• November 14, 2019
0 Comments

print
LE ROLE DES MEDIAS DANS L’EVANGELISATION: OPPORTUNITES ET DEFIS

Par Msgr. Emmanuel Ade Badejo

Évêque d’Oyo

Préambule

L’évangélisation, en termes très simples, concerne la diffusion de l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre dans le but de rapprocher l’humanité de Dieu, de mener une vie de sainteté «afin que tous puissent être sauvés» (Jn 3:16). Cette diffusion de la Bonne Nouvelle a pour but de “faire de Jésus des disciples de toutes les nations”. Tous les chrétiens ont le devoir et le droit d’évangéliser et de faire des disciples de Jésus-Christ. Les fidèles laïcs peuvent remplir leur rôle dans la mission d’évangélisation en commençant par une bonne participation à l’organisation des prières familiales et de la discipline, à la prédication de quartier, aux petites communautés chrétiennes, aux sociétés ecclésiales, aux apostolats chrétiens, aux ministères collaboratifs et aux projets paroissiaux

Dans un récent article publié dans de nombreux organes des médias catholiques, le professeur Michael Ogunu a dressé une liste complète des moyens par lesquels les laïcs peuvent participer à la tâche d’évangélisation de l’Église. La longue liste comprend:

  • Confessions régulières (hebdomadaires) pour se purifier et être des témoins efficaces de la foi.
  • Participation dévote fréquente aux célébrations eucharistiques et aux adorations eucharistiques.
  • Contribution au fonds de développement diocésain.
  • Prier pour la conversion de ceux qui ne croient pas encore en Christ et pour l’unité de tous les chrétiens.
  • Prier pour nos évêques, nos prêtres et nos religieux.
  • Prier chaque jour le chapelet pour augmenter la foi, les conversions et les vocations à la prêtrise et à la vie religieuse.
  • Enseigner le catéchisme dans des cours de catéchisme dans la paroisse sur une base volontaire.
  • Éviter toute forme de malhonnêteté, corruption, immoralité et vie impie.
  • Faire preuve d’amour et de compassion envers les êtres humains, chrétiens ou issus d’une autre religion.
  • Décharge de façon crédible de nos devoirs partout où la Divine Providence nous place.
  • S’efforcer de mener une vie chrétienne exemplaire et participer activement aux activités de la paroisse.
  • Être à l’affût des catholiques décédés et tombés et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les ramener à une adhésion active et à une pratique religieuse.
  • Faire de nos familles des modèles de ce que devraient être les familles catholiques.
  • Faire preuve d’un dévouement total aux activités de l’Église en consacrant du temps, du talent et des trésors à la croissance de l’Église.
  • Soutenir le travail des œuvres de charité catholiques.
  • Soutenir la Propagation de la Foi en y contribuant généreusement (financièrement).
  • Tendre la main aux personnes aliénées et seules.
  • Tendre la main aux couples divorcés et séparés.
  • Visiter régulièrement les malades, les alités et les personnes âgées.

Témoigner du Christ par une vie exemplaire dans la famille, dans la société, au travail et dans l’Église et offrir à Dieu vos souffrances en les unissant aux souffrances du Christ pour le salut des âmes.

Cependant, dès la manière dont Jésus a donné ce mandat, il a montré que la communication directe et délibérée avait un rôle important à jouer dans l’évangélisation lorsqu’il avait déclaré: «Allez… enseignez». (Matt 28: 19-20). En disant à ses disciples de «sortir dans le monde entier; proclamer l’évangile à toute la création », Jésus a uni la propagation de l’évangile à la communication. En fait, au fil des années, l’Église s’est déjà définie à maintes reprises comme étant «évangélisation» ou «communication». En termes simples, évangéliser, c’est communiquer, diffuser une idée, une proposition, un projet, voire un sentiment lié à l’Évangile. Évangéliser les gens, c’est employer tous les moyens légitimes pour communiquer avec eux. C’est le domaine des médias.

Si tel était le cas, j’aurais souhaité que ce soit un laïc qui intervienne maintenant plutôt que moi, car depuis que je suis impliqué dans la communication pastorale au Nigéria, j’ai cru que le domaine de la communication sociale était davantage l’apanage des laïcs que de quiconque. . Si les fidèles laïcs jouent simplement leur rôle de coresponsable de la mission de l’Église, alors le rôle des médias dans l’évangélisation peut être mieux traité par ceux qui s’engagent au quotidien avec les médias. Le défi consiste pour le clergé à former suffisamment les fidèles laïcs sur les enseignements de l’Église dans les médias et pour que les fidèles laïcs se montrent dignes et capables de cette confiance. Heureusement, la documentation et les enseignements de l’église sont abondants dans les médias, en particulier depuis le Concile Vatican II. Inter Mirifica, Communio et Progressio et Aetatis Novae sont en tête. Parmi ceux-ci figurent les messages annuels de la Journée mondiale de la communication de 1967 à ce jour et d’autres traitants d’Internet, de l’éthique de la communication et des médias sociaux afin de fournir les orientations nécessaires à tous. Le Vatican a ouvert la voie à cet égard. Le nouveau Dicastère des communications sociales est dirigé par un journaliste laïc vétéran, Paolo Ruffini, en qualité de préfet. Il est assisté de Mgr Lucio Ruiz. Ici au Nigeria, les professionnels des médias ont déjà de fortes associations qui grandissent dans la confiance et qui, je crois, attendent d’être contestée. SIGNIS réunit tous les professionnels des médias avec leurs collègues au niveau international. Pour le moment, le président national est le père Patrick Alumuku, mais il compte beaucoup plus de membres laïcs que de prêtres et de religieux et cela ne peut que changer. CAMPAN, l’Association des praticiens des médias catholiques du Nigéria, rassemble tous ceux qui travaillent dans la communication pastorale, dans l’Église de très diocèse, avec leurs collègues professionnels nigérians et CAEAN. Cela n’a que quelques prêtres et soeurs, surtout comme aumôniers. Imaginez le pouvoir que l’Église exercera sur les médias si tous ces laïcs dans les médias prenaient leurs responsabilités au sérieux. En fait, je prie pour que cela change bientôt, car ce sera une excellente occasion d’engager les médias dans l’évangélisation. Le défi est qu’ils sont obligés d’équilibrer le travail de charité avec la survie. Parce que la plupart des créateurs ne sont PAS des salariés et ont besoin de gagner leur vie. L’Eglise doit comprendre cela et agir en conséquence. Fondamentalement, les praticiens ont besoin de FORMATION, ACCOMPAGNEMENT, COMPRÉHENSION ET ARGENT. Cela les transformera même en témoins pouvant évangéliser les autres sur leurs lieux de travail.

Le documentaire du Congrès pastoral organisé à Ibadan avec Paul Emema et diffusé par Word Among Us et Emmenez-moi à Maama a été soutenu et diffusé par le RCCS. Nous avons besoin de ce type d’alliance et si elle est bien gérée, elle donnera de bons résultats.

Quelques modifications thématiques

Aujourd’hui, la plupart des gens comprennent que les médias désignent uniquement la presse, la radio, les journaux, la télévision, les médias sociaux et d’autres moyens techniques de communication. Cependant, les moyens de communication humaine qui peuvent améliorer l’évangélisation vont bien au-delà de ces moyens techniques. Le Concile Vatican II était la première fois dans l’histoire de l’Église qu’un concile œcuménique discutait des moyens de communication et publiait un document officiel Inter Mirifica. Son autorité dépasse celle d’une encyclique d’un pape ou de toute conférence épiscopale. La commission préparatoire du conseil a convaincu le conseil que des expressions telles que «techniques de diffusion», «médias audiovisuels», «médias de masse» ou même «communications de masse», courantes à cette époque, ne couvraient pas pleinement les préoccupations de l’Église. dans la zone d’intérêt. Ils ne traitaient pas de la communication en tant que processus entre et parmi les humains. “Ainsi, l’expression proposée était” les instruments de la communication sociale “qui engloberaient la communication de et dans la société humaine”. De cette manière, l’homme lui-même peut être considéré comme le moyen fondamental pour la tâche de l’évangélisation.

La portée de l’évangélisation

L’évangélisation couvre toute la mission de l’Église. Il couvre tout le terrain et les horizons qui touchent l’existence de l’humanité, objet de l’évangélisation. Après le premier synode des évêques pour l’Afrique qui s’est tenu à Rome en 1994, l’Église en Afrique a adopté pour son identité pastorale le thème: «L’Église, la famille de Dieu en Afrique: vous serez mes témoins». Ce thème présente un caractère évangélique agressif et a été présenté sous cinq activités principales, à savoir: Proclamation, Dialogue Justice et Paix, Inculturation et Communication sociale. Ces cinq sous-thèmes couvrent pratiquement toutes les facettes de l’existence humaine, indiquant concrètement que l’évangélisation doit avoir lieu à travers chaque activité humaine et dans chaque espace où des membres de l’Église peuvent être trouvés et où l’Église est donc représentée. À partir de cela, il est essentiel de souligner que le premier et le plus important «moyen d’évangélisation», pour ainsi dire, est chaque chrétien.

C’est dans cette optique que le thème même de ce mois missionnaire extraordinaire (EMM), «Baptisé et envoyé: l’Église du Christ en mission dans le monde», doit être considéré. Cette occasion spéciale rappelle à chaque chrétien baptisé qu’en vertu de ce fait, il est un «don», une «mission», appelée à évangéliser, c’est-à-dire d’aider les autres à acquérir la connaissance du salut en Jésus-Christ. Dans son message pour l’occasion, le pape François a écrit: «Grâce à notre communion avec Dieu Père, Fils et Saint-Esprit, nous sommes, avec beaucoup d’autres de nos frères et sœurs, nés d’une nouvelle vie. Cette vie divine n’est pas un produit à la vente – nous ne pratiquons pas le prosélytisme – mais un trésor à donner, communiquer et proclamer: tel est le sens de la mission ».

Malheureusement, la réalité de notre époque est que la plupart des catholiques baptisés font très peu d’évangélisation, voire pas du tout. Certains évitent même délibérément les occasions et les événements qui pourraient en suggérer. Cependant, c’est le mandat de Jésus que tout chrétien authentique doit obéir: faire de toutes les nations des disciples. L’environnement dans lequel nous vivons aujourd’hui nous oblige même à répandre l’Évangile si la voix de Dieu, Jésus-Christ et notre foi chrétienne ne seront pas totalement oblitéré à notre époque. Comme le disait un cher ami parlementaire des Philippines, Francisco Tatad. «De nos jours, tout le monde et tout le monde jouissent de la liberté d’expression, à l’exception de Dieu tout-puissant». Les catholiques doivent veiller à changer cela.

Jusqu’au lancement de ce mois missionnaire extraordinaire, le Saint-Père François a insisté sur le fait que l’Église doit être une «église sur le pouce» ne jouant aucun rôle de sécurité là où elle peut autrement témoigner du Christ et donner naissance à le gospel. Un de mes amis m’a envoyé une belle image de ce que devrait être chaque Christ baptisé en tant que coq de village qui appartient essentiellement à un seul ménage mais qui, lorsqu’il chante, alerte le village tout entier.

L’Église a enseigné que l’évangélisation ne peut se produire que lorsque nous communiquons la volonté de Dieu aux gens de manière à ce qu’ils puissent communiquer et qui les incitent à vouloir suivre Jésus. Dès le Concile Vatican II, l’Église a donc insisté sur la nécessité pour l’Eglise d’évangéliser le pratiqué au moyen de la langue comprise par les habitants de divers lieux culturels et géographiques.

La portée des médias

Le but des médias est de faire passer le message de l’évangélisation au-delà des limites de nos espaces habituels, de nos églises et de nos institutions religieuses. Nous devons ici souligner le spectre et le potentiel des méthodes et des moyens que l’homme, moyen fondamental de l’évangélisation, pourrait utiliser aujourd’hui pour une évangélisation efficace. Ce spectre est presque illimité pour tous et tous les moyens, la communication du traditionnel au numérique sont toujours valables et utilisables. Du bouche à oreille aux signes et symboles de la nature, aux gestes humains, moyens de communication traditionnels et de groupe, presse écrite, électronique à la communication numérique moderne, tout se prête à une évangélisation. Dans les psaumes, le roi David avait ceci à dire: «Le ciel déclare la gloire de Dieu et le firmament montre son travail. Le jour jusqu’au jour prononce la parole et la nuit la nuit montre la connaissance »(Psaume 19: 1-2). Il y a même un sens dans lequel les paroles de Jésus lors de l’entrée triomphale à Jérusalem vont dans ce sens. Il a dit à ceux qui empêcheraient ses adeptes de chanter «Hosanna au fils de David»: «Si ceux-ci devaient rester silencieux, les pierres mêmes se lèveraient et chanteraient» (Lc 19, 40).

Le rôle des médias dans l’évangélisation

Cependant, s’appuyant sur les médias qui, mis à part la création, sont le produit de l’intelligence créative des facultés de l’homme, ils existent pour projeter la capacité de l’Église à atteindre le peuple avec le message de l’Évangile. En les adoptant, nous avons de bons antécédents. Jésus-Christ a enseigné de bouche à oreille, mais il a utilisé des histoires et des paraboles, a choisi des endroits appropriés comme la mer, les montagnes ou les plaines pour communiquer son message pour une plus grande efficacité. Pour la même raison, Saint Paul a élevé la barre plus loin. Il comprenait l’importance d’écrire des lettres aux communautés afin que son enseignement de l’Évangile puisse être utilisé et appliqué simultanément dans de nombreux endroits où il ne pouvait être physiquement présent. Ainsi, il a vaincu la limitation de temps et d’espace. Pas étonnant que sa lettre soit devenue si diffuse et lue? C’est le domaine des médias, qui consiste à étendre l’Évangile au-delà de notre espace et du temps au-delà de notre propre portée physique au profit de nombreux autres. Cela implique que la première chose à faire à propos de l’évangélisation est: “Quel serait le moyen le plus efficace pour le travail traditionnel, moderne ou numérique?”

Selon le pape Paul VI, dans son message à l’occasion de la Journée mondiale de la communication de 1974, «il est nécessaire de définir les véhicules contemporains d’information et de services connexes dans une ligne de développement qui facilitera la diffusion de la Bonne Nouvelle et créera un climat favorable. pour le renforcement de concepts tels que la dignité de la personne humaine, la justice, la fraternité universelle, valeurs qui facilitent la compréhension de la véritable vocation de l’homme et ouvrent la voie à un dialogue constructif avec les autres et à union avec Dieu “. Ces paroles du pape ont mis en évidence le rôle essentiel des médias: faciliter, ne pas créer, ni mutiler des valeurs et des concepts concrets que l’Église est chargée d’établir dans la société et les cœurs humains. Le même pape a frappé le clou dans son enseignement sur l’évangélisation Evangelii Nuntiandi lorsqu’il a déclaré: «L’Église se sentirait coupable devant le Seigneur si elle n’utilisait pas ces moyens puissants que l’habileté humaine rend chaque jour plus parfaite. C’est à travers eux qu’elle proclame «du toit de la maison» le message dont elle est dépositaire. Elle y trouve une version moderne et efficace de la chaire. Grâce à eux, elle réussit à parler aux multitudes ».

LES OPPORTUNITÉS

C’est dans la nature de chaque moyen de communication qu’il peut être à la fois une opportunité et un défi en fonction du type d’utilisation que l’élément humain utilise pour le faire. Cela va des médias traditionnels au numérique.

Les médias traditionnels évangéliseront toujours

L’Église universelle, en particulier depuis le Concile Vatican II, a prêté attention à l’importance des médias traditionnels dans la mission d’évangélisation. L’accent était mis plus clairement sur ce point, en particulier lors du premier synode des évêques africains en 1994. Même avant cela, de nombreux théologiens africains avaient souligné la nécessité d’accorder toute l’attention requise aux médias traditionnels. Ndiokwere, dont le livre a été publié juste avant le Synode, le souligne très bien lorsqu’il a parlé de la relation entre communication et inculturation:

«C’est l’activité de l’église, à un endroit et à un moment donnés, de présenter et de vivre fidèlement le message chrétien dans un langage, des signes, des symboles et des actions qui parlent aux gens de manière si convaincante qu’ils s’identifient naturellement et facilement avec lui. et y participer de tout cœur et y contribuer ».

Les médias de la parole, des contes, des proverbes, des drames, des chansons, des tambours, de la danse et de la narration et orature ont été utilisés par les africains pour transmettre des leçons et des valeurs depuis des temps immémoriaux. Ils ne peuvent jamais devenir obsolètes. Même aujourd’hui, les médias numériques se nourrissent du contenu généré par les médias traditionnels. Pensez par exemple à l’utilisation efficace de ceux-ci par les aînés africains, en particulier par les femmes qui sont plus directement responsables de l’éducation de leurs enfants. On devrait leur accorder plus d’attention dans l’évangélisation, surtout dans la catéchèse. La catéchèse est considérée comme une fonction importante de l’évangélisation qui doit être réactivée dans l’Église aujourd’hui. En tant que catéchistes, évangélisatrices, mères de famille et professeurs de religion, les femmes et les compétences qu’elles possèdent sont au premier plan. De plus, ce que nous pouvons appeler aujourd’hui les médias modernes se nourrit généralement d’histoires de foi et de témoignages de ce que la foi en Jésus et la parole de Dieu leur ont permis de réaliser. La Bible est pleine de telles histoires. Tous les chrétiens doivent apprendre à leur dire. Les femmes semblent toutefois avoir une disposition particulière pour raconter de telles histoires, en particulier avec les enfants, mais pas exclusivement. Un effort délibéré visant à donner aux femmes les moyens d’adopter les moyens modernes de communication pour diffuser leurs histoires devant un large public pourrait apporter d’énormes avantages à l’Église pour le travail d’évangélisation. Fondamentalement cependant, le mot “bouche-à-oreille” parmi les gens ouvre la voie aux opportunités avec d’autres médias traditionnels.

Le mot imprimé éternel

Même dans ce monde numérique contemporain, tous ceux qui voient l’oblitération complète du rôle de la parole imprimée pour l’évangélisation doivent être encouragés à cesser de rêver. Comme on le dit souvent: “aucun média moderne ne peut nier à son géniteur que le mot imprimé est dans l’histoire”. La presse écrite continue de bénéficier d’un patronage abondant, car d’une part, la préférence des médias est générationnelle. Il y aura toujours des gens qui préfèrent lire que regarder la télévision et qui préfèrent la touche de papier à la télécommande ou au clavier électronique. Pour ces personnes, le coup de pouce psychologique consistant à marquer et à souligner des pages, à économiser du papier et à relire des parties d’une publication ne peut être sacrifié pour rien. Les apologétiques sont encore nécessaires, en particulier de nos jours, alors que l’Église est vilipendée de nombreuses manières. L’Église passe à côté de nombreuses occasions d’évangélisation en raison de la réticence des prêtres, des religieux et des laïcs à faire passer le mot à travers des tracts, des panneaux d’affichage, des affiches, des articles de journaux, des livres, etc. Un tract ou un article de journal peut passer de main en main et continuer à voyager et transformer des vies pendant des décennies, longtemps après que les autres médias se sont décomposés et soient devenus obsolètes. Un hommage doit être rendu ici à certains anciens combattants qui ont défendu l’utilisation de ce média pour l’évangélisation pendant des décennies. Le professeur Joseph Obemeata, récemment décédé, a écrit des articles pour les médias laïques et religieux chaque semaine pendant plus de six décennies. Le docteur BGK Ajayi, ophtalmologue consultant, fait de même avec des métaphores spéciales de son domaine depuis des dizaines d’années également. Le cardinal John Onayekan, le professeur Michael Ogunu, l’évêque Matthew Kukah, le révérend père George Ehusani, le père Anthony Akinwale OP, l’évêque Felix Ajakaye et le vôtre ici ont également essayé de faire en sorte que ce drapeau flotte. Il reste encore besoin de plus de personnes sur le pont pour cette tâche importante d’évangélisation.

Radio et télévision en tant que média résistant

La diffusion et l’endurance de la radio en tant que support d’information en Afrique et en particulier au Nigéria en font toujours un formidable moyen de diffusion de l’information et de l’information. Bien que beaucoup de gens considèrent la radio comme un média dépassé par le temps, une analyse objective montrera que sa résilience et sa force sont un instrument très concret et efficace pour renforcer l’Église et atteindre ceux qui ne font pas officiellement partie de l’Église.

Avec un peu d’attention, quiconque reconnaîtrait le nombre et la diversité des personnes qui écoutent encore la radio au Nigéria. Parmi ceux-ci, il y a des ruraux qui ont peu ou pas d’électricité, des ouvriers nomades, des voyageurs, des agriculteurs, des commerçants et des hommes et femmes d’affaires qui écoutent les stations les unes avec les autres, des artisans occupés à travailler de diverses manières, chez eux et d’autres qui utilisent la radio pour la compagnie. A cela s’ajoute le caractère dialogique et démocratique des programmes de radio utilisés dans les discussions, les entretiens téléphoniques, les entretiens, etc. Tout cela doit persuader ceux qui souhaitent réellement répandre l’Évangile de prendre en compte la radio comme un outil viable, relativement peu coûteux, mais puissant. . Outre dans le monde contemporain où la communication est extrêmement démocratisée, la radio constitue toujours une plate-forme importante pour les discussions sur les questions de foi, de catéchèse et d’exhortation. Un programme radiophonique aujourd’hui, bien structuré et bien présenté, peut laisser une étincelle nostalgique dans le cœur des croyants et des non-croyants et les attirer à la source du salut ou les inciter à approfondir leurs recherches sur des choses spirituelles. Une transmission radiophonique de l’Angélus, récitée de manière délibérée et spécialement ornée d’enseignements et de réflexions sur divers aspects en rapport avec la foi et la vie, peut servir de véritable véhicule quotidien d’alimentation et d’évangélisation du public. Ce qui a été dit de la radio peut être dit pour la télévision à une échelle moindre mais plus engageante. Parce que la télévision est à la fois son et image, le message qu’elle véhicule peut être plus convaincant et convaincant si ses exigences caractéristiques en matière de collaboration et de financement des compétences peuvent être surmontées.

 

Artistes et artistes comme média dynamique

Nos artistes et artistes doivent être mis au défi et encouragés à traduire les valeurs et les histoires de l’Évangile en œuvres d’art ou à les communiquer avec des expressions artistiques, à destination des personnes et du public. La capacité de notre peuple talentueux et créatif à exprimer le message de l’Évangile dans ses moyens d’expression est très puissante. L’Eglise a été le champion de l’art au cours des siècles. En fait, il y a eu une période dans son histoire où l’outil d’instruction le plus populaire et le plus efficace était la sculpture sur images et la musique. C’est une erreur fondamentale de penser que l’homme moderne est peut-être devenu trop grand pour de si puissants moyens de communication. Nous avons toutes les raisons de ramener l’Église à ce statut antérieur et d’investir dans la commande de tels projets, même à cette époque.

Ici, les services des professionnels des médias et des praticiens comme Signis et ses filiales comme l’Association catholique des praticiens des médias du Nigéria, CAMPAN ou l’Association des artistes et artistes catholiques du Nigéria (CAEAN) et même les praticiens du théâtre et des sketches au niveau local devraient être: contesté et pris plus au sérieux non seulement en tant qu’artistes, mais en tant qu’évangélisateurs. De telles associations, organisations et groupes possèdent l’expertise et les compétences nécessaires pour faire beaucoup avec le message de l’Évangile. Signis peut servir de plate-forme de conseil ou de planification de projet pour l’Église à différents niveaux, tandis que CAEAN et d’autres proposent des projets et des croquis possibles à des fins différentes. Trop souvent, cependant, de tels corps attendent d’être invités ou même parrainés pour promouvoir l’Évangile ou pour évangéliser. Ce n’est souvent pas à venir et l’attitude de “recul” doit changer.

Les inventaires en tant que média puissant

Si les librairies, les studios et les médias n’ont pas reçu suffisamment d’attention, les documents produits par de nombreux diocèses et institutions religieuses dans le Nigéria sont encore pires. Des livres, des CD de musique, des homélies enregistrées qui pourraient transformer de nombreuses vies n’ont tout simplement aucune chance de les toucher car il n’ya que peu d’efforts pour les promouvoir. En conséquence, ils ne font circuler que quelques exemplaires dans un espace très restreint, puis se retirent. Ce serait différent si nous avions un inventaire régulièrement mis à jour de ces ressources et informions régulièrement les personnes où elles se trouvaient. Ce serait un atout considérable pour la catéchèse, la dévotion personnelle et l’apprentissage. D’autres églises font beaucoup mieux que l’église catholique dans ce domaine et récoltent à juste titre de très nombreuses récompenses pour leurs efforts. Il n’est donc pas étonnant que beaucoup de catholiques se nourrissent de produits provenant de sources autres que catholiques!

Les institutions catholiques doivent devenir des supports d’évangélisation

Les institutions et les produits catholiques doivent être mieux fréquentés. Outre EWTN, Lumen Christi Satellite Television, des stations de radio catholiques ou des chaînes amicales, des publications telles que «Le mot parmi nous» ou «Abide in My Word» sont des ressources médiatiques nigérianes qui ont franchi des frontières diocésaines ou même internationales et constituent ressources spirituelles, qui sont encore largement inconnus pour beaucoup. Si seulement nous avions plus de gens comme le p. George Ehusani, qui les utilisait à bon escient depuis un certain temps maintenant.

Comme l’archevêque Akubeze l’a déclaré hier dans son homélie, nos écoles et nos hôpitaux doivent avant tout être des espaces et des opportunités d’évangélisation. Le message de salut que nous pouvons donner là dépasse de loin l’importance de notre éducation et, de toute façon, les gens sont plus réceptifs aux messages spirituels en période de maladie qu’à tout autre moment.

Nous avons besoin d’un placement un peu plus direct et préférentiel de ces médias dans nos institutions telles que les foyers, les écoles, les hôpitaux, les bureaux et même les maisons où catholiques et non catholiques vont et viennent. Pourquoi ne pas être en mesure de trouver dans les institutions catholiques, LCTN ou EWTN, ou de trouver une copie de Abide in My word ou the Among Among Word dans le salon ou la chambre de nos auberges ou de nos installations, ni d’entendre la radio sur une chaîne catholique dans un bureau peut grandement contribuer au travail de l’Église visant à répandre l’évangile et à évangéliser.

Les actions et services sociaux et de charité de l’Église continuent d’aider des millions de personnes à mener une meilleure vie matérielle et spirituelle, mais ils sont peu utilisés comme outils d’évangélisation en raison de leur humilité et de leur correction. Ces programmes et services évitent de s’identifier comme catholiques quand ils sont sur la place publique et exposés au grand public. Désolé si je mentionne ici le mouvement Justice Développement et Paix qui fonctionne fondamentalement selon l’enseignement social de l’Église en matière de lutte contre la pauvreté, d’acquisition de compétences, d’éducation politique, d’autonomisation, d’aide juridique, etc. Ce sont tous des domaines qui transforment profondément la société. De tels programmes, bien acceptés par le grand public, ne sont souvent pas identifiés comme inspirés par l’Église catholique. Trop souvent à la radio ou à la télévision, on entend dire que les programmes sont alimentés par une organisation étrangère et par le JDPC. Pour beaucoup, cela pourrait aussi bien être une autre organisation non gouvernementale. Pourquoi ne pouvons-nous pas entendre et voir l’Organisation pour la justice et le développement de la justice catholique à la radio, à la télévision ou sur des panneaux d’affichage et des affiches? Il est étonnant qu’une voie aussi riche pour l’évangélisation puisse être négligée et laissée inexploité. Jésus a dit: “De la même manière, votre lumière doit briller aux yeux des gens, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils louent votre père au ciel”.

ble

La possibilité de recourir aux nouveaux médias constitue peut-être une opportunité majeure pour les moins de 50 ans. J’entends par là tous les médias qui sont aujourd’hui alimentés par les technologies de l’information modernes, les ordinateurs, les téléphones intelligents et Internet. Celles-ci sont plus souvent appelées médias sociaux. Selon certaines définitions, ce sont des «outils d’interaction Web qui, outre la conversation, permettent aux utilisateurs de partager du contenu, tel que des photos, des vidéos et des liens vers des ressources…. Ce sont des plates-formes numériques utilisées pour l’interaction et la diffusion de contenu. »Ces médias, facilement identifiables par les jeunes, génèrent une culture entièrement nouvelle de relations et de communication. Pour la première fois, grâce à ces médias, un grand nombre de personnes sont habilitées à devenir simultanément auteurs, enseignants et producteurs en même temps et avec la même autorité que quiconque. Cette réalité n’a pas été perdue pour l’Église. Déjà en 1971, le Conseil pontifical pour les communications sociales écrivait: «Les moyens modernes de communication sociale offrent aux hommes d’aujourd’hui une grande table ronde. Ils peuvent alors participer à un échange mondial en quête de fraternité et de coopération. Il n’est pas étonnant qu’il en soit ainsi car les médias sont à la disposition de tous, ce qui en fait le canal du dialogue qu’ils stimulent eux-mêmes. Le flot d’informations et d’opinions qui s’injectent par ces canaux fait de chaque homme un partenaire dans les affaires de la race humaine. ”

Focus spécial sur la jeunesse

Cette prise de conscience positive a été répétée au fil des ans, les nouveaux médias étant davantage identifiés avec les jeunes, de sorte que de nombreux messages papaux pour la Journée mondiale de la communication de ces dernières années ont continué de les frapper: Ecoutez le pape Benoît XVI: en particulier, ils ont compris l’énorme capacité des nouveaux médias à favoriser la connectivité, la communication et la compréhension entre les individus et les communautés, et se tournent vers eux comme moyen de communication entre individus et communautés et se tournent vers eux comme moyen de communiquer avec amis existants, de rencontrer de nouveaux amis, de former des communautés et des réseaux, de rechercher des informations et des actualités et de partager leurs idées et leurs opinions. Il sera donc logique de conclure que l’Église et tous ceux qui détiennent le pouvoir d’administrer l’Église forment une alliance avec des jeunes pour œuvrer à l’évangélisation avec les aptitudes et les compétences numériques qu’ils possèdent plus que quiconque. Cette recommandation a été faite au fil des ans par l’Église dans le but de faire proclamer l’évangile et de lui permettre de pénétrer la nouvelle culture numérique.

Les nouveaux médias offrent une portée presque illimitée à beaucoup de ceux qui ne vont pas à l’église aujourd’hui, qui ne peuvent pas aller à l’église et à ceux qui ont quitté l’église. Ils offrent un moyen important d’apostolat à ceux qui ne peuvent pas être atteints par les moyens ordinaires, aux personnes confinées à la maison, aux malades, aux nomades ou aux jeunes qui sont «natifs des médias sociaux». Etc.

Dans son préface à un livre récent de Brandon Vogt, le cardinal Sean O’Malley a écrit: «Les nouveaux médias ont profondément modifié les schémas de communication, comparables à l’introduction de l’imprimerie il ya plusieurs siècles, et ont également instauré une nouvelle culture de la communication. Il est non seulement important mais essentiel que l’Église apporte la bonne nouvelle de Jésus-Christ dans cette culture afin d’insuffler au contenu numérique le ferment de notre foi catholique ». Citant Mgr Ronald Herzog, évêque d’Alexandrie, qui a dirigé les évêques américains au cours des discussions sur les nouveaux médias, il est allé plus loin: «De nos jours, beaucoup de gens, en particulier les jeunes, s’adressent d’abord aux nouveaux médias. Par conséquent, il serait désastreux que l’Église ne le prenne pas au sérieux et commence à utiliser efficacement ces outils maintenant pour améliorer nos moyens de communication existants. L’Église n’a pas à changer ses enseignements pour toucher les jeunes, mais elle doit leur transmettre la foi d’une manière différente pour les atteindre et être présents. »En bref, les nouveaux médias sont des outils indispensables pour bâtir l’Église au-delà de nos églises. .

Imaginez un instant l’efficacité des blogs en tant que forum d’échanges, de partage de points de vue et d’explications sur la pratique, la doctrine et les valeurs de l’Évangile sans que les gens ne subissent le stress du mouvement, de la météo, etc.? Imaginez l’utilité fonctionnelle des podcasts et vidéocasts pour des homélies, des entretiens ou des enseignements enregistrés, puis relayés sur des smartphones dans des lieux appropriés mais distants à des personnes qui ne peuvent pas assister à l’événement? Pensez un instant à la rapidité et à la nature simultanée des transmissions en direct sur Facebook ou à l’accessibilité économique de Whattsapp pour le partage de ressources spirituelles et de matériel d’évangélisation? Les jeunes et les autres personnes qualifiées dans l’utilisation de ces ressources ont un travail bien fait pour eux. D’autre part, ces médias sont si importants que tous les agents d’évangélisation doivent apprendre à dialoguer avec certains d’entre eux au moins afin d’être des agents authentiques et crédibles de l’évangélisation.

LES DÉFIS

Les défis auxquels est confronté le rôle des médias dans l’évangélisation aujourd’hui ont généralement été mentionnés.

Nous devons trouver un moyen de vaincre la paresse des catholiques en ce qui concerne l’évangélisation. Réfléchissez à la manière dont les étudiants s’efforceraient de faire des recherches et d’étudier afin de réussir un examen important! Considérez la quantité d’argent que nous envoyons sur des données pour pouvoir télécharger un déménagement ou un clip à partir d’Internet! Réfléchissez à la manière dont les gens déploieraient tout le matériel et les compétences des médias sociaux et numériques pour trouver des informations! Est-ce qu’ils feraient la même chose pour la foi ou le développement spirituel? De nombreux parents racontent des histoires, appliquent des proverbes, des blagues et des énigmes afin de communiquer une leçon de vie importante à un enfant, mais ne feraient pas le même effort pour communiquer la vérité sur leur foi à leurs enfants. Combien d’heures les jeunes passeraient-ils au gymnase, sur le terrain de football ou dans une académie de musique à apprendre à chanter, à danser ou à jouer d’un instrument de musique, mais ne feraient pas la même chose pour apprendre les Écritures afin de pouvoir enseigner aux autres ? Si les jeunes partageaient les paroles des Écritures ou une homélie édifiante avec la même dextérité avec laquelle ils partagent une information intéressante mais banale, l’Évangile aurait été mieux servi depuis longtemps. Cette attitude tiède est probablement le plus grand défi posé au rôle des médias dans l’évangélisation. On pourrait considérer comme suivants:

  • L’attitude tiède et le manque d’intérêt de beaucoup envers leur responsabilité d’évangélisateurs
  • La réticence à investir des ressources financières dans la mobilisation de divers médias.
  • Incertitude sur le fait de confier officiellement la mission d’évangélisation à des professionnels des médias et à des praticiens ayant des responsabilités correspondantes
  • Le sentiment d’une connaissance insuffisante de la foi et de la Bible qui fait que beaucoup ne se sentent pas qualifiés pour représenter l’Église
  • La réticence des dirigeants de l’Église à suivre le rythme de la communication.
  • Planification insuffisante et investissement dans la formation, les installations et les programmes qui amélioreront l’utilisation des médias pour l’évangélisation
  • Formation insuffisante des fidèles pour leur tâche de chrétiens coresponsables pour la mission de l’Église
  • Manque d’agents ecclésiastiques formés en communication et en évangélisation.
  • Dans le cas des nouveaux médias, le défi reste de savoir comment l’Église mène-t-elle du type de contact rendu possible par Internet à la communication plus profonde exigée par la proclamation chrétienne? Comment pouvons-nous nous appuyer sur le premier contact et l’échange d’informations rendus possibles par Internet? “

Conclusion

Avec des indications sur les pouvoirs omniprésents des nouveaux médias et de la technologie numérique, certaines personnes iraient jusqu’à suggérer de se concentrer sur eux uniquement pour une évangélisation efficace. Ce serait une erreur fatale car les nouveaux médias ont également de nombreux effets secondaires et faiblesses. La vérité est que les médias de communication sont générationnels et il y aura toujours des gens qui resteront inaccessibles par les nouveaux médias numériques. De telles personnes, pour des raisons de préférence, d’accessibilité, d’âge ou de problème de santé, se prêtent plus facilement à d’autres formes de médias. En effet, une approche globale holistique et globale engloberait ce qui fonctionnerait le mieux pour une évangélisation efficace.

Dans un livre de Meredith Gould, ce conseil précieux est fourni et mérite d’être écouté. Les prêtres, en particulier, ne doivent jamais considérer les médias sociaux comme un substitut à la pastorale de la chair en face à face. Le mot a été fait chair pas le mot a été fait les médias sociaux. Les médias sociaux peuvent être une extension de la présence pastorale du prêtre, mais ne la remplaceront jamais. Cela ne remplacera pas non plus entièrement toutes les autres formes de médias qui ont précédemment élevé l’évangile dans l’Église et qui ont servi la mission d’évangélisation.

Aucune de ces réponses ne constitue une excuse suffisante pour ne pas saisir les opportunités d’évangélisation offertes par les médias. Jésus a demandé à tous d’être des témoins et de faire des disciples de toutes les nations selon la capacité de chacun. Il est nécessaire de lancer le défi de l’évangélisation à chaque catéchumène au moment du baptême afin qu’ils comprennent dès lors qu’ils sont destinés à la mission. (L’homme Rasta) L’Église n’a jamais interdit à quiconque, qualifié ou non, de diffuser l’Evangile. Chacun doit travailler pour l’évangélisation selon ses capacités. Présentez simplement les faits de l’évangile et votre témoignage de foi. Vous n’avez pas besoin de gagner un argument ou une bataille. C’est l’œuvre du Saint-Esprit. Juste ne manquez pas de “parler votre propre”

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top