• March 30, 2020
0 Comments

print
C’est un grand aphorisme que l’action parle plus fort que les mots. Suite à ce dicton, REOWACERAO NEWS a récemment observé que l’Église du Ghana a décidé de marcher ses paroles avec action. Alors que la nation ouest-africaine du Ghana se prépare pour les élections générales de décembre, le secrétaire général du Secrétariat catholique national (NCS) basé à Accra, le bras exécutif de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), a fait connaître l’intention de l’Église. Utiliser ses ressources pour favoriser la démocratie en menant une campagne active contre les partis politiques qui ne montrent pas suffisamment d’engagement pour mettre fin à la violence politique et au vigilantisme qui ont paralysé le pays pendant des décennies.

«Si un parti ne manifeste pas son engagement à mettre fin au vigilantisme, nous n’aurons peut-être pas d’autre choix que d’utiliser nos chaires pour faire campagne contre de tels partis, car si nous tolérons cela, nous n’encourageons pas la démocratie», a déclaré le père. Lazare Anondee a déclaré le 4 février lors de la signature du code de conduite et de la feuille de route pour mettre fin au vigilance politique à Accra.

Le document a été élaboré par un comité technique à la suite d’une série de consultations organisées par le Conseil national pour la paix, présidé par le révérend Prof. Emmanuel Asante, prélat méthodiste ghanéen.

En raison de la violence qui a gâché les élections partielles du 31 janvier 2019 dans la circonscription d’Ayawaso West Wuguon, des Ghanéens ont appelé à l’interdiction du vigilantisme politique et des milices utilisées par divers partis politiques du pays.

Au cours de l’année, les politiciens ghanéens se sont appuyés sur des groupes d’autodéfense, principalement composés de jeunes chômeurs dans le pays, pour assurer la sécurité de leurs campagnes et assurer la victoire électorale. Les groupes mobilisent les partisans du parti; ils servent d’agents de sondage ou de surveillance lors de l’inscription des électeurs, du vote et de la tabulation des résultats; et ils «protègent» également les centres de vote et le matériel électoral.

Avec le soutien de personnalités connues du parti, ces groupes auraient menacé, intimidé et agressé des opposants, saisi ou détruit du matériel électoral, agressé des responsables électoraux et vandalisé des centres d’enregistrement.

Les groupes affiliés au parti vainqueur s’emparent souvent de force de bureaux et de propriétés du gouvernement et, dans certains cas, résistent violemment aux nouvelles nominations gouvernementales avec lesquelles ils ne sont pas d’accord.

L’année dernière, le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, répondant à l’appel du peuple à interdire les groupes d’autodéfense utilisés par les politiciens, a mis en place une commission d’enquête pour enquêter sur la question. Après un mois, la commission a recommandé la dissolution des groupes d’autodéfense des partis politiques, dans une série d’autres recommandations.

Représentant le GCBC lors de la signature du Code de conduite et de la Feuille de route pour mettre fin au vigilance politique le 4 février, le p. Anondee a souligné que les évêques catholiques soutiennent la recommandation de la commission et a exhorté les parties à prendre la décision au sérieux en disant qu’il était nécessaire de faire pression pour la paix et l’éradication totale du vigilantisme politique dans le pays.

«Je crois que le soutien manifesté pour ce cours est très fort et nous voulons lancer un appel aux partis politiques pour qu’il le considère comme quelque chose de très important», a déclaré le père. Anondee a ajouté: «Si nous encourageons ce comportement, notre démocratie sera affectée. Nous n’avons pas d’autre choix que de faire campagne contre quiconque va à l’encontre de la décision. »

Alex Segbefia, membre du Congrès national démocratique (NDC), a déclaré que les membres du parti d’opposition ne pouvaient pas signer le document qui, selon lui, n’avait pas été signé par d’autres parties prenantes.

«Lorsque vous regardez la feuille de route, elle contient 22 recommandations, dont quatre appartiennent à des partis politiques tandis que 18 appartiennent à d’autres parties prenantes, à savoir le gouvernement, la Commission nationale pour l’éducation civique, la Commission électorale, les organisations de la fonction publique et bien d’autres. Aucun d’entre eux n’a apposé sa signature. Nous ne pouvons pas être vu comme signant un document où d’autres parties qui jouent un rôle n’ont pas signé », a déclaré Segbefia.

Cependant, notant que le Nouveau Parti patriotique (NPP) au pouvoir au Ghana avait apposé sa signature sur le document visant à mettre fin aux groupes d’autodéfense dans le pays, le père. Anondee a exhorté les autres politiciens à montrer leur engagement dans la lutte contre la violence car “la feuille de route est trop importante pour être ignorée par un parti politique”.

Le parti d’opposition du pays a accusé le GCBC de se ranger du côté du parti au pouvoir, une accusation qui a été rejetée par le religieux ghanéen dans une interview avec notre correspondant, mercredi 5 février.

En référence à la Conférence des évêques catholiques, le père. Anondee a déclaré: «Cela n’a rien contre le parti d’opposition. Les rapports sont faux et en tant que tels ne devraient pas être pris en compte par le public. »

Clarifiant sa position, le P. Anondee a déploré le développement et a souligné: «J’ai été complètement sorti de son contexte. Je suis surpris. Je ne sais pas si elles sous-entendent que ce que j’ai dit signifiait que nous ferions campagne contre NDC ou si j’ai mentionné NDC par son nom. Je voulais juste souligner que les parties devraient prendre très au sérieux la question de l’éradication du vigilantisme politique. »

«C’est un problème grave et nous pensons que tout parti qui emploie ses services de justiciers à des fins politiques n’est pas digne de notre soutien. Parce que nous avons besoin d’une politique vraiment décente; nous voulons que les gens jouent la politique décemment », a-t-il réitéré.

Le religieux catholique a affirmé que la politique devrait être strictement un échange d’idées vers le développement du pays et rien d’autre.

«Nous ne voulons pas de la situation où certaines personnes emploieront les hommes machos pour intimider les autres et, par l’intimidation, elles accèdent au pouvoir pour régner. Je ne pense pas que ce soit ce que nous appelons la démocratie », a-t-il déclaré.

Le 1er février 2019, un jour après les violences qui ont suivi l’élection partielle dans la circonscription d’Ayawaso West Wuogon, tenue le jeudi 31 janvier 2019, le GCBC a publié une déclaration exprimant sa profonde inquiétude face à la violence.

«Nous condamnons sans équivoque les coups de feu et les agressions signalés perpétrés par certains groupes non identifiés, faisant des blessés. Le recours à des groupes d’autodéfense pour perturber la paix et la tranquillité des élections partielles est particulièrement préoccupant », a déclaré la déclaration signée au nom des évêques du Ghana par le père. Nota Anondee.

Le GCBC a déclaré que «ces incidents ne constituent pas seulement une menace sérieuse pour notre démocratie, mais vont certainement aussi faire reculer les progrès et les succès de nos acquis démocratiques. En outre, de telles manifestations d’anarchie et d’insécurité n’augurent rien de bon pour nous en tant que nation alors que nous nous préparons pour les élections générales de 2020. »

«Nous appelons également la Commission électorale à assurer la liaison avec les partis politiques pour répondre à tous les défis et craintes des parties prenantes dans la conduite d’élections pacifiques», a déclaré le Père. Anondee a déclaré dans le communiqué, appelant tous les citoyens à rester respectueux des lois et à éviter toutes les formes de violence.

Xxxx

 

It a great aphorism that action speaks louder than words. Following this saying, REOWACERAO NEWS has recently observed that the Church in Ghana has decided to march her words with action. As the West African nation of Ghana prepares for general elections in December, the Secretary General of the Accra-based National Catholic Secretariat (NCS), the Executive Arm of Ghana Catholic Bishops’ Conference (GCBC), has made known the intention of Church to use her resources to foster democracy by actively campaigning against political parties that do not show enough commitment to ending political violence and vigilantism that has crippled the country for decades.

“If any party does not demonstrate commitment to ending vigilantism, we may have no choice but to use our pulpits to campaign against such parties because if we condone this then we are not encouraging democracy,” Fr. Lazarus Anondee said February 4 at the signing of the Code of Conduct and Roadmap to Ending Political Vigilantism document in Accra.

The document was developed by a technical committee following a series of consultations that were organized by the National Peace Council, chaired by Rev. Prof. Emmanuel Asante, a Ghanaian Methodist Prelate.

Due to the violence that marred the January 31, 2019 Ayawaso West Wuguon Constituency by-election, there were calls by Ghanaians for a ban on political vigilantism and militias used by various political parties in the country.

Over the year, Ghanaian politicians have relied on vigilante groups, mainly composed of unemployed youth in the country, to provide security for their campaigns and ensure electoral victory. The groups mobilize party supporters; they serve as polling or monitoring agents during voter registration, voting, and results tabulation; and they also ‘protect’ polling centres and electoral materials.

With support from known party figures, these groups have been said to threaten, intimidate and assault opponents, seize or destroy electoral materials, assault electoral officials, and vandalize registration centres.

Groups affiliated with the winning party often forcibly take over government offices and properties, and in some cases violently resist new government appointments they disagree with.

Last year, President Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, heeding to the call of the people to ban vigilante groups used by politicians, set up a Commission of Inquiry to probe the matter. The commission, after a month, recommended the disbanding of political party vigilante groups, in an array of other recommendations.

Representing GCBC at the signing of the Code of Conduct and Roadmap to Ending Political Vigilantism February 4, Fr. Anondee pointed out that the Catholic Bishops support the recommendation of the commission and urged the parties to take the move seriously saying it was necessary to push for peace and the total eradication of political vigilantism in the country.

“I believe that the support shown for this course is very strong and we want to appeal to the political parties to see it as something very important,” said Fr. Anondee adding, “If we encourage this behaviour, our democracy will be affected. We have no choice than to campaign against anyone who goes contrary to the decision.”

Alex Segbefia, a member of the National Democratic Congress (NDC), said members of the opposition party could not sign the document that he said had not been signed by other stakeholders.

“When you look at the roadmap, it has 22 recommendations, four of those belong to political parties while 18 belong to other stakeholders namely the government, National Commission for Civic Education, the Electoral Commission, Civil service organizations, and many others. None of these have appended their signatures. We cannot be seen to be signing a document where other parties who play a part haven’t signed” said Segbefia.

However, noting that Ghana’s governing New Patriotic Party (NPP) had appended its signature to the document aimed to end vigilante groups in the country, Fr. Anondee urged other politicians to show their commitment in fighting violence since “the roadmap is too important to be ignored by any political party.”

The country’s opposition party accused GCBC of siding with the ruling party, an accusation that was dismissed by the Ghanaian cleric in an interview with our correspondent, Wednesday, February 5.

Referencing the Conference of Catholic Bishops, Fr. Anondee said, “It has nothing against the opposition party. The reports are untrue and as such should be disregarded by the public.”

Clarifying his position, Fr. Anondee lamented the development and stressed, “I was completely taken out of context. I am surprised. I don’t know whether they are implying that what I said meant we will campaign against NDC or I mentioned NDC by name. I just wanted to make the point that parties should take the issue of eradicating political vigilantism very seriously.”

“It is a serious issue and we think that any party that employs their services of vigilantes for political interest is not worthy of our support. Because we need really decent politics; we want people to play politics decently,” he reiterated.

The Catholic cleric asserted that politics should strictly be a trade of ideas towards the development of the country and nothing else.

“We don’t want the situation where some people will employ the macho men to intimidate others and through the intimidation they come to power to rule. I don’t think that is what we call democracy,” he said.

On February 1, 2019, a day after the violence that followed the Ayawaso West Wuogon Constituency by-election held on Thursday, January 31, 2019, GCBC issued a statement expressing grave concern about the violence.

“We condemn in no uncertain terms the reported shootings and assaults perpetrated by some unidentified groups resulting in injuries. Of particular concern is the reported use of vigilante groups to disturb the peace and quiet of the by-election,” the statement signed on behalf of the Bishops of Ghana by Fr. Anondee noted.

The GCBC stated that “these incidents do not only pose a serious threat to our democracy but will also certainly draw back the progress and successes of our democratic gains. In addition, such manifestations of lawlessness and insecurity do not augur well for us as a nation as we prepare for the 2020 general elections.”

“We also call on the Electoral Commission to liaise with the political parties to address all the challenges and fears of stakeholders in the conduct of peaceful elections,” Fr. Anondee said in the statement, calling on all citizens to remain law-abiding and eschew all forms of violence.

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top