• June 6, 2020
0 Comments

print

L’AGENCE DE NOUVELLES DE RECOWACERAO, RECONA, a estimé que lorsque le cardinal allemand Rainer Maria Woelki a célébré sa première messe post-lockdown dans la cathédrale historique de Cologne le 3 mai, elle a marqué une étape symbolique vers la restauration des pratiques religieuses publiques à la suite de COVID-19.

L’AGENCE DE NOUVELLES DE RECOWACERAO a été informée de manière fiable que la communion était dispensée par derrière le plexiglas, le chant étant interdit, tandis que les détails étaient enregistrés des 122 catholiques masqués présents pour le dépistage futur de l’infection.

Depuis lors, les conditions se sont encore assouplies, alors que les efforts se poursuivent en Allemagne et dans toute l’Europe pour reconstruire un semblant de vie religieuse normale.

“Je pense que notre gouvernement a compris et répondu aux besoins religieux”, a déclaré à NCR Matthias Kopp, porte-parole de la conférence épiscopale allemande.

“Il est important que l’Église catholique et d’autres acteurs religieux en Allemagne aient participé aux réunions du ministère de l’Intérieur et aient eu une bonne occasion de présenter des idées et de suggérer les réglementations nécessaires. Les concepts de sécurité ont depuis été bien développés et mis en œuvre par chaque diocèse.”

Les catholiques allemands ont eu de la chance. La réouverture des églises à la mi-mai a été soigneusement élaborée avec les 15 administrations publiques du pays, avec des mesures de sécurité détaillées laissées aux 27 diocèses de l’église.

Et lorsque le cardinal Gerhard Müller, ancien préfet de la Congrégation du Vatican pour la doctrine de la foi, a fait circuler une pétition le 8 mai avec l’archevêque controversé Carlo Maria Viganò et d’autres prélats conservateurs, accusant “certaines forces” d’utiliser la pandémie pour restreindre les droits religieux, Mgr Georg Bätzing, président de la Conférence épiscopale allemande, a noté sardoniquement que son église avait une évaluation “fondamentalement différente”.

La commission basée à Bruxelles, représentant les évêques catholiques de l’Union européenne, connue sous son acronyme COMECE, a demandé que la réouverture des lieux de culte soit “consultée et coordonnée” entre les églises et les gouvernements ; et dans la plupart des pays, cela semble être arrivé.

En Autriche, les messes ont repris dans tout le pays le 15 mai, avec un fidèle masqué pour 10 mètres carrés, bien que la conférence épiscopale ait averti dans une lettre pastorale que les services en ligne “resteraient également une partie importante de la vie religieuse”.

Pendant ce temps, dans la République tchèque voisine, les églises ont rouvert de la même manière, avec 30 personnes initialement autorisées aux messes et toutes les restrictions doivent prendre fin le 8 juin.

En Pologne, où les églises sont restées ouvertes tout au long de la pandémie pour les petites congrégations symboliques, une élection présidentielle du 10 mai a dû être annulée, ainsi que des célébrations spectaculaires prévues pour le centenaire de saint Jean-Paul II le 18 mai.

Cependant, les restrictions initiales ont été assouplies pour autoriser un fidèle pour 15 mètres carrés, et assouplies par le premier ministre Mateusz Morawiecki après un appel conjoint de dirigeants catholiques, orthodoxes, protestants et musulmans.

En Pologne et ailleurs en Europe de l’Est, où prédominent les pratiques eucharistiques traditionnelles, les responsables d’églises ont dû rassurer les catholiques qu’ils ne profaneront pas la Sainte-Cène en la recevant à la main.

Dans un message du 14 mai, le président de la conférence des évêques polonais, l’archevêque Stanislaw Gadecki, a exhorté les catholiques à utiliser pleinement les services pastoraux rétablis en allant à l’église en semaine ainsi que le dimanche.

Prêchant plus tôt au sanctuaire national de Jasna Gora, lors d’une messe consacrant le pays à la protection de la Vierge Marie, il a averti que des “changements profonds” seraient également nécessaires pour “reconstruire la patrie sur autre chose qu’une simple soif de développement, de consommation et de la poursuite de l’argent. ”

Quelques conflits entre l’Église et l’État

Les relations entre l’Église et le gouvernement n’ont pas été aussi coopératives partout; et certains évêques ont remis en question le droit des autorités civiles de restreindre les événements religieux, citant des conventions sensibles de longue date.

Dans quelques cas, des policiers armés ont été photographiés s’approchant d’autels pour arrêter les messes, ce qui a provoqué d’amers souvenirs de persécution.

Après un tel incident à l’église St-André-de-l’Europe à Paris le 18 avril, l’archevêque Michel Aupetit a rappelé avec colère l’interdiction de longue date de la police “d’entrer dans une église avec des armes” et a appelé à “la tête froide”.

Bien que le gouvernement du président Emmanuel Macron ait autorisé la réouverture des écoles et des magasins début mai, les églises françaises ont été condamnées à rester fermées jusqu’au 2 juin au plus tôt.

Cela a suscité des réactions plus en colère, Aupetit accusant les responsables de montrer “une compréhension zéro des gens”, et le président de la conférence épiscopale, l’archevêque Eric de Moulins-Beaufort de Reims, réitérant l’importance de la liberté de culte comme “un élément constitutif de la vie démocratique”.. ”

Suite à une pétition de masse, signée par des dizaines de parlementaires français, le gouvernement a indiqué que certaines messes pourraient reprendre d’ici la Pentecôte le 31 mai, bien que des restrictions plus strictes puissent se poursuivre à Paris et dans d’autres “zones rouges”.

Les dirigeants catholiques de Paris assistent à une cérémonie de méditation devant la Couronne d’épines pour marquer le Vendredi Saint dans une partie sécurisée de la cathédrale Notre-Dame le 10 avril. Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale ; L’évêque auxiliaire Denis Jachiet et l’archevêque Michel Aupetit. (CNS / Reuters / Ludovic Marin)

Dans l’Espagne voisine, les messes publiques sont autorisées dans tout le pays depuis le 11 mai, bien qu’elles doivent être raccourcies et ne pas occuper plus d’un tiers des sièges de l’église, sans choeurs, livres de cantiques ou eau bénite.

Le gouvernement dirigé par les socialistes de Pedro Sánchez, au pouvoir depuis janvier, est en conflit avec l’Église catholique au sujet de ses réformes laïques, de sorte que certains évêques se méfient.

Le 10 mai, le cardinal Antonio Cañizares de Valence a rejeté les “fausses allégations” selon lesquelles il avait enfreint les règles de sécurité lors d’une messe pour la Vierge des Réprouvés et a accusé les politiciens locaux d’utiliser “la manipulation et la distorsion” contre les catholiques.

Les plans de la police pour porter des accusations contre le cardinal ont été soutenus par le gouverneur régional socialiste de Valence, Ximo Puig, mais rejetés par le maire de la ville, qui a insisté sur le fait qu’aucune règle n’avait été enfreinte.

En Grande-Bretagne, où le premier ministre Boris Johnson s’est retrouvé en soins intensifs avec le virus après avoir annoncé un verrouillage à l’échelle nationale le 23 mars, les responsables gouvernementaux ont indiqué que les églises pouvaient rester ouvertes pour la prière privée et les funérailles, ainsi que pour le clergé de diffuser des services via Internet.

De nombreux chrétiens ont été surpris lorsque les dirigeants de l’Église britannique ont décidé que les mesures du gouvernement étaient trop libérales et ont imposé des restrictions plus strictes.

Alors que l’Église catholique autorisait les prêtres à prononcer la messe à huis clos, elle refusait d’autoriser les laïcs à entrer dans les églises pour une prière privée, arguant que cela enverrait un “message tout à fait incohérent”.

Les chefs de l’Église anglicane d’Angleterre établie sont allés encore plus loin, décrétant que les églises devaient également être fermées aux prêtres, et les morts enterrés avec rien de plus qu’une simple prière sur la tombe.

Touchés par de vives critiques, les chefs d’église ont été déçus lorsque les nouveaux plans du gouvernement, publiés le 11 mai, ont décrété que les églises devaient rester fermées jusqu’en juillet, ainsi que les cinémas, les pubs et autres “installations d’accueil et de loisirs”.

Dans sa déclaration de début mai, la COMECE a mis en garde contre la fermeture forcée des lieux de culte et a appelé les gouvernements à veiller à ce que toute restriction soit proportionnée et “conforme aux garanties constitutionnelles pertinentes”.

xxxxxxxxxxxxx

RECOWACERAO NEWS AGENCY, RECONA gathered that when Germany’s Cardinal Rainer Maria Woelki celebrated his first post-lockdown Mass in Cologne’s historic cathedral May 3, it marked a symbolic step towards restoring public religious practices in the wake of COVID-19.

RECOWACERAO NEWS AGENCY was reliably informed that Communion was dispensed from behind plexiglass, with singing prohibited, while details were logged of the 122 masked Catholics present for future infection tracing.

Since then, conditions have eased further, as efforts continue in Germany and across Europe to rebuild some semblance of normal church life.

“I think our government has understood and responded to religious needs,” Matthias Kopp, spokesman for Germany’s bishops’ conference, told NCR.

“It’s important the Catholic Church and other religious players in Germany have taken part in Interior Ministry meetings and had a good chance to present ideas and suggest necessary regulations. Safety concepts have since been well developed and implemented by each diocese.”

German Catholics have been fortunate. The reopening of churches by mid-May was worked out carefully with the country’s 15 state administrations, with detailed safety measures left to the church’s 27 dioceses.

And when Cardinal Gerhard Müller, former prefect of the Vatican’s Congregation for the Doctrine of the Faith, circulated a petition May 8 with the controversial Archbishop Carlo Maria Viganò and other conservatives prelates, accusing “certain forces” of using the pandemic to curb religious rights, Bishop Georg Bätzing, president of the German Bishops’ Conference, noted sardonically that his church had a “fundamentally different” assessment.

The Brussels-based commission representing the European Union’s Catholic bishops, known by its acronym COMECE, has called for the reopening of places of worship to be “consulted and coordinated” between churches and governments; and in most countries, that seems to have happened.

In Austria, Masses resumed nationwide May 15, with one masked churchgoer for every 10 square meters, although the bishops’ conference cautioned in a pastoral letter that online services would also “remain an important part of religious life.”

Meanwhile, in the neighboring Czech Republic, churches have similarly reopened, with 30 people initially allowed at Masses and all restrictions to end by June 8.

In Poland, where churches stayed open throughout the pandemic for small, symbolic congregations, a May 10 presidential election had to be called off, along with spectacular celebrations planned for St John Paul II’s hundredth birthday May 18.

However, initial restrictions were relaxed to allow one worshipper for every 15 square meters and eased further by premier Mateusz Morawiecki after a joint appeal by Catholic, Orthodox, Protestant and Muslim leaders.

In Poland and elsewhere in Eastern Europe, where traditional eucharistic practices predominate, church leaders have had to reassure Catholics they will not be profaning the sacrament by receiving it by hand.

In a May 14 message, the Polish bishops’ conference president, Archbishop Stanislaw Gadecki, urged Catholics to make full use of restored pastoral services by attending church on weekdays as well as Sundays.

Preaching earlier at the national sanctuary of Jasna Gora, during a Mass rededicating the country to the Virgin Mary’s protection, he warned “profound changes” would also be needed to “rebuild the homeland on something more than just a lust for endless development, consumption, and pursuit of money.”

Some church-state conflicts

Church-government relations haven’t been so cooperative everywhere; and some bishops have questioned the right of civil authorities to restrict religious events, citing sensitive, long-standing conventions.

In a few instances, armed police have been photographed approaching altars to halt Masses, prompting bitter memories of persecution.

After one such incident at the St-André-de-l’Europe church in Paris April 18, Archbishop Michel Aupetit angrily recalled the long-standing police ban “on entering a church with weapons” and appealed for “cool heads.”

Although the government of President Emmanuel Macron allowed schools and shops to reopen in early May, French churches were ordered to stay closed until June 2 at the earliest.

This prompted angrier reactions, with Aupetit accusing officials of showing “zero understanding of people,” and the bishops’ conference president, Archbishop Eric de Moulins-Beaufort of Reims, reiterating the importance of freedom of worship as “a constitutive element of democratic life.”

Following a mass petition, signed by dozens of French parliamentarians, the government has indicated that some Masses might resume by Pentecost May 31, although stricter curbs could continue in Paris and other “red zones.”

Paris Catholic leaders attend a meditation ceremony in front of the Crown of Thorns to mark Good Friday in a secured part of Notre Dame Cathedral on April 10. Among those attending were Fr. Patrick Chauvet, cathedral rector; Auxiliary Bishop Denis Jachiet and Archbishop Michel Aupetit. (CNS/Reuters/Ludovic Marin)

In nearby Spain, public Masses have been allowed nationwide since May 11, although these must be shortened and fill no more than a third of church seats, with no choirs, hymnbooks, or holy water.

The Socialist-led government of Pedro Sánchez, in power since January, has been in conflict with the Catholic Church over its secular reforms, so some bishops are wary.

On May 10, Cardinal Antonio Cañizares of Valencia rejected “false claims” he had breached safety guidelines during a Mass for the Virgin of the Forsaken and accused local politicians of using “manipulation and distortion” against Catholics.

Police plans to bring charges against the cardinal were backed by Valencia’s Socialist regional governor, Ximo Puig, but rejected by the city mayor, who insisted no rules had been broken.

In Britain, where premier Boris Johnson ended up in intensive care with the virus after announcing a nationwide lockdown March 23, government officials indicated that churches could stay open for private prayer and funerals, as well as for clergy to broadcast services via the internet.

Many Christians were surprised when Britain’s church leaders decided the government’s measures were too liberal and imposed tighter restrictions of their own.

While the Catholic Church allowed priests to say Mass behind closed doors, it refused to allow lay individuals to enter churches for private prayer, arguing this would send an “utterly inconsistent message.”

Heads of the established Anglican Church of England went even further, decreeing that churches should be locked to priests as well, and the dead buried with no more than a simple graveside prayer.

Hit by bitter criticisms, church leaders were disappointed when new government plans, released May 11, decreed that churches must stay closed until July, along with cinemas, pubs, and other “hospitality and leisure facilities.”

In its early May statement, COMECE warned against the continued forced closure of places of worship, and called on governments to ensure any restriction was proportionate and “in compliance with relevant constitutional guarantees.”

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top