• December 15, 2019
0 Comments
print

INTRODUCTION

 

Dans l’évangile de St. Matthieu chapitre 28 Vs 19-20 Jésus a dit, “Allez donc et faire des disciples de toutes les nations, en les baptisant au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint. On peut ajouter spontanément Amen à ce mandat divin. Pour réaliser cette injonction à notre époque, contrairement au temps de Jésus, nous avons découvert que nous n’avons plus nécessairement besoin de quitter nos maisons ou d’être dans une Église établie.

 

Nous, catholiques, croyons que Jésus est la Parole de Dieu et que notre appel en tant qu’Église est d’être des évangélisateurs, d’apporter Jésus au peuple. Nous sommes appelés à être un peuple qui partage les excitations et les défis de la foi avec les autres. Et puisque nous sommes exhortés par Dieu à le faire connaître au monde, il est alors nécessaire d’utiliser les meilleurs moyens disponibles.

 

Tout au long de l’histoire, la méthode par laquelle l’Eglise a accompli la Grande Commission d’annoncer l’Évangile ou d’évangéliser a été propulsée par la technologie de l’époque. Pour l’apôtre Paul, c’était le système de la route romaine. Pour la Réforme, c’était l’imprimerie. Pour nous aujourd’hui, c’est la puissance d’Internet dans la paume de la main de presque tous les membres de notre Eglise, et certainement presque tous les hommes, femmes et enfants dans les environs de l’Eglise. Grâce à la technologie moderne et son invention des médias sociaux. En cette ère, nous avons réalisé que nous pouvons atteindre et enseigner le monde à travers un simple appareil que nous tenons dans nos mains. L’appareil peut être un petit ordinateur qui se trouve sur nos genoux ou un combiné portable dans notre poche. Le monde a changé, et il y a de grandes opportunités pour l’Église de notre époque.

 

Dans cette ère moderne, nous sommes entourés et parfois bombardés par l’électronique – ordinateurs, téléphones intelligents, iPad et tablettes – et les possibilités de médias sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram et les aime. En tout état de cause, l’Eglise catholique et nos papes depuis cinquante ans ou plus ont souligné la nécessité de saisir ces occasions au service de Dieu et de l’Eglise.

 

En Europe et en Amérique, par exemple, la fréquentation de l’Eglise est généralement en baisse rapide et une solution immédiate s’impose. Même pour les églises en Afrique qui supposent une forte fréquentation, ces églises n’accueillent des chrétiens que pendant 1 à 3 heures par semaine. Pourtant, cette congrégation et d’autres personnes consacrent de plus en plus de temps éveillé à être connecté et immergé dans les médias sociaux.

  

 

LA POSITION DE L’ÉGLISE SUR L’UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

 

Dans le document de Vatican II de 1963 intitulé «Inter Mirifica», les participants à ce synode transformationnel de l’Église ont compris la nécessité d’éduquer les membres de l’Église en ce qui concerne l’utilisation des médias sociaux pour faire avancer la vie de l’Église.

 

Lors de la toute première Journée mondiale de la communication en 1967, le pape Paul VI avait déclaré: «Dans le vaste et complexe phénomène des moyens modernes de communication sociale, tels que la presse, le cinéma, la radio et la télévision, se trouve le développement et la réalisation d’un plan merveilleux de la providence de Dieu, qui ouvre au génie de l’humanité des moyens toujours nouveaux d’atteindre sa perfection et d’atteindre son but final. “Il a toutefois averti:” On ne peut ignorer le danger et les dommages que ces moyens, même nobles en eux-mêmes, peuvent infliger aux individus et à la société des personnes qui ne sont pas employées par des personnes ayant un sens des responsabilités ou une intention honnête et conformes à l’ordre moral objectif… »

 

Aujourd’hui, les médias sociaux et les moyens de transmission des messages qui en découlent se développent beaucoup plus rapidement que nous ne pouvons le comprendre. Lors de la 36e Journée mondiale de la communication en 2002, le pape Jean-Paul II a clairement commenté sur Internet lorsqu’il a déclaré: «L’Église aborde ce nouveau média avec réalisme et confiance. Comme d’autres moyens de communication, c’est un moyen, pas une fin en soi. Internet peut offrir de magnifiques possibilités d’évangélisation s’il est utilisé avec compétence et conscience de ses forces et de ses faiblesses. ”

 

Plus récemment, le pape François a examiné l’utilisation des médias sociaux et a déclaré : «Il est important de savoir dialoguer et d’utiliser avec discernement les technologies modernes et les réseaux sociaux de manière à révéler une présence à l’écoute, au dialogue et à l’encouragement. Permettez-vous, sans crainte, d’être cette présence, exprimant votre identité chrétienne en devenant citoyens de cet environnement. Une église qui suit ce chemin apprend à marcher avec tout le monde. ”

 

Dans son discours prononcé le 27 juin 2015 devant le Conseil pontifical sur les communications sociales, le pape François a déclaré: “Le grand continent numérique ne comprend pas seulement la technologie, il est composé d’hommes et de femmes véritables qui apportent avec eux leurs espoirs, leurs souffrances , leurs préoccupations et leur poursuite de ce qui est vrai, beau et bon. Nous devons amener le Christ aux autres, par le biais de ces joies et de ces espoirs, comme Marie, qui a conduit le Christ au cœur des hommes et des femmes; “Il est du devoir des pasteurs d’instruire et de guider les fidèles pour qu’ils puissent, avec l’aide de ces mêmes médias, favoriser le salut et la perfection d’eux-mêmes et de la famille humaine tout entière. En outre, les laïcs doivent en particulier s’efforcer d’instiller un esprit humain et chrétien dans ces médias, afin qu’ils puissent se conformer pleinement aux grandes attentes de (l’humanité) et au dessein de Dieu ».

 

Reconnaître que le christianisme est fondamentalement un événement de proclamation nous permet d’identifier comment chaque nouveau média modifie la fonction d’un ancien. Dans la perspective du retour à l’avenir, l’Église doit s’associer au virage numérique déjà rendu possible par les médias. Mais cela nécessite à la fois sagesse et intégrité. Sagesse reconnaît que les médias sociaux ne sont avant tout qu’un outil. Ces outils permettent à l’Église d’engager des conversations, de partager des intérêts et de générer son propre contenu. Les applications numériques, les instruments informatiques, les technologies mobiles et basées sur le Web facilitent la transmission de ce contenu.

 

La technologie numérique n’est plus un espace social alternatif, mais constitue la principale plate-forme pour fournir et recevoir des informations. La nature fluide et flexible d’Internet a fourni de multiples groupes d’affinités, permettant ainsi une plus grande intégration idéologique.

 

Le mandat pour les disciples du Christ d’entrer dans le monde entier ne sera pas rempli en chevauchant un âne à Jérusalem, mais en se rendant dans les espaces virtuels rendus disponibles par le biais de la technologie numérique. Dans la culture numérique actuelle, comme à chaque époque, la tâche des chrétiens est de s’adresser au monde. Néanmoins, s’en tenant à la réalité textuelle de l’Écriture chrétienne, le peuple de Dieu doit aujourd’hui utiliser les divers outils de formation d’une communauté dans un monde numérique. Pour ce faire, assume la tâche de partager des histoires particulières en tant que message de l’Église. Par le biais de présentations publiques de la réalité décrite dans le récit des Écritures chrétiennes, cette génération, comme celle à laquelle nous sommes confrontés, doit répéter la réalité de Dieu de manière à ce que le drame présenté soit considéré comme acceptable.

 

ATTITUDE DE CERTAINS CHRÉTIENS À L’ÉGARD DES MÉDIAS SOCIAUX

 

De nos jours, il est difficile dans certains domaines chrétiens de trouver des personnes qui parlent de manière positive des médias sociaux. Ces groupes de croyants ont continué à propager leur dédain déclaré pour les moyens de communication modernes. Ils ont souvent expliqué clairement comment les “médias sociaux” provoquaient la tristesse dans la société. Certains articles ont été écrits sur la manière dont les médias sociaux ont entraîné la ruine de nos institutions, nous ont transformés en poussettes antisociales et sont à l’origine de la dépression et de l’anxiété. Je ne suis pas ici pour minimiser ou nier les aspects négatifs des médias sociaux, en particulier en ce qui concerne l’Église catholique, mais j’adopte une approche différente dans le présent document.

 

Leurs raisons sont simples et parfois justifiées. Les médias sociaux, en particulier les médias sociaux catholiques, peuvent être un endroit difficile et hostile. De nos jours, les médias discutent souvent des débats dans les médias, et les débats se transforment en combats, et les combats se transforment en vase clos. Le climat qui règne actuellement dans l’Église catholique a eu pour effet de surcharger ce phénomène.

Cependant, c’est pour ces mêmes raisons que les catholiques fidèles doivent porter notre message d’amour et de confiance en Jésus-Christ sur ces mêmes médias sociaux. Le moment est venu de montrer au monde ce que signifie être catholique, aimer son prochain, défendre la vie sous toutes ses formes et admirer la présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie.

Les médias sociaux nous permettent de communiquer avec des centaines de milliers de personnes en un clic – alors quel meilleur endroit pour diffuser ces messages d’espoir et d’amour que Facebook, Twitter, Instagram, etc.?

 

Utiliser les médias sociaux pour témoigner du Christ et proclamer ses actes puissants commence par traiter les médias sociaux comme un cadeau spécial de Dieu. Le pape François, dans son message de 2016 pour la Journée mondiale de la communication, y faisait allusion en déclarant: “Les courriers électroniques, les SMS, les réseaux sociaux et les discussions peuvent aussi être des formes de communication entièrement humaines. Ce n’est pas la technologie qui détermine si la communication est authentique ou non, mais plutôt le cœur humain et notre capacité à utiliser judicieusement les moyens à notre disposition “.

 

Il est important de noter que nous pouvons utiliser nos médias sociaux pour inviter les gens à la messe, à l’adoration, à la confession et à divers autres événements catholiques. Nous devons donc reconnaître que nos amis Facebook, ou les milliers qui suivent le compte Twitter de notre paroisse, sont de véritables communautés elles-mêmes. Cela signifie que nous devons utiliser les médias sociaux pour servir et nourrir ces communautés en leur offrant un contenu qui les aidera à rencontrer Jésus. Qu’il s’agisse d’une citation inspirante ou réconfortante tirée des Écritures, de messes ou d’événements en direct ou de vidéos catéchétiques qui partagent la richesse de notre tradition catholique, nous devons offrir quelque chose de concret à nos amis et à nos disciples. Si nous partageons un contenu significatif, nous pouvons utiliser les médias sociaux pour amener les gens à une rencontre avec Christ tous les jours.

 

Le contenu significatif est deux en un. C’est authentique et vulnérable. Dans un monde où la vie se vit sur les médias sociaux, où nous sommes bombardés de publicités et de bruit, les gens ont soif d’authenticité. Ils désirent quelque chose de stable, de réconfortant et quelque chose qui les aide à comprendre nos vies folles modernes. Ce quelque chose est en réalité quelqu’un et ce quelqu’un est Jésus-Christ.

 

En tant que directeur de la communication dans mon pays  le Nigéria et maintenant de RECOWA / CERAO, j’ai vu des personnes réagir avec force à de courtes vidéos, à des réflexions authentiques et à des graphiques spirituels. Ils répondent souvent à certains de nos évêques, qui utilisent les médias sociaux pour publier leurs réflexions quotidiennes, poser des questions et offrir des prières. De même, les paroisses qui utilisent les médias sociaux pour souligner leurs événements, échangent des paroles de sagesse de leurs pasteurs et fournissent des ressources de prière et de réflexion aux fidèles utilisent toutes authentiquement les médias sociaux pour améliorer le sort de leurs paroissiens et de toute la chrétienté.

 

Les médias sociaux semblent être vulnérables. De nos jours, de nombreuses personnes vivent sur les réseaux sociaux, ce qui signifie qu’elles s’ouvrent à la vulnérabilité inhérente et constante qui découle du dévoilement de leurs espoirs, de leurs rêves, de leurs émotions, de leurs opinions et de leurs expériences quotidiennes. Puisqu’ils vivent leur vie de cette façon, ils s’attendent à ce que les institutions qu’ils suivent vivent également de cette façon. C’est pourquoi il est si important que nos paroisses, écoles et diocèses se mettent nécessairement aux médias sociaux, utilisent un langage informel et montrent aux gens “les coulisses” de l’institution. Cela nous permet de montrer que l’Église est composée de personnes, avec tous leurs triomphes et leurs tribulations, essayant toutes de servir Dieu du mieux qu’elles peuvent. De cette manière, nous sommes à la fois authentiques et vulnérables.

 

Nous ne pouvons pas nous résigner à l’indifférence ou au cynisme simplement parce que les sites de médias sociaux peuvent souvent être des lieux de désolation. Plutôt, si nous apportons un esprit d’amour et de joie, enraciné dans le Christ à tout ce que nous faisons sur les médias sociaux, nous pouvons fournir un exemple incroyablement convaincant à un monde en recherche. Le Christ lui-même nous dit: “C’est ainsi que tous sauront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres” (Jn, 12, 35).

 

Il n’y a rien de plus authentique, pas de récit plus puissant ni de message plus provocant que l’Evangile. Efforçons-nous de le partager à travers notre exemple de témoignage d’amour sur les médias sociaux.

 

LES MÉDIAS SOCIAUX AU SERVICE DE L’ÉGLISE

 

Dès le début, l’Église catholique romaine a mis un accent considérable sur la proclamation du message de l’Évangile. Cet accent a été orchestré à bien des égards par diverses personnes et l’un des principaux moyens pour nous tous de répondre à cet appel à l’évangélisation passe par le domaine en pleine croissance de la technologie et des médias sociaux.

 

Les gens sont plus que jamais interconnectés via les médias sociaux du Web. Le potentiel d’évangélisation par ce moyen est presque illimité et beaucoup n’ont pas encore exploré tout son potentiel. Selon internetworldstats.com, plus de 270 millions de personnes en Amérique du Nord utilisent Internet et ce nombre augmente rapidement. Dans une étude similaire mais différente, b2bsocialmediaguide.com, affirme que 73% des utilisateurs d’Internet aux États-Unis sont atteints par Facebook, que je pourrais appeler le géant en chef des médias sociaux. Clairement, la majorité des gens ici sur notre continent africain sont touchés par les médias sociaux d’une manière ou d’une autre.

 

Je crois qu’il serait insensé de la part de l’Église et de ses membres de ne pas utiliser cette ressource précieuse. En utilisant ce support de médias sociaux, on peut diffuser l’évangile à travers des vidéos sur tout, des conversations à l’apologétique. De même, l’Église peut utiliser les médias sociaux pour diffuser des articles puissants, susceptibles de changer la vie, qui ouvrent les yeux à la vérité ou qui suscitent l’intérêt d’apprendre davantage.

 

De nombreuses organisations catholiques utilisent les médias sociaux pour diffuser la Bonne Nouvelle. Par exemple, Catholic Online compte plus de 35 000 «j’aime» sur Facebook, ce qui signifie que lorsqu’ils publient du contenu sur leur page Facebook, tous ceux qui l’aiment verront le contenu sur leur fil d’actualité. Ceux qui les “aiment” ont également un accès plus facile à leur contenu sur Facebook et sont plus susceptibles de visiter leur site Web.

 

À travers les médias sociaux, l’Église catholique romaine a le potentiel de promouvoir l’Évangile en faisant la promotion des livres catholiques, du chapelet, des médailles, des vêtements de secrétaire, des sacrements, etc. Les médias sociaux attirent le regard du monde s’ils sont utilisés correctement et de nombreux groupes catholiques le font actuellement. Il est facile de regarder Internet et les médias sociaux en ne voyant que les défauts et les abus de ses facultés. Cependant, je lance un défi à tous, en particulier à nos évêques, prêtres et religieux, de découvrir de toute urgence le potentiel de proclamation du message de l’Évangile et du bon travail à leur portée, et de les utiliser. Rappelez-vous que «tout ce qui est nécessaire pour le triomphe du mal est que les hommes de bien ne fassent rien». – Edmund Burke

 

ATTEINDRE LES GENS A L’ERE NUMERIQUE

 

De nombreuses personnes n’accepteraient jamais une invitation d’amis chrétiens à assister à un service religieux ou à une étude biblique en petits groupes. Cependant, ces mêmes personnes pourraient aimer cliquer et regarder une vidéo convaincante avec un message chrétien posté par les mêmes amis sur Twitter. Une personne peut ne jamais penser à demander de l’aide à l’Église en période de crise personnelle, mais cette même personne peut découvrir le groupe de soutien de l’Église en cas de deuil lorsqu’elle découvre sur Google ou se connecte au blog d’un ami. Les vieux amis peuvent ne plus jamais avoir de contact en face à face, mais une personne peut s’adresser à un vieil ami chrétien facile à contacter par un message privé sur Facebook pour demander une prière, des conseils ou une direction spirituelle.

 

La beauté de l’ère numérique, contrairement à de nombreuses technologies et aux avancées du passé, réside dans le fait que les coûts de démarrage sont relativement bas. La plupart des comptes de médias sociaux sont entièrement gratuits à la création. Les blogs et les sites Web peuvent être gratuits ou bien quelques dollars ou euros par mois à gérer. Le podcasting et la création vidéo peuvent être réalisés par toute personne possédant un smartphone. Fini l’époque où il fallait un éditeur de livre pour diffuser une idée, un studio de production pour le tournage ou un groupe de professionnels pour enregistrer votre voix. Internet est au moins pour l’instant une organisation démocratique. Les personnes qui ont des contenus précieux ou convaincants arrivent au sommet, alors que les contenus ennuyeux ou non pertinents ne sont jamais lus. Il ne s’agit pas de coûts, mais de faire en sorte que le monde entier parle avec des voix authentiques qui ont quelque chose de valeur à dire.

 

L’Église n’existe que pour attirer les gens à Christ et pour nous rendre tel que lui et ce qu’il défend. Sortons avec l’audace de la créativité et ces nouveaux outils étonnants entre nos mains pour partager la bonne nouvelle dans un monde avec plus de personnes que jamais auparavant. Comme Jésus l’a fait, devenons incarnés; se retrouver avec des gens où qu’ils soient. Le monde devient ainsi numérique et fait sa demeure parmi nous.

 

COMBIEN DE TEMPS NOS FIDELES PASSENT-ILS SUR LES MEDIAS SOCIAUX?

 

Le chercheur Jason Mander de Global Web Index a récemment établi le fait que le nombre total moyen d’heures passées en ligne sur des ordinateurs personnels, des ordinateurs portables, des téléphones portables et des tablettes est passé de 5,5 heures par jour en 2012 à 7,5 heures en 2018. L’un des principaux moteurs de cet engagement en ligne est des réseaux sociaux. Selon les recherches de Mander, une personne passe en moyenne 2 heures par jour sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Instagram. Et ce nombre augmente d’année en année.

 

Les gens se connectent, se font des amis, sortent avec eux, lisent les nouvelles et célèbrent les jalons de la vie, font les magasins, rient et apprennent en ligne plus d’heures par jour que presque toute autre activité. C’est là que notre culture passe sa vie. Par conséquent, cette occasion en or doit être saisie par l’Église, qui est invariablement devenue la nouvelle frontière de la présence de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ qui changera sa vie.

 

Vous conviendrez avec moi qu’en tant que partie du monde qui devient de plus en plus un “village global”, l’Eglise connaît également les opportunités et les défis du développement rapide des technologies de la communication. Fait intéressant, l’environnement de communication de l’Eglise est constitué de, pas une ou deux, mais les quatre formes de culture de la communication, à savoir la culture orale, la presse écrite, la diffusion et les cultures numériques. Si le passage d’une forme à une autre est inhérent au monde social, on ne peut pas en dire autant En participant de plus en plus au forum numérique public créé par les réseaux sociaux, les jeunes établissent de nouvelles formes de relations interpersonnelles, créent une nouvelle conscience de soi et posent des questions sur la manière d’agir correctement et d’être authentique dans sa vie et son propre être.

 

ALLONS LÀ OÙ SE TROUVE L’HOMME MODERNE

 

Vincent Donovan (Missionnaire auprès des Masaï de Tanzanie, dans les années 60 et 70) a déclaré dans son livre, CHRISTIANITY DISCOVERED; «L’évangélisation est un processus qui consiste à porter l’Évangile aux gens là où ils se trouvent, pas à ce que vous voudriez qu’ils soient… Lorsque l’Évangile atteint un peuple où il se trouve, sa réponse à l’Évangile est que l’Église se trouve dans un nouvel endroit».

 

Que cela nous plaise ou non, la tendance actuelle est que, même parmi les membres les plus engagés, de moins en moins de personnes fréquentent régulièrement l’Église et que de plus en plus de personnes passent leurs dimanches matins (et tous les jours) sur les réseaux sociaux. Comme Donovan nous le rappelle, l’évangélisation consiste à amener le Christ aux gens exactement où ils se trouvent; apprendre leur langue et leur culture afin de les engager dans le message de Dieu qui changera leur vie avec nous. Ce faisant, nous commençons à découvrir l’Église dans un nouvel endroit.

 

En tant que personne qui utilise les médias sociaux pour améliorer l’image de l’Église dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, j’ai vu ses fruits et ses limites, le cas échéant. L’Église catholique devrait adopter les médias sociaux ou, du moins, l’accepter, non pas comme une solution aux problèmes d’extension, mais comme un moyen de commencer une conversation, d’obtenir des ressources et d’atteindre les gens là où ils se trouvent. Le message de vraie liberté et de nouvelle vie en Jésus-Christ et l’appel à vivre cette nouvelle vie au sein de l’Église sont trop précieux pour ne pas utiliser tous les moyens disponibles pour le communiquer à un monde qui a soif de son invitation libératrice.

 

La croissance explosive récente et l’impact social accru de ces médias les rendent d’autant plus importants pour un ministère sacerdotal fructueux “, a déclaré le pape Benoît XVI dans son message à l’occasion de la 44e Journée mondiale de la communication.

 

Le pape Benoît XVI est un défenseur des médias sociaux et le premier pape à avoir ses propres comptes YouTube et Facebook. Il préconise l’utilisation des médias sociaux pour communiquer le message de l’Évangile à un public plus jeune et à ceux de plus en plus férus de technologie. Ce média est également un outil puissant pour le clergé. “Les prêtres sont ainsi mis au défi de proclamer l’Evangile en utilisant les ressources audiovisuelles de la dernière génération (images, vidéos, animations, blogs et sites Web) qui, parallèlement aux moyens traditionnels, peuvent ouvrir de nouveaux horizons au dialogue, à l’évangélisation et à la catéchèse”, concluait le pape Benoît.

 

EFFETS SECONDAIRES DES MÉDIAS SOCIAUX SUR LA PROCLAMATION DE L’ÉVANGILE

 

Le monde numérique des médias sociaux offre un grand potentiel pour ceux qui souhaitent diffuser le message de l’Évangile, mais présente parfois un risque d’opposition. Le pape Benoît XVI approuve les médias sociaux et leur vaste potentiel. En un clic, les chrétiens peuvent atteindre des millions de croyants et de non-croyants avec le message de l’Évangile et l’appel à suivre le Seigneur. Au même moment, le pape Benoît XVI ne pouvait pas fermer les yeux sur les défis que les technologies numériques posent à l’Église aujourd’hui. Il a découvert que la communication numérique peut rendre l’interaction unilatérale, en ne partageant que certaines parties du monde intérieur et en se construisant une fausse image de soi qui peut devenir une forme d’auto-indulgence. Ceci est particulièrement observé dans le monde de l’imaginaire et de la fausse vie qui se manifeste dans la construction d’un profil public artificiel.

 

Parmi les autres risques potentiels inhérents à l’ère numérique, on peut citer le fait d’être moins présent pour ceux que l’on rencontre dans la vie quotidienne; être plus distrait en raison d’une attention fragmentée ou divisée entre le monde dans lequel on vit et le monde virtuel; manque de réflexion critique sur les choix effectués; incapacité à entretenir des relations humaines véritablement profondes et durables, évidentes dans les mariages brisés, les foyers et les vies. Dans ce contexte, nos évêques, prêtres et religieux sont appelés à relever les grands défis de cette époque de Facebook, Twitter et autres médias sociaux. En premier lieu, nous sommes tenus, en conscience, d’aider les jeunes à trouver en Jésus-Christ l’accomplissement complet et authentique de ce désir humain fondamental de relation, de communion et de sens qui sous-tend l’immense popularité des médias sociaux.

 

Le pape émérite a donné les indices suivants sur la manière dont les opérateurs de l’apostolat de la communication de l’Église en Afrique et l’Église universelle peuvent proclamer l’Évangile par le biais des nouveaux médias. Il a indiqué que nous pouvons y parvenir en insérant un contenu expressément religieux dans différentes plates-formes médiatiques; un témoignage cohérent dans son profil numérique, dans la manière dont on communique des choix, des préférences et des jugements qui sont pleinement compatibles avec l’Évangile; être toujours prêt à donner une réponse à quiconque demande une raison d’espérer en nous (1 Pierre 3:15); entreprendre des actions contre-culturelles, contre certaines des façons de penser typiques du Web; se rendre compte que la vérité partagée sur le net ne tire pas sa valeur de sa “popularité” ni de l’attention qu’elle reçoit, mais mérite de se faire connaître dans son intégrité et de devenir un aliment quotidien plutôt qu’un attrait éphémère.

 

Alors que la croissance explosive et l’impact des médias sociaux sont incroyables, le monde numérique offre des défis différents des flux de communication du passé. Les médias sociaux constituent la nouvelle place publique et suscitent des inquiétudes chez les chrétiens lorsque cette place publique virtuelle est marquée par l’opposition. Ici on peut demander; Internet et les médias sociaux sont-ils le moyen approprié pour communiquer le message de l’Évangile, en particulier lorsque des radicaux à des milliers de kilomètres de distance peuvent entraver vos efforts?

 

LES MEDIAS SOCIAUX, MIEUX VUS COMME UN MOYEN ET NON COMME UNE FIN EN SOI

 

Les spécialistes du marketing se réfèrent aux endroits où les gens se rassemblent comme un « trou d’eau ». Fournir un outil de diffusion pour ceux qui souhaitent non seulement se connecter avec leurs amis et leur famille, mais aussi partager des articles, des vidéos et des liens vers des informations de qualité est ce que Facebook fait de mieux pour les chrétiens. Ce « trou d’eau » devrait servir de bonne ressource, mais pas de lieu d’éducation. Les points d’eau ne font que rafraîchir, alors que l’eau fait le vrai travail. De même, lorsque nous allons sur Facebook ou Twitter pour voir ce qui se passe, nous ne devrions pas rester sur place. Nous devrions aller lire les articles liés et référencés, parler à la personne qui se cache derrière le profil et partager nos propres expériences de vie et de ministère. Rester dans les médias sociaux, c’est comme s’attendre à ce qu’un catalogue de cours d’université nous enseigne la chimie ou la biologie.

 

En tant que chrétiens, nous ne sommes pas appelés à inviter simplement des personnes dans l’Église; mais aussi pour amener l’Eglise au peuple. En apportant l’Évangile sur les sites de médias sociaux, nous améliorons la vie des gens en leur donnant un accès facile aux ressources chrétiennes dans un endroit où ils se trouvent déjà. Mais en même temps, nous devons nous rappeler que la meilleure communication est interpersonnelle et pas via un site web.

 

À l’université, un professeur m’a dit qu’une trop grande quantité d’informations peut entraîner une éducation insuffisante. J’étais confus, car il semble que plus on a accès à l’information, plus on en apprend. Mais il a expliqué que lorsque vous ne savez pas où trouver des ressources crédibles parmi une montagne d’informations, vous n’êtes pas mieux servi que si vous n’aviez aucune information du tout. Elle a raison et c’est l’un des aspects les plus décourageants des médias sociaux.

 

Lorsque des millions de blogueurs et encore plus utilisent Facebook et Twitter, les véritables voix de l’autorité risquent d’être diluées. Dans les années à venir, il importera que les catholiques soulignent que le blogueur le plus populaire n’est pas nécessairement la voix chrétienne la plus influente. Conformément à la tradition catholique, l’Église mère sera rafraîchissante lorsque les opinions seront abondantes mais que la vérité paraît floue. Le fondement de la foi catholique ne réside pas dans les médias sociaux mais dans le Christ qui utilise l’Église catholique pour diffuser sa vérité éternelle. Après tout, les médias sociaux ne sont qu’un moyen d’atteindre un objectif puissant pour le Royaume.

Facebook, Twitter, YouTube et la vaste gamme d’autres sites de médias sociaux risquent de devenir un fardeau pour ceux qui propagent le message chrétien, en particulier lorsque l’opposition tente de faire taire vos efforts. La nature des blogs, Twittering et Facebooking implique un certain niveau de va-et-vient la discussion. Les fonctionnalités de commentaires permettent aux utilisateurs de répondre aux auteurs, ce qui leur permet de faire des commentaires et de sensibiliser leurs lecteurs.

 

En parlant d’orienter correctement notre utilisation des médias sociaux, le pape Benoît a déclaré: “Les prêtres présents dans le monde des communications numériques devraient être moins remarquables pour leur intelligence des médias que pour leur cœur sacerdotal, leur proximité avec le Christ”. Je pense que le pape conviendrait que c’est également le cas pour les laïcs.

 

Avec cette proximité avec le Christ, les chrétiens devraient résister à une défaite complaisante dans le monde virtuel lorsque l’opposition s’attaquerait avec un retour négatif. C’est inévitable. Les médias sociaux sont un outil phénoménal s’ils sont utilisés pour fournir des ressources et établir un contact initial entre les personnes. Nous avons le devoir de faire passer le bon message entre ceux qui en ont besoin – un devoir vital de l’Église.

Certains veulent que nous restions cachés dans l’ombre plutôt que de prêcher sur les toits. Les médias sociaux peuvent être votre propre toit, alors restez ferme et continuez à prêcher.

 

L’ÉGLISE PRÉCONISE L’UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

 

L’Eglise catholique romaine a longtemps été associée à tout ce qui est traditionnel. Les plus grands dirigeants de l’Église se font habiller chez le même détaillant depuis 2000 ans. Ses plus grandes décisions sont annoncées au monde via différentes couleurs de fumée sortant d’une cheminée au-dessus de la chapelle Sixtine. Habituellement, l’Église catholique n’aime pas les organisations qui se rassembleraient sur Twitter et Instagram dans le cadre d’une stratégie globale de médias sociaux. Mais c’est exactement ce que l’Église catholique a fait ces dernières années, en construisant une présence sociale qui a maintenant une influence significative sur plusieurs plateformes majeures. Le service Vatican News à vocation sociale, lancé en 2010, revendique désormais plus de quatre millions d’abonnés sur YouTube, Facebook, Twitter et Instagram. Grâce à une stratégie Twitter axée sur la diffusion de messages positifs d’espoir directement liés aux enseignements de l’Église. Le pape François héberge lui-même près de 18 millions d’adeptes sur cette seule plateforme.

Mais cette présence substantielle en ligne ne peut être écartée comme une affaire de dirigeants religieux cédant aux tentations culturelles. Tout cela fait partie d’une stratégie intelligente conçue pour aider l’Église à maintenir sa pertinence parmi la population, en créant des canaux pour des engagements significatifs qui aident l’Église à atteindre les mêmes objectifs qu’elle poursuit depuis des siècles.

Il est important de noter que cette présence sociale ne se limite pas au Vatican mais à l’ensemble du monde catholique. Les dirigeants de l’Église catholique du monde entier ont été invités à adopter l’utilisation des médias sociaux.

Qu’il s’agisse de créer des sites Web paroissiaux, de faire la publicité d’une messe pour le prochain jour de fête sur Internet ou de gérer les réseaux sociaux des ministères de l’Éducation religieuse, il s’agit de faire entrer Christ dans nos communautés.

Bien que le Saint-Père, le pape François ait prononcé des sermons condamnant les maux des médias sociaux. Il a qualifié la «forte consommation de médias numériques» de forte consommation de médias numériques et nous a rappelé que la forte influence de ces médias «peut empêcher les gens d’apprendre à bien vivre, à réfléchir profondément et à aimer généreusement.

Dans le même temps, le pape François reconnaît depuis longtemps le rôle que jouent les plateformes sociales dans la formation de la culture et la participation des individus. Au lieu de faire un effort futile pour résister à tout prix aux médias sociaux, ce qui risquerait de nuire à la pertinence culturelle de l’Église catholique, le Vatican a plutôt adopté une stratégie d’être présent là où ils sont susceptibles de trouver un public.

Selon un rapport publié par FORTUNE en 2015, le Vatican est allé jusqu’à demander l’aide d’au moins une entreprise de stratégie numérique pour générer des informations sur ce qui compte le plus pour les jeunes utilisateurs de médias sociaux, ainsi que des stratégies potentielles pour les engager au mieux. Sur des questions telles que l’immigration, le changement climatique et la pauvreté. Les médias sociaux ont un potentiel énorme en termes de bien, souvent sous-utilisés. Ils ajoutent de nouveaux symboles passionnants à notre culture. Ils offrent aux gens la possibilité de voir les événements au fur et à mesure qu’ils se produisent. Ils ont un grand potentiel démocratique et peuvent étendre les connaissances à tout le monde, offrant une perspective globale. Ils proposent des activités de divertissement, d’information et d’éducation.

Les médias sociaux atteignent aujourd’hui pratiquement chaque membre de la société avec des messages qui renforcent une vision du monde. Ces médias sociaux ont été tellement tissés dans le tissu économique de notre culture chrétienne que remettre en question les implications sous-jacentes du système semble être destructeur pour le salut humain. Dans cet environnement, l’Église devient une voix ayant une plus grande responsabilité dans l’utilisation des médias sociaux pour résoudre les problèmes de notre monde.

 

Plus récemment, l’Église catholique a demandé aux diocèses des grandes villes d’embaucher des équipes de marketing numérique spécialisées dans la diffusion de son message et la mobilisation des communautés locales. Warner a déclaré que les plates-formes numériques, et les médias sociaux en particulier, se sont révélés efficaces pour diffuser le message de l’Église dans le monde. Grâce à sa nature interactive et à sa portée illimitée, les médias sociaux deviennent un outil de premier plan pour le disciple moderne. Le pape François lui-même encourage les catholiques à adopter les plateformes de médias numériques pour entamer un dialogue de foi et promouvoir une culture de respect.

Les principaux objectifs de la présence sur les médias sociaux sont la sensibilisation, exposant les gens à la vérité et à la beauté de la foi catholique. Selon Warner, «Puisque chaque personne expérimente sa foi de manière différente, le moment de la conversion provient de rencontres et de relations réelles. Les médias sociaux peuvent amener les gens à découvrir leur foi en leur propre vie ».

Dans le même temps, les médias sociaux fonctionnent comme une chaire, permettant au pape et à l’Église de parler directement aux gens, sans qu’ils n’assistent jamais à une messe ou ne reçoivent des informations filtrées par des médias tiers. Les médias présentent rarement le catholicisme de manière positive. Les médias sociaux de l’Église aident donc à diffuser des histoires édifiantes et vraies. De nombreuses personnes trouvent un sens dans la foi, les médias sociaux peuvent les introduire avec succès et les invitent à découvrir cette foi.

RECOMMANDATIONS ET CONCLUSION

 

Annonçant le thème de la 50e Journée mondiale de la communication intitulé «Communication et miséricorde: une rencontre fructueuse», le vendredi 26 janvier 2016, le Saint-Père, le pape François, a déclaré: «Internet, les SMS et les réseaux sociaux sont un cadeau de Dieu.”

 

La publication du message a eu lieu lorsque le pape François a accueilli Tim Cook, le directeur général d’Apple, au Vatican. Une semaine plus tôt, le pontife avait rencontré Éric Schmidt, président exécutif de la société mère de Google, Alphabet. Dans son message, le pape François a déclaré que “les courriels, les SMS, les réseaux sociaux et les discussions en ligne” peuvent être des “formes de communication entièrement humaines”.

 

Ce n’est pas la technologie qui détermine si la communication est authentique ou non, mais bien le cœur humain et notre capacité à utiliser judicieusement les moyens à notre disposition“, a poursuivi le pape.

Il a ajouté: «La communication, quel que soit le lieu, a ouvert des horizons plus vastes à de nombreuses personnes. C’est un don de Dieu qui implique une grande responsabilité. J’aime qualifier ce pouvoir de communication de “proximité”. »

 

Cependant, François a également mis en garde contre les “attaques injustes” qui peuvent se produire en ligne: “Les réseaux sociaux peuvent faciliter les relations et promouvoir le bien de la société, mais ils peuvent également conduire à une polarisation et à une division plus poussées entre les individus et les groupes. Le monde numérique est un lieu public, un lieu de rencontre où nous pouvons nous encourager ou nous déprécier les uns les autres, engager une discussion sérieuse ou mener des attaques injustes », a déclaré le pape.

Le Saint Père a souligné que les médias sociaux peuvent «nous aider à être de meilleurs citoyens», mais nous a rappelé que «l’accès aux réseaux numériques implique une responsabilité pour notre prochain que nous ne voyons pas mais qui est néanmoins réel et a une dignité qui doit être respecté. “Il a conclu que” Internet peut être utilisé à bon escient pour construire une société saine et ouverte au partage “,

 

Il est important que les personnes à tous les niveaux de l’Église utilisent Internet avec sagesse et créativité pour assumer leurs responsabilités et contribuer à la réalisation de la mission de l’Église. Reculer timidement par peur de la technologie ou pour toute autre raison n’est pas acceptable, compte tenu des très nombreuses possibilités positives offertes par les médias sociaux. L’accès immédiat aux informations fournies par les médias sociaux permet à [l’Église] d’approfondir son dialogue avec le monde contemporain. Grâce à l’utilisation de cette technologie moderne, l’Église peut plus facilement informer le monde de ses convictions et expliquer les raisons de sa position sur un problème ou un événement donné. D’autre part, elle peut entendre plus clairement la voix de l’opinion publique et engager une discussion continue avec le monde qui l’entoure, s’impliquant ainsi plus immédiatement dans la recherche commune de solutions aux nombreux problèmes pressants de l’humanité.

 

Les personnes qui occupent des postes de direction dans tous les secteurs de l’Église, en particulier nos évêques, doivent comprendre les médias sociaux et en tenir compte dans la formulation de leurs plans, politiques et programmes pastoraux. Au besoin, ils devraient recevoir eux-mêmes une éducation aux médias. Je crois que l’Église serait bien servie à cette époque si davantage de celles qui occupaient des postes et qui remplissaient des fonctions en son nom recevaient une formation adéquate aux médias.

 

Par extension, les autres membres du personnel pastoral, les prêtres, les diacres, les religieux et les pasteurs laïcs devraient également rechercher et recevoir une éducation aux médias sociaux afin de mieux comprendre l’impact des communications sociales sur les individus et la société. Cette connaissance les aidera à acquérir une manière de communiquer qui tienne compte de la sensibilité et des intérêts des personnes dans notre culture médiatique actuelle.

 

L’Instruction pastorale Communio et Progressio a parlé du «devoir urgent» des écoles catholiques de former les communicateurs sociaux et les destinataires des communications sociales aux principes chrétiens pertinents.

 

Les universités, les collèges, les écoles et les programmes éducatifs catholiques à tous les niveaux devraient proposer des cours sur les médias sociaux à différents groupes – «séminaristes, prêtres, frères et sœurs religieux et dirigeants laïcs… des enseignants et des travailleurs débutants dans ces institutions.

 

Pour le bien de leurs enfants, les parents doivent nécessairement être à la maison et utiliser les moyens modernes de communication sociale. En ce qui concerne Internet, les enfants et les jeunes le connaissent souvent mieux que leurs parents, mais ceux-ci sont toujours sérieusement obligés de guider et de superviser l’utilisation de leurs enfants. Bien que cela puisse conduire à en apprendre plus sur Internet que dans les écoles.

 

La supervision parentale doit notamment garantir que la technologie de filtrage est utilisée dans les ordinateurs mis à la disposition des enfants lorsque cela est faisable financièrement et techniquement, afin de les protéger autant que possible de la pornographie, des prédateurs sexuels et d’autres menaces. Une exposition non supervisée à Internet ne devrait pas être autorisée. Les prêtres et leurs fidèles, en particulier la jeune génération, sont encouragés à dialoguer librement sur ce qui est vu et vécu dans le cyberespace. Le devoir fondamental d’un dirigeant d’Eglise est ici d’aider les fidèles à devenir des utilisateurs d’Internet discriminants et responsables, et non des toxicomanes sur Internet, en négligeant les contacts avec leurs concitoyens chrétiens et avec la nature elle-même.

 

Il est important de souligner le fait qu’Internet est une porte qui s’ouvre sur un monde fascinant et passionnant, doté d’une puissante influence formatrice, mais que tout ce qui se trouve de l’autre côté de la porte n’est pas sûr et informatif. Les jeunes fidèles se doivent à eux-mêmes, ainsi qu’à leurs parents, à leur famille et à leurs amis, à leurs évêques, à leurs prêtres et à leurs conseils, et finalement à Dieu, de bien utiliser les médias sociaux.

 

Les médias sociaux mettent à la portée des jeunes à un âge inhabituellement précoce une immense capacité à faire le bien et à se faire du mal à eux-mêmes et à autrui, en fonction du choix que l’on choisit. Cela peut enrichir leur vie au-delà des rêves des générations précédentes et leur donner la possibilité d’enrichir la vie des autres. Cela peut aussi les plonger dans le consumérisme, la fantaisie pornographique et violente et l’isolement pathologique.

 

Comme on l’a souvent dit, les jeunes sont l’avenir de la société et de l’Église. Une bonne utilisation des médias sociaux peut aider à les préparer à assumer leurs responsabilités à l’avenir. Mais cela n’arrivera pas automatiquement. Les médias sociaux ne sont pas simplement un moyen de divertissement et de satisfaction des consommateurs. C’est un outil pour accomplir un travail utile, et les jeunes doivent apprendre à le voir et à l’utiliser comme tel. Dans le cyberespace, du moins autant que partout ailleurs, ils peuvent être appelés à aller à contre-courant, à pratiquer le contre-culturalisme et même à subir la persécution pour le bien et le vrai.

En somme, la prudence est de mise afin de bien voir les implications et le potentiel de bien et de mal de ce nouveau média et de répondre de manière créative à ses défis et à ses opportunités.

 

En réfléchissant aux médias sociaux modernes et à tous les moyens de communication sociale utilisés auparavant, nous rappelons que le Christ est «le communicateur parfait, le mot incarné. J’invite donc tous les catholiques à s’impliquer dans le monde des communications sociales. En utilisant les médias sociaux actuels, j’invite l’Église à prêcher la vérité de Jésus toujours plus hardiment depuis les toits de la maison, afin que tous les hommes et toutes les femmes puissent entendre parler de l’amour qui est au cœur de la communication de Dieu en Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

DOCUMENT LIVRE PAR REV. FR. GEORGE WC NWACHUKWU – OFFICER DE LA COMMUNICATIONS DE RECOWA-CERAO AUX MEMBRES DE LA COMMITTEE DE RECOWA-CERAO CHARGE DE LA COMMUNICATION LORS DE LEUR ASSEMBLÉE ANNUELLE A ABIDJAN, COTE D’IVOIRE, DU 7 AU 10 OCTOBRE 2019

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top