• March 30, 2020
0 Comments

print
RECOWACERAO NEWS a été témoin de l’enterrement du jeune séminariste Michael Nandi au Nigeria lointain. Notre propre évêque Hassan Kukah a prononcé une homélie douloureuse qui a parcouru la longueur et l’ampleur du monde des médias en quelques heures. Notre correspondant nigérian a indiqué que la livraison de l’homélie avait été brutalement brodée avec franchise. Le directeur des communications de RECOWA-CERAO, étant un Nigérian, a observé que l’arrangement rhétorique était empreint de faits. L’équipe de RECOWACERAO NEWS a analysé l’homélie et a émis l’idée qu’elle était de nature historique car elle décrivait honnêtement l’état sordide de la nation nigériane. En termes simples, l’évêque Kukah l’a cloué dans une intrépidité très inhabituelle. Il a commencé:

  1. Nous nous sommes rassemblés autour des restes de Michael en supplication mais aussi en témoins solennels de l’obscurité pénétrante qui plane sur notre pays. J’ai le rare honneur d’être considéré comme le principal deuil de cette horrible tragédie. Ce n’est pas un honneur que je mérite de recevoir. L’honneur appartient à Dieu Tout-Puissant qui a créé Michael et a tracé ce moment et cette voie pour lui. Le plus grand honneur revient à sa famille immédiate dont le dévouement en tant que catholiques a jeté les bases de sa foi et de sa vocation. À sa grand-mère, Mme Eunice Nwokocha, une femme catholique très simple, belle et dévote dont le dévouement et le dévouement ont vu Michael et ses frères et sœurs, Chukwuebuka, Francis, Augustine et Raphael élevés dans tous les beaux principes et disciplines de la foi catholique.
  2. La façon dont maman et ses petits-enfants ont géré cette tragédie familiale a clairement montré la profondeur de leur foi. J’ai connu Maman seulement après la mort subite de sa fille, Caroline, qui avait été une lectrice dévouée dans notre cathédrale. Le jour où nous avons appris que Michael et les autres séminaristes avaient été enlevés, annoncer la nouvelle à maman et aux enfants n’était pas une tâche facile. Elle a pris les nouvelles avec sérénité et nous nous sommes concentrés sur la prière pour leur libération. Elle et les petits-enfants ont vécu les tourments de la harangue brutale, dure et insensée des ravisseurs qui sont totalement vides de toute manifestation d’émotions humaines.
  3. Quand le pire est finalement arrivé, lui annoncer la nouvelle et les petits-enfants s’est avéré être l’un des moments les plus émotionnellement difficiles pour moi. Elle m’avait appelé trois jours plus tôt pour dire que les ravisseurs lui avaient dit qu’ils avaient tué Michael. Je l’ai rejeté en lui disant que, premièrement, je l’avais découragée de répondre à leurs appels, et deuxièmement que cela faisait partie de la guerre psychologique de ces hommes mauvais. Mercredi 29, Peter Paul, le jeune homme courageux qui avait servi de négociateur principal avec les ravisseurs, nous avait déjà dit qu’ils étaient allés au village où les ravisseurs ont dit qu’ils avaient jeté les corps de Michael et Mme Ataga mais trouvé pas de cadavres. C’était le fil de consolation auquel nous nous sommes accrochés comme moyen de réconfort que Michael était encore en vie.
  4. Lorsque nous avons conclu les négociations avec les ravisseurs jeudi soir, j’étais au séminaire pour recevoir les trois séminaristes et, bien que nous n’en ayons reçu que deux, j’étais toujours confiant que Michael était toujours en vie. Nous allions simplement nous asseoir et attendre à nouveau le prochain appel et le cycle de négociations angoissant. Je suis parti pour Abuja le soir même pour continuer mon voyage à Sokoto le lendemain. C’était sur le chemin de l’aéroport pour prendre un vol de retour à Sokoto ce samedi matin que le père Daboh m’a appelé pour me dire que le cadavre de Mme Ataga avait été retrouvé et qu’il y avait un deuxième cadavre non identifié qui leur était demandé de venir et identifier si c’était Michael. Mon cœur se serra.
  5. Après l’appel, j’ai éteint mon téléphone dans le déni mais en espérant que certains sursis me permettent de monter à bord de mon vol avec un peu de raison. Je suis arrivé à Sokoto et j’ai refusé d’allumer mon téléphone pendant un certain temps. Quand je l’ai finalement fait, j’ai refusé de lire les SMS, mais ensuite, l’appel du père Habila est passé vers 13 heures avec la nouvelle que, malheureusement, ils avaient identifié le cadavre comme étant celui de Michael. Je ne savais pas par où commencer et comment annoncer la nouvelle à maman. Heureusement, deux de nos principaux paroissiens, Sir Julius Dike et Mathews Otalike, étaient sur place et je les ai convoqués chez moi. Il nous a fallu près de sept heures pour négocier comment annoncer la nouvelle parce que, d’abord, Maman était sur le marché et j’ai pensé qu’elle devrait au moins terminer les affaires de la journée en paix. Enfin, l’annonce de la nouvelle a ouvert un chapitre différent dans cette horrible tragédie laide, douloureuse mais mémorable. Comme la mort de Lazare, il deviendrait clair pour moi que la mort de Michael apporterait la gloire à Dieu.
  6. Plus tard dans la soirée, alors que je m’asseyais pour essayer de consoler maman, elle leva les yeux vers moi et dit en pleurant: «Mon Seigneur, vous avez dit que Michael était toujours en vie. Est-il vraiment mort? »Avant de pouvoir dire quoi que ce soit, elle a fourni une réponse émouvante:« Mon Seigneur, mais Michael est entré au Séminaire de tout son cœur et de tout son corps, un tous », a-t-elle dit avec finalité. Depuis ce soir-là, je l’ai regardée retrouver son calme et jusqu’à samedi, la veille de mon départ de Sokoto, elle était devenue une consolatrice et une inspiration pour les autres.
  7. La profondeur et l’impact de cette tragédie appartiennent en premier lieu aux trois collègues survivants de Michael, toute la communauté du séminaire dirigée par le recteur, le père. Habila Daboh, son équipe de formateurs et toute la famille du Good Shepherd Seminary. Tous ont vécu près de deux mois de traumatisme, d’agonie, de douleur et de désespoir. Ils ont été maintenus ensemble par le ciment d’une foi profonde, de l’espérance et de la solidarité familiale. Je félicite tous les formateurs de s’être rassemblés et d’avoir guidé les séminaristes à travers ce sombre tunnel de douleur émotionnelle pendant les jours qui se sont transformés en semaines et les semaines en mois. Toute la communauté catholique de la province, dirigée par notre métropolite, l’archevêque Matthew Ndagoso, partageait tous ce fardeau. Sa Grâce et le Recteur nous parleront tous les deux à la fin de la messe.
  8. La troisième couche de douleur a été portée par le pays tout entier et le monde catholique. Les réactions nationales et internationales à la mort de ce jeune homme m’ont fait reculer et me demander quel message Dieu a pour notre pays. Michael est le premier séminariste à porter la marque de cette brutalité et de cette méchanceté. Des prêtres sont morts entre les mains de ces méchants êtres humains. Michael n’était qu’un séminariste au cours de sa première année de formation. Je l’avais vu dans sa soutane qu’il portait en ma présence, non pas avec fierté mais avec dignité. Pourquoi la mort tragique d’un jeune homme comme lui provoquerait-elle un niveau d’émotions sans précédent ici et dans le monde?
  9. Maria Lozano, membre du personnel d’Aide à l’Église en Détresse, une organisation dédiée à la cause de la persécution des chrétiens du monde entier, m’a appelé avec frénésie immédiatement après la nouvelle de l’enlèvement des séminaristes. Le lendemain, elle m’a envoyé un message vocal émotionnel pour me dire qu’elle avait entendu que Michael était orphelin et que, puisque les ravisseurs chercheraient de l’argent, sa vie pourrait-elle être en danger s’ils se rendaient compte qu’il était orphelin? Pourrait-elle mobiliser surtout les mères pour devenir parents pour lui, pour le garder lui et les autres dans leur cœur et continuer à prier pour lui? Maria est restée avec nous avec émotion et a demandé des informations sur l’enterrement.
  10. Lorsque l’archevêque a approuvé la date de l’enterrement, je lui ai immédiatement transmis les informations. Le lendemain, 5 février, elle m’a envoyé un message me disant que lorsqu’elle a demandé aux gens du monde entier d’allumer une bougie pour Michael le jour de son enterrement, 2 436 personnes d’Afghanistan, du Pakistan et des États-Unis d’Amérique, L’Arabie saoudite, le Mexique, le Venezuela, la Colombie, Madagascar, l’Afrique du Sud, le Congo, le Mali, l’Espagne, la Turquie et l’Arabie saoudite ont répondu. L’Allemagne à elle seule comptait au total 3 305 personnes en quelques heures. À la lumière de cela, je me demandais, qui sommes-nous pour pleurer? Qui sommes-nous pour refuser cette couronne d’honneur et de gloire? Nous avons cessé de pleurer Michael à ce sujet.
  11. Votre Grâce, mes frères évêques, révérends pères, révérends sœurs et tout le bon peuple de Dieu, je ne vous apporte donc que des salutations et des louanges à nous tous de la part du diocèse de Sokoto. C’est un moment solennel pour le corps du Christ. C’est pour nous le moment de la décision. C’est le moment qui sépare l’obscurité de la lumière, le bien du mal. Notre nation est comme un navire échoué en haute mer, sans gouvernail et avec des aides à la navigation brisées. Aujourd’hui, nos années d’hypocrisie, de duplicité, d’intégrité fabriquée, de fausse piété, de moralité vide, de fraude et de pharisaïsme nous ont rattrapés. Le Nigéria est à la croisée des chemins et son avenir est précaire dans un équilibre. C’est un appel au réveil pour nous. Comme nous le rappelle saint Paul; La nuit est loin d’être passée et la journée est proche. Par conséquent, rejetons les oeuvres des ténèbres et revêtons l’armure de lumière (Romains 13:12). Il est temps d’affronter et de dissiper les nuages ​​du mal qui planent sur nous.
  12. Le Nigéria est à un point où nous devons appeler à un verdict. Il doit y avoir quelque chose pour lequel un homme, voire une nation, devrait être prêt à mourir. Malheureusement, voire tragiquement, aujourd’hui, le Nigéria ne possède pas cet ensemble d’objectifs ou de valeurs pour lesquels tout citoyen sain d’esprit est prêt à mourir pour elle. Je devrais peut-être me corriger et dire que le titulaire de charge moyen est prêt à mourir pour protéger son poste, mais pas pour la nation qui lui a confié ce poste. Les Yorubas disent que s’il vous faut 25 ans pour pratiquer la folie, combien de temps auriez-vous pour le mettre dans la vraie vie? Nous pratiquons la folie depuis trop longtemps. Notre tentative de construire une nation est devenue comme l’agonie de Sisyphe qui a irrité les dieux et a dû endurer la frustration de rouler une pierre sur la montagne. Chaque fois qu’il s’approchait du sommet, les dieux inclinaient la pierre en arrière et il revenait pour tout recommencer. Qu’est-il arrivé à notre nation?
  13. Le Nigéria doit s’arrêter un instant et réfléchir. Personne n’est plus que le président du Nigéria, le général de division Muhammadu Buhari, qui a été élu en 2015 sur la base de ses propres promesses de mettre en déroute Boko Haram et de mettre le pays sur un pied d’égalité. Dans une allocution prononcée au prestigieux Policy Think Tank de Chatham House à Londres, juste avant les élections, le major-général Buhari a déclaré à son auditoire: «En tant que général à la retraite et ancien chef d’État, j’ai toujours connu nos soldats. Ils sont capables et ils sont bien entraînés, patriotiques, courageux et toujours prêts à faire leur devoir. Si je suis élu président, le monde n’aura aucune raison de s’inquiéter pour le Nigéria. Le Nigéria reprendra son rôle de stabilisateur en Afrique de l’Ouest. Nous accorderons une attention suffisante au bien-être de nos soldats en service et hors service. Nous développerons des armes et des munitions adéquates et modernes. Nous améliorerons la collecte de renseignements et les patrouilles frontalières pour étouffer les canaux financiers et d’équipement de Boko Haram. Nous serons sévères contre le terrorisme et ses causes profondes en initiant un développement économique global et en promouvant le développement des infrastructures… nous agirons toujours à temps et ne laisserons pas les problèmes s’aggraver de manière irresponsable. Et moi, Muhammadu Buhari, je dirigerai toujours par le devant. »
  14. Il n’est pas nécessaire de formuler d’autres observations sur cette allégation. Personne dans cette salle ou ailleurs au Nigeria ne doutait du président qui menait sa campagne sur un char soi-disant plein de carburant d’intégrité et de probité morale. Personne n’aurait pu imaginer qu’en remportant la présidence, le général Buhari apporterait du népotisme et de la clanisme dans l’armée et les agences de sécurité auxiliaires, que son gouvernement serait marqué par des politiques suprémacistes et de division qui pousseraient notre pays au bord du gouffre. Ce président a fait preuve de la plus grande insensibilité dans la gestion de la riche diversité de notre pays. Il a subordonné les intérêts plus vastes du pays aux intérêts hégémoniques de ses coreligionnaires et des hommes de clan et des femmes. L’impression créée maintenant est que, pour occuper une position clé et stratégique au Nigéria aujourd’hui, il est plus important d’être un musulman du Nord qu’un Nigérian.
  15. Aujourd’hui, au Nigéria, la noble religion de l’islam a convulsé. Il est devenu associé à certaines des pires craintes de notre peuple. Les érudits musulmans, les chefs traditionnels et les intellectuels ont continué à crier impuissants, demandant que leur religion et leur région soient libérées de cette étouffement. C’est parce que, dans tout cela, ni l’islam ni le nord ne peuvent identifier de réels avantages de ces années qui ont été consommés par les sauterelles que ce gouvernement a déchaîné sur notre pays. Les Peuls, ses parents innocents, sont devenus l’objet d’opprobre, de ridicule, de diffamation, de calomnie et d’obloquie. Son nord est devenu un grand cimetière, une vallée d’os secs, la partie la plus méchante et la plus brutale de notre cher pays.
  16. Pourquoi les dieux ont-ils rejeté cette offrande? Bien qu’il dirige le gouvernement le plus népotiste et narcissique de l’histoire connue, il n’y a pas de réponse aux millions de jeunes enfants dans les rues du nord du Nigéria, le nord a toujours les pires indices de pauvreté, d’insécurité, de retard de croissance, de misère, de misère et de dénuement. Son Éminence, le sultan de Sokoto et l’émir de Kano sont les deux chefs traditionnels et moraux les plus puissants de l’islam aujourd’hui. Aucun d’eux n’est content et ils l’ont dit si haut et fort. Le sultan a récemment déploré les conséquences tragiques d’un pouvoir entre de mauvaises mains. Chaque jour, des religieux musulmans publient des récits de lamentations sur leur sort. Maintenant, les aînés du Nord, qui en 2015 croyaient que le général Buhari était venu racheter le nord, se sont maintenant retournés contre le président.
  17. On nous dit que cette situation n’a rien à voir avec la religion. Vraiment? C’est ce qui arrive lorsque les politiciens utilisent la religion pour repousser les frontières de leur ambition et de leur pouvoir. Faut-il croire que, simplement parce que Boko Haram tue aussi les musulmans, ils ne portent pas de vêtements religieux? Doit-on nier les preuves dont nous sommes saisis, des kidnappeurs séparant les musulmans des infidèles ou obligeant les chrétiens à se convertir ou à mourir? Si votre fils me vole, résolvez-vous le problème en disant qu’il vous vole aussi? Encore une fois, le sultan a bien compris: que l’élite politique du nord qui a rendu l’espace le revendique immédiatement.
  18. La persécution des chrétiens dans le nord du Nigéria est aussi ancienne que l’État nigérian moderne. Leurs expériences et leurs craintes de domination islamique du Nord sont documentées dans le rapport de la Commission Willinks en 1956. C’est aussi la raison pour laquelle ils ont formé une plate-forme politique appelée la Ligue non musulmane. Nous devons tous avouer en toute honnêteté qu’au cours des années qui ont passé, l’élite musulmane du nord n’a pas développé de base morale pour un partage adéquat du pouvoir avec ses corégionalistes chrétiens. Nous nions à nos frais. En refusant aux chrétiens des terres pour les lieux de culte dans la plupart des États du nord, en ignorant la destruction systématique des églises toutes ces années, en refusant aux chrétiens un recrutement, une représentation et des promotions adéquats dans les services publics de l’État, en refusant à leurs enfants autochtones des bourses d’études, en épousant des chrétiennes ou en se convertissant Les chrétiens, tout en menaçant les femmes musulmanes et les futurs convertis de la mort, rendent impossible la construction d’une communauté harmonieuse. L’édification d’une nation ne peut se faire sans une représentation adéquate et un effort délibéré pour créer pour tous les membres un sentiment, un sentiment d’appartenance et la liberté d’apporter leur contribution. C’est la fenêtre que les assassins de Boko Haram ont exploitée et transformée en porte à mort. C’est pourquoi tuer des chrétiens et détruire le christianisme est considéré comme l’une de leurs principales missions.
  19. De notre côté, je crois que c’est un moment déterminant pour les chrétiens et le christianisme au Nigéria. Nous, chrétiens, devons être assez honnêtes pour accepter que nous avons tant pris pour acquis et fait tant de sacrifices au nom de l’édification de la nation. Nous avons accepté le président Buhari lorsqu’il est venu avec le général Idiagbon, deux musulmans et deux habitants du Nord. Nous avons accepté Abiola et Kingibe, pensant que nous avions croisé le chemin de la religion, mais nous nous sommes grossièrement trompés. Lorsque Jonathan est devenu président et que le sénateur David Mark est resté président du Sénat, tandis que Patricia Ette a été choisie par le Sud-Ouest pour devenir présidente. Les membres musulmans se sont révoltés et ont forcé sa démission par des mensonges et des faux. La même Chambre dirait sans vergogne qu’elle n’avait aucune trace de son acte d’accusation. Aujourd’hui, nous vivons avec un Sénat dont toute la direction est aux mains des musulmans. Les chrétiens ont continué à les soutenir. Combien de temps continuerons-nous sur cette route avec des ambitions différentes? Les chrétiens doivent se lever et défendre leur foi avec toutes les armes morales dont ils disposent. Nous devons devenir plus solides en présentant les valeurs du christianisme, en particulier notre message d’amour et de non-violence à une société violente. Parmi les loups du monde, nous devons devenir plus alertes politiquement, sages comme le serpent et humbles comme la colombe (Mt 10, 16).
  20. Chaque religion a les germes de sa propre rédemption ou destruction. C’est un choix entre César et Dieu. Nous ne pouvons pas emprunter la couronne de César sans conséquences. Les frontières entre la foi et la raison sont délicates mais elles sont fondamentales pour la façon dont une société construit un code moral. La foi sans raison engendre le fanatique, le démagogue qui croit sincèrement mais à tort qu’il a entendu la voix d’un dieu lui ordonnant d’en tuer un autre. La raison sans foi produit les idéologues qui tueront aussi parce que l’idéologie de l’État l’ordonne. Les sociétés ne peuvent survivre que lorsqu’une base constitutionnelle a été établie pour créer un équilibre entre les deux extrêmes et pour placer notre humanité commune au centre de chaque quête.
  21. Mes chers frères et sœurs, la colère, la quête de la vengeance, est un héritage légitime de la condition de l’être humain non racheté. Les deux ont un attrait. Grâce à la violence, vous pouvez assassiner le meurtrier, mais vous ne pouvez pas assassiner. Par la violence, vous pouvez tuer le menteur, mais vous ne pouvez pas tuer les mensonges ou installer la vérité. Grâce à la violence, vous pouvez assassiner le terroriste, mais vous ne pouvez pas mettre fin au terrorisme. Grâce à la violence, vous pouvez assassiner le violent, mais vous ne pouvez pas mettre fin à la violence. Grâce à la violence, vous pouvez tuer le haineux, mais vous ne pouvez pas mettre fin à la haine. Un homme non racheté considère la vengeance comme un pouvoir, une force et le meilleur moyen de donner une leçon au délinquant. Ce sont les voies de la chair.
  22. Le christianisme se sépare des autres religions lorsqu’il s’agit de savoir quoi faire avec l’ennemi. Ici, nous devons l’admettre, le christianisme est seul. C’est le défi pour nous, chrétiens. D’autres croient en un œil pour un œil, une dent pour une dent, ou que l’on peut prendre soit du sang, soit faire une réparation d’une façon ou d’une autre. Cependant, pour nous chrétiens, Jésus se trouve juste au milieu avec un message qui est l’opposé de tout ce qui est sensible pour nous en tant qu’êtres humains. Remettez votre épée (Mt.26: 52). Tournez l’autre joue (Mt. 5:38). Priez pour votre ennemi (Mt 5, 44). Donnez au voleur votre manteau (Luc 6:29). Rien de tout cela n’a de sens pour l’esprit humain sans foi. C’est pourquoi Jésus a dit que la seule solution était que nous naissions de nouveau (Jean 3: 3). Le défi qui nous attend est de voir le visage de Jésus et de poser la question: sommes-nous nés contre la haine, la colère, la violence et la vengeance?
  23. Il y a de l’espoir, mes chers amis. Sommes-nous fâchés? Oui nous sommes. Sommes-nous tristes? Bien sur nous sommes. Sommes-nous tentés de se venger? En effet, nous le sommes. Nous sentons-nous trahis? Tu paries. Savons-nous quoi faire? Absolument. Savons-nous quand le faire? Pourquoi pas? Savons-nous comment? Absolument. Sommes-nous en guerre? Oui. Mais que voudrait que Christ nous fasse? La seule façon qu’Il nous a indiquée est la voie non violente. C’est la route la moins fréquentée, mais c’est le seul moyen.
  24. Comment et pourquoi Dieu choisit-il ces jeunes comme modèles? Leah Sharibu et maintenant Michael, tous des adolescents lorsqu’ils ont affronté le mal et sont devenus des martyrs. Dans un récent rapport paru dans le Daily Trust le 2 février 2020, j’ai lu l’histoire d’une des filles Dapchi et leur incroyable démonstration de bravoure face au feu. Leurs féroces ravisseurs leur ont demandé de désigner les chrétiens parmi eux, sinon ils risquaient tous la mort. En réponse, ils ont dit à l’unisson qu’ils étaient tous musulmans. Puis, a-t-elle poursuivi, «quand ils ont intensifié leur menace de nous tuer, Leah s’est levée et a dit qu’elle était chrétienne. Elle a dit qu’ils pouvaient aller de l’avant et la tuer au lieu de nous tuer tous. Alors, ils l’ont séparée de nous… avant que nous soyons secourus, ils nous ont dit que si Leah se convertissait à l’islam, ils nous libéreraient, alors nous avons essayé autant que possible de la convaincre mais elle a refusé de dire qu’elle ne renoncerait jamais à sa religion pour peur de la mort.”
  25. Nous n’avons aucune preuve de ce qui s’est passé entre Michael et ses assassins. Cependant, pour nous chrétiens, cette mort est une métaphore du sort de tous les chrétiens du Nigeria mais surtout du nord du Nigeria. Pour nous chrétiens, il semblerait sûr de dire que nous sommes tous des hommes et des femmes marqués aujourd’hui. Pourtant, nous devons être prêts à être lavés dans le sang de l’agneau. Le témoignage de la fille Dapchi ci-dessus suggère que notre pays a un avenir, un avenir basé sur l’innocence de nos jeunes qui ont vu au-delà de la religion. Leah Sharibu est un martyr de la foi et Michael aussi. Saint Paul l’a déjà bien dit: nous portons ce trésor dans des vases d’argile afin que toute cette puissance surpassant ne soit pas considérée comme la nôtre, mais comme celle de Dieu. Des essais de toutes sortes viennent à notre rencontre, mais nous ne sommes pas découragés. Nous sommes laissés sans réponses mais nous ne désespérons pas, persécutés mais pas abandonnés, renversés mais pas écrasés. À tout moment, nous portons en notre personne, la mort de Jésus, afin que dans la vie, Jésus se manifeste aussi en nous (2 Cor. 4: 7-10).
  26. Enfin, nous louons et remercions Dieu que Pie, Pierre et Étienne soient vivants et continueront de témoigner sur terre de cette horreur. Que Dieu les aide à guérir tous. Nous rejoignons la famille de Michael dans leur acte de pardon tout en appelant Dieu à donner à ces tueurs leur propre chemin vers l’expérience de Damas au plus profond des forêts et des autoroutes. Pour l’instant, à Sokoto, nous sommes en paix et nous nous sentons très honorés d’avoir été choisis pour cette tâche d’être appelés à marcher sur les traces de la passion de Jésus-Christ. Nous savons que le fardeau du Seigneur n’est jamais lourd. Nous sommes humiliés mais pas inclinés. Bien que nous ne soyons qu’un petit troupeau, nous sommes heureux d’offrir du peu que nous avons au Maître. Comme le propriétaire de l’âne sur lequel Jésus est monté à Jérusalem, nous ne posons aucune question parce que le Maître a demandé Michael (Luc 19:31). Comme les Galiléens (Luc 13: 1), nous livrons le sang de Michael aux Hérodes vicieux d’aujourd’hui, mais nous savons que nous allons un jour renaître vers une nouvelle vie. Le choix de notre fils Michael comme Simon de Cyrène est un cadeau remarquable que nous devons embrasser des deux mains. On a l’impression que notre fils a été choisi pour nous représenter dans l’équipe nationale des martyrs. Sans crainte, nous terminerons le voyage qu’il a commencé car sa mémoire nous donnera de la force.

 

  1. Nous savons que la force de Michael inspirera une armée de jeunes à suivre ses pas. Nous marcherons avec la croix du Christ qui nous est confiée, non dans l’agonie ou la douleur, car notre salut réside dans votre croix. Nous n’avons ni vengeance ni amertume dans nos cœurs. Nous n’avons aucune goutte de chagrin en nous. Nous sommes honorés que notre fils ait été appelé à recevoir la couronne de martyre à ses débuts dans le sacerdoce. Nous sommes reconnaissants qu’avant même qu’il ne puisse monter sur l’autel terrestre, Jésus, le grand prêtre, l’a appelé à se tenir aux côtés de ses anges. Il était prêtre par désir, mais il concélébrait la plénitude de la prêtrise à côté de son maître. Il a été soulevé avant même que ses mains ne puissent soulever le calice sacré. Que le Seigneur le place à côté de son sein et qu’il intercède pour nous. Si son sang peut apporter la guérison à notre nation, alors ses meurtriers n’auront jamais le dernier mot. Que Dieu lui donne la paix éternelle.

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

RECOWACERAO NEWS witnessed the burial of the young Seminarian Michael Nandi in faraway Nigeria. Our Own Bishop Hassan Kukah gave a sorrowful homily which has traversed the length and breadth of the media world in a space of few hours. Our Nigerian correspondent indicated that the delivery of the homily was brutally embroidered with frankness. The Director of Communications for RECOWA-CERAO being a Nigerian observed that the rhetorical arrangement was laced with facts. RECOWACERAO NEWS crew analyzed the homily and came up with the notion that it was historical in nature as it gave an honest description of the sordid state of the Nigerian nation. Simply put, Bishop Kukah nailed it in a very unusual fearlessness. He began:

  1. We have gathered around the remains of Michael in supplication but also as solemn witnesses to the penetrating darkness that hovers over our country. I have the rare honour of being considered the principal mourner in this ugly tragedy. It is not an honour that I am worthy of receiving. The honour belongs to God Almighty who created Michael and marked out this moment and pathway for him. The greater honour goes to his immediate family whose devotion as Catholics laid the foundation for his faith and vocation. To his grandmother, Mrs Eunice Nwokocha, a most simple, beautiful and devout Catholic woman whose devotion and dedication saw Michael and his siblings, Chukwuebuka, Francis, Augustine and Raphael brought up in all the fine principles and disciplines of the Catholic faith.
  2. The way that Mama and her grandchildren handled this family tragedy has shown clearly the depth of their faith. I got to know Mama only after the sudden death of her daughter, Caroline, who had been a devoted Lector in our Cathedral. On the day we learnt that Michael and the other Seminarians were kidnapped, breaking the news to Mama and the children was not an easy task. She took the news with equanimity and we focused on praying for their release. She and the grandchildren lived through the torments of the brutal, harsh and senseless haranguing of the kidnappers who are totally empty of any show of human emotions.
  3. When the worst finally happened, breaking the news to her and the grandchildren proved to be one of the most emotionally challenging moments for me. She had called me three days earlier to say that the kidnappers had told her that they had killed Michael. I dismissed it by telling her that first, I had discouraged her from taking their calls, and secondly that this was part of the psychological warfare by these evil men. On Wednesday 29th, Peter Paul, the brave young man who had served as the main negotiator with the kidnappers, had already told us that they had gone to the village where the kidnappers said they had dumped the bodies of both Michael and Mrs Ataga but found no corpses. This was the thread of consolation we held on to as a means of solace that Michael was still alive.
  4. When we concluded the negotiations with the kidnappers on Thursday evening, I was in the Seminary to receive the three Seminarians and, although we received only two, I was still confident that Michael was still alive. We were simply going to sit and wait out for the next call and the agonizing round of negotiations again. I left for Abuja that same evening to continue my trip to Sokoto the next day. It was on my way to the airport to catch a flight back to Sokoto on that Saturday morning that Fr Daboh called to tell me that the corpse of Mrs Ataga had been found and that there was a second unidentified corpse which they were being asked to come and identify if it was Michael. My heart sank.
  5. After the call, I switched off my phone in denial but hoping for some reprieve to enable me to board my flight with some sanity. I arrived Sokoto and refused to switch on my phone for some time. When I finally did, I refused to read the text messages, but then, Fr Habila’s call came through at about 1pm with the news that, sadly, they had identified the corpse as that of Michael. I did not know where to start and how to break the news to Mama. Happily, two of our senior Parishioners, Sir Julius Dike and Mathews Otalike, were on hand and I summoned them to my house. It took us the better part of seven hours to negotiate how to break the news because, first, Mama was in the market and I felt she should at least finish the day’s business in peace. Finally breaking the news opened a different chapter in this ugly, painful but memorable tragedy. Like the death of Lazarus, it would become clear to me that Michael’s death would bring glory to God.
  6. Later that evening as I sat down to try and console Mama, she looked up at me and said tearfully, “My Lord, you said Michael was still alive. Is he really dead?” Before I could say anything, she provided a moving answer: “My Lord, but Michael entered Seminary with all his heart and body, all”, she said with finality. From that evening, I watched her regain her composure and right up to Saturday, the evening before I left Sokoto, she had become a consoler and an inspiration to others.
  7. The depth and impact of this tragedy belong first, to the three surviving colleagues of Michael, the entire Seminary community led by the Rector, Fr. Habila Daboh, his team of formators and the entire family of Good Shepherd Seminary. All have lived through almost two months of trauma, agony, pain, and despair. They have been held together by the glue of deep faith, hope, and family solidarity. I commend all the Formators for standing together and guiding the Seminarians through this dark tunnel of emotional pain in the days that turned to weeks, and weeks that turned to months. The entire Catholic community in the Province, led by our Metropolitan, Archbishop Matthew Ndagoso, all shared in this burden. His Grace and the Rector will both speak to us at the end of the Mass.
  8. The third layer of pain has been borne by the entire country and the Catholic world. The national and international reactions to the death of this young man have made me step back and ask what message God has for our country. Michael is the first Seminarian to carry the mark of this brutality and wickedness. Priests have died in the hands of these wicked human beings. Michael was only a Seminarian in his first year of training. I had seen him in his cassock which he wore in my presence, not with pride but with dignity. Why would the tragic death of a young man such as him elicit such an unprecedented level of emotions here and around the world?
  9. Maria Lozano, a staff of the Aid to the Church In Need, an organization dedicated to the cause of the persecution of Christians around the world, called me frantically immediately after the news of the kidnapping of the Seminarians went out. The next day, she sent me an emotional voice message to say that she heard that Michael was an orphan and that since the kidnappers will be looking for money might his life be in danger if they realize that he is an orphan? Could she mobilize especially mothers to become parents for him, to keep him and others in their hearts and to continue to pray for him? Maria remained with us emotionally and requested information about the burial.
  10. When the Archbishop approved the date of the burial, I passed the information to her immediately. By the next day, February 5th, she sent me a message to say that when she asked people around the world to light a candle for Michael on the date of his burial, 2, 436 persons from Afghanistan, Pakistan, United States of America, Mexico, Venezuela, Colombia, Madagascar, South Africa, Congo, Mali, Spain, Turkey, Saudi Arabia responded. Germany alone had a total of 3,305 persons in a matter of hours. In light of this, I wondered, who are we to mourn? Who are we to refuse this crown of honor and glory? We ceased to mourn for Michael thereon.
  11. Your Grace, my brother Bishops, Rev Fathers, Rev. Sisters, and all the good people of God, I, therefore, bring you only greetings and praise to God from all of us in Sokoto Diocese. This is a solemn moment for the body of Christ. This is for us the moment of decision. This is the moment that separates darkness from light, good from evil. Our nation is like a ship stranded on the high seas, rudderless and with broken navigational aids. Today, our years of hypocrisy, duplicity, fabricated integrity, false piety, empty morality, fraud, and Pharisaism have caught up with us. Nigeria is on the crossroads and its future hangs precariously in a balance. This is a wakeup call for us. As St. Paul reminds us; The night is far spent, and the day is at hand. Therefore, let us cast away the works of darkness and put on the armor of light (Rom. 13:12). It is time to confront and dispel the clouds of evil that hover over us.
  12. Nigeria is at a point where we must call for a verdict. There must be something that a man, nay, a nation should be ready to die for. Sadly, or even tragically, today, Nigeria, does not possess that set of goals or values for which any sane citizen is prepared to die for her. Perhaps, I should correct myself and say that the average officeholder is ready to die to protect his office but not for the nation that has given him or her that office. The Yorubas say that if it takes you 25 years to practice madness, how much time would you have to put it into real life? We have practiced madness for too long. Our attempt to build a nation has become like the agony of Sisyphus who angered the gods and had to endure the frustration of rolling a stone up the mountain. Each time he got near the top, the gods would tip the stone back and he would go back to start all over again. What has befallen our nation?
  13. Nigeria needs to pause for a moment and think. No one is more than the President of Nigeria, Major General Muhammadu Buhari who was voted for in 2015 on the grounds of his own promises to rout Boko Haram and place the country on an even keel. In an address at the prestigious Policy Think Tank, Chatham House in London, just before the elections, Major General Buhari told his audience: “I as a retired General and a former Head of State have always known about our soldiers. They are capable and they are well trained, patriotic, brave and always ready to do their duty. If am elected President, the world will have no reason to worry about Nigeria. Nigeria will return to its stabilizing role in West Africa. We will pay sufficient attention to the welfare of our soldiers in and out of service. We will develop adequate and modern arms and ammunition. We will improve intelligence gathering and border patrols to choke Boko Haram’s financial and equipment channels. We will be tough on terrorism and tough on its root causes by initiating a comprehensive economic development and promoting infrastructural development…we will always act on time and not allow problems to irresponsibly fester. And I, Muhammadu Buhari, will always lead from the front.”
  14. There is no need to make any further comments on this claim. No one in that hall or anywhere in Nigeria doubted the President who ran his campaign on a tank supposedly full of the fuel of integrity and moral probity. No one could have imagined that in winning the Presidency, General Buhari would bring nepotism and clannishness into the military and the ancillary Security Agencies, that his government would be marked by supremacist and divisive policies that would push our country to the brink. This President has displayed the greatest degree of insensitivity in managing our country’s rich diversity. He has subordinated the larger interests of the country to the hegemonic interests of his co-religionists and clansmen and women. The impression created now is that, to hold a key and strategic position in Nigeria today, it is more important to be a northern Muslim than a Nigerian.
  15. Today, in Nigeria, the noble religion of Islam has convulsed. It has become associated with some of worst fears among our people. Muslim scholars, traditional rulers and intellectuals have continued to cry out helplessly, asking for their religion and region to be freed from this chokehold. This is because, in all of this, neither Islam nor the north can identify any real benefits from these years that have been consumed by the locusts that this government has unleashed on our country. The Fulani, his innocent kinsmen, have become the subject of opprobrium, ridicule, defamation, calumny and obloquy. His north has become one large graveyard, a valley of dry bones, the nastiest and the most brutish part of our dear country.
  16. Why have the gods rejected this offering? Despite running the most nepotistic and narcissistic government in known history, there are no answers to the millions of young children on the streets in northern Nigeria, the north still has the worst indices of poverty, insecurity, stunting, squalor and destitution. His Eminence, the Sultan of Sokoto, and the Emir of Kano are the two most powerful traditional and moral leaders in Islam today. None of them is happy and they have said so loud and clear. The Sultan recently lamented the tragic consequences of power being in the wrong hands. Every day, Muslim clerics are posting tales of lamentation about their fate. Now, the Northern Elders, who in 2015 believed that General Buhari had come to redeem the north have now turned against the President.
  17. We are being told that this situation has nothing to do with Religion. Really? It is what happens when politicians use religion to extend the frontiers of their ambition and power. Are we to believe that simply because Boko Haram kills Muslims too, they wear no religious garb? Are we to deny the evidence before us, of kidnappers separating Muslims from infidels or compelling Christians to convert or die? If your son steals from me, do you solve the problem by saying he also steals from you? Again, the Sultan got it right: let the northern political elite who have surrendered the space claim it back immediately.
  18. The persecution of Christians in northern Nigeria is as old as the modern Nigerian state. Their experiences and fears of northern, Islamic domination are documented in the Willinks Commission Report way back in 1956. It was also the reason why they formed a political platform called, the Non-Muslim League. All of us must confess in all honesty that in the years that have passed, the northern Muslim elite has not developed a moral basis for adequate power-sharing with their Christian co-regionalists. We deny at our own expense. By denying Christians lands for places of worship across most of the northern states, ignoring the systematic destruction of churches all these years, denying Christians adequate recruitment, representation, and promotions in the State civil services, denying their indigenous children scholarships, marrying Christian women or converting Christians while threatening Muslim women and prospective converts with death, they make building a harmonious community impossible. Nation-building cannot happen without adequate representation and a deliberate effort at creating for all members a sense, a feeling, of belonging, and freedom to make their contributions. This is the window that the killers of Boko Haram have exploited and turned into a door to death. It is why killing Christians and destroying Christianity is seen as one of their key missions.
  19. On our part, I believe that this is a defining moment for Christians and Christianity in Nigeria. We Christians must be honest enough to accept that we have taken so much for granted and made so much sacrifice in the name of nation-building. We accepted President Buhari when he came with General Idiagbon, two Muslims and two northerners. We accepted Abiola and Kingibe, thinking that we had crossed the path of religion, but we were grossly mistaken. When Jonathan became President, and Senator David Mark remained Senate President while Patricia Ette was chosen by the South West became a Speaker. The Muslim members revolted and forced her resignation with lies and forgery. The same House would shamelessly say that they had no records of her indictment. Today, we are living with a Senate whose entire leadership is in the hands of Muslims. Christians have continued to support them. For how long shall we continue on this road with different ambitions? Christians must rise up and defend their faith with all the moral weapons they have. We must become more robust in presenting the values of Christianity especially our message of love and non-violence to a violent society. Among the wolves of the world, we must become more politically alert, wise as the serpent and humble as the dove (Mt. 10:16).
  20. Every Religion has the seeds of its own redemption or destruction. It is a choice between Caesar and God. We cannot borrow the crown of Caesar without consequences. The boundaries between faith and reason are delicate but they are fundamental to how a society builds a moral code. Faith without reason breeds the fanatic, the demagogue who genuinely but wrongly believes that he has heard the voice of a god ordering him to kill another. Reason without faith produces the ideologues who will also kill because the ideology of the state orders him to do so. Societies can only survive when a Constitutional basis has been established to create a balance between both extremes and to place our common humanity at the centre of every pursuit.
  21. My dear brothers and sisters, Anger, the quest for Vengeance, are a legitimate inheritance of the condition of unredeemed human being. Both have appeal. Through Violence, you can murder the murderer, but you cannot murder Murder. Through violence, you can kill the Liar, but you cannot kill Lies or install truth. Through Violence, you can murder the Terrorist, but you cannot end Terrorism. Through Violence, you can murder the Violent, but you cannot end Violence. Through Violence, you can murder the Hater, but you cannot end Hatred. Unredeemed man sees vengeance as power, strength and the best means to teach the offender a lesson. These are the ways of the flesh.
  22. Christianity parts ways with other Religions when it comes to what to do with the enemy. Here, we must admit, Christianity stands alone. This is the challenge for us as Christians. Others believe in an eye for an eye, a tooth for a tooth, or that one can take either blood money or make some form of reparation one way or the other. However, for us Christians, Jesus stands right in the middle with a message that is the opposite of all that is sensible to us as human beings. Put back your sword (Mt. 26: 52). Turn the other cheek (Mt. 5:38). Pray for your enemy (Mt. 5: 44). Give the thief your cloak (Lk. 6:29). None of these makes sense to the human mind without faith. This is why Jesus said the only solution is for us to be born again (Jn. 3:3). The challenge before us is to behold the face of Jesus and ask the question, Are we Born against hatred, anger, violence and vengeance?
  23. There is hope, my dear friends. Are we angry? Yes, we are. Are we sad? Of course, we are. Are we tempted to vengeance? Indeed, we are. Do we feel betrayed? You bet. Do we know what to do? Definitely. Do we know when to do it? Why not? Do we know how? Absolutely. Are we in a war? Yes. But what would Christ have us do? The only way He has pointed out to us is the non-violent way. It is the road less travelled, but it is the only way.
  24. How and why does God choose these young persons as our models? Leah Sharibu and now Michael, all teenagers when they confronted evil and became martyrs. In a recent report in Daily Trust on February 2, 2020, I read the story of one of the Dapchi girls and their incredible show of bravery in the face of fire. They were asked by their ferocious captors to point out the Christians among them or they would all face death. In response, they said in unison that they were all Muslims. Then, she continued, “when they intensified their threat to kill us, Leah stood up and said that she was a Christian. She said they could go ahead and kill her instead of killing all of us. So, they separated her from us…before we were rescued, they told us that if Leah would convert to Islam, they would free us, so we tried as much as possible to convince her but she refused to say she would never renounce her religion for fear of death.”
  25. We have no evidence of what transpired between Michael and his killers. However, for us Christians, this death is a metaphor for the fate of all Christians in Nigeria but especially northern Nigeria. For us Christians, it would seem safe to say that we are all marked men and women today. Yet, we must be ready to be washed in the blood of the lamb. The testimony of the Dapchi girl above suggests that our country has a future, a future based on the innocence of our youth who have seen beyond religion. Leah Sharibu is a martyr for the faith and so is Michael. St Paul has already said it well: We carry this treasure in vessels of clay so that all this surpassing power may not be seen as ours but as God’s. Trials of every sort come our way, but we are not discouraged. We are left without answers but we do not despair, persecuted but not abandoned, knocked down but not crushed. At any moment, we carry in our person, the death of Jesus, so that in life, Jesus may also be manifested in us (2 Cor. 4: 7-10).
  26. Finally, we praise and thank God that Pius, Peter, and Stephen are alive and will continue to bear earthly testimony of this horror. May God help them to heal. We join the family of Michael in their act of forgiveness while calling on God to give these killers their own road to Damascus experience deep in the forests and highways. For now, we in Sokoto are at peace and feel mightily honored that we have been chosen for this task of being called upon to walk the footsteps of the passion of Jesus Christ. We know that the Lord’s burden is never heavy. We are humbled but not bowed. Although we are only a little flock, we are pleased to offer from the little we have to the Master. Like the owner of the donkey on which Jesus rode to Jerusalem, we are asking no question because the Master has asked for Michael (Lk. 19:31). Like the Galileans (Lk. 13:1), we surrender the blood of Michael to the vicious Herods of today but we know we will one day rise to a new life. The choice of our son Michael as a Simon of Cyrene is a remarkable gift that we must embrace with both hands. We feel as if our son has been chosen to represent us in the national team of martyrs. Without fear, we will complete the journey he started because his memory will give us strength.

 

  1. We know that Michael’s strength will inspire an army of young people to follow in his steps. We will march on with the cross of Christ entrusted to us, not in agony or pain, because our salvation lies in your cross. We have no vengeance or bitterness in our hearts. We have no drop of sorrow inside us. We are honored that our son has been summoned to receive the crown of martyrdom at the infancy of his journey to the priesthood. We are grateful that even before he could ascend the earthly altar, Jesus the high priest, called Him to stand by His angels. He was a priest by desire but he is concelebrating the fullness of the priesthood beside His Master. He was lifted up even before his hands could lift up the sacred chalice. May the Lord place him beside His bosom and may he intercede for us. If his blood can bring healing to our nation, then his murderers will never have the final say. May God give him eternal peace.

 

 

 

 

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top