaume Soro de comploter un coup d’État.

Ouattara est arrivé au pouvoir en 2011 après que des membres du mouvement rebelle de Soro se soient battus aux côtés des Nations Unies et des troupes françaises pour évincer l’ancien chef Laurent Gbagbo, qui a refusé de reconnaître une défaite électorale. Soro, qui était considéré comme un successeur possible de Ouattara, a démissionné de son poste de président de l’Assemblée nationale en février de l’année dernière pour bâtir sa propre base politique.

Réfléchissant sur le thème de leur première réunion de 2020, Mgr Bessi a déclaré que la réconciliation est une préoccupation constante pour les évêques catholiques de Côte d’Ivoire.

Le prélat ivoirien a déclaré à propos de la réconciliation: «C’est enraciné dans leur ordination qui les établit et les engage en tant que ministres du sacrement de la réconciliation. Pour l’Église ivoirienne, communion et réconciliation sont les deux faces d’une même médaille. Si la communion ne s’engage pas dans la réconciliation, elle finira par disparaître. »

Selon l’ordinaire local de Katiola et administrateur apostolique de Korhogo, «si la réconciliation a un but autre que la communion, elle ne réussira pas, elle mourra.»

Selon lui, «la recherche de la réconciliation, en cette année électorale, l’une des questions qui peuvent avoir un impact sur la paix sociale, requiert la transparence dans la gestion des problèmes liés aux élections».

L’évêque a averti les personnes chargées du mandat de conduire les élections de se conformer aux dispositions constitutionnelles en disant: «Si l’arbitre est à la fois arbitre et joueur, la fin de la compétition est déjà connue et elle est généralement désastreuse.»

Il a expliqué: «Le rôle d’arbitre assigné à la Commission électorale indépendante requiert son indépendance totale. Cette parfaite indépendance exige qu’elle soit à égale distance de tous ceux qui sont en compétition. »

S’exprimant également lors de la réunion, le Nonce apostolique en Côte d’Ivoire, Mgr Paolo Borgia a invité les évêques ivoiriens à s’unir et à refuser “toute implication personnelle dans des querelles politiques au détriment du bien commun”.

“Il est important que vous entreteniez des relations constructives avec les autorités de votre pays ainsi qu’avec les différentes composantes de la société”, a indiqué le représentant papal dans la nation ouest-africaine.

Lors de l’assemblée générale, les évêques ivoiriens devraient délibérer sur la question de la protection des enfants et des personnes vulnérables.

Les discussions aboutiront à la mise en place d’un protocole et de structures de signalement en vue de garantir la protection de toutes les personnes vulnérables contre les abus et des mesures contre les auteurs d’abus.

Le plan stratégique 2017-2022 sera évalué et validé par l’Assemblée plénière qui se terminera le 19 janvier.

 

In the context of a tensed atmosphere in Côte d’Ivoire before the presidential elections in October, the Catholic bishops of the West African nation decided to oppose the “sacrifice of human lives” and to commit to throwing bridges between peoples.

“The bishop, minister of reconciliation, cannot accept the combined lack of will of the antagonists; he cannot accept the sacrifice of human lives in the calculation of particular interests ”, declared Mgr Ignace Bessi, president of the Conference of Catholic Bishops of Côte d’Ivoire (Cecci), at the opening of their 114th Plenary Assembly in the diocese of Korhogo Tuesday, January 14.

According to Bishop Bessi, the Catholic Church is concerned about the hardships that the people are going through.

“The Church intends to face them (trials), in truth, and to make its contribution, by destroying the barriers between people and by building bridges between them,” said Monsignor Bessi to the general assembly which is held under the theme “communion in the service of reconciliation”. . ”

Rising tensions in recent weeks between Ouattara and his political rivals have raised fears of election-related violence in the largest economy of French-speaking West Africa, where a disputed 2010 vote sparked a civil war that killed 3,000 people, Voanews reported.

Five lawmakers were among 17 people arrested after President Alassane Ouattara’s government accused former rebel leader Guillaume Soro of plotting a coup.

Ouattara came to power in 2011 after members of the Soro rebel movement fought alongside the United Nations and French troops to oust former leader Laurent Gbagbo, who refused to recognize an electoral defeat. Soro, who was considered a possible successor to Ouattara, resigned from his post as president of the National Assembly in February last year to build his own political base.

Reflecting on the theme of their first meeting in 2020, Archbishop Bessi said that reconciliation is a constant concern for the Catholic bishops of Côte d’Ivoire.

The Ivorian prelate said about reconciliation: “It is rooted in their ordination that establishes and engages them as ministers of the sacrament of reconciliation. For the Ivorian Church, communion and reconciliation are two sides of the same coin. If the communion does not engage in reconciliation, it will eventually disappear. ”

According to the local ordinary of Katiola and apostolic administrator of Korhogo, “if reconciliation has a goal other than communion, it will not succeed, it will die.”

According to him, “the search for reconciliation, in this electoral year, one of the questions that can have an impact on social peace, requires transparency in the management of the problems linked to the elections”.

The bishop warned those responsible for conducting the elections to comply with the constitutional provisions, saying: “If the referee is both referee and player, the end of the competition is already known and is generally disastrous. ”

He explained: “The role of arbitrator assigned to the Independent Electoral Commission requires its total independence. This perfect independence requires that it be equidistant from all those in competition. ”

Also speaking at the meeting, the Apostolic Nuncio in Côte d’Ivoire, Mgr Paolo Borgia invited the Ivorian bishops to unite and to refuse “any personal implication in political quarrels to the detriment of the common good”.

“It is important that you maintain constructive relations with the authorities of your country as well as with the various components of society,” said the papal representative in the West African nation.

During the general assembly, the Ivorian bishops should deliberate on the issue of the protection of children and vulnerable people.

The discussions will lead to the establishment of a protocol and reporting structures in order to guarantee the protection of all vulnerable people against abuse and measures against the perpetrators.

The 2017-2022 strategic plan will be evaluated and validated by the Plenary Assembly which will end on January 19.

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top