• December 15, 2019
0 Comments

print
Après l’attaque de dimanche contre une église protestante au Burkina Faso qui a coûté la vie à 14 personnes et plusieurs autres blessés, l’Église catholique de la nation ouest africaine a exprimé sa proximité avec les victimes de l’attaque et leurs familles, priant pour une paix durable dans le pays .
«C’est avec une profonde tristesse que l’Église catholique a appris la mort de quatorze fidèles protestants, dont des” enfants “, qui ont été tués le dimanche 1er décembre 2019 lors d’une attaque contre leur lieu de culte à Hantoukoura, concile de Foutouri, un service religieux », le chargé de communication de la Conférence épiscopale du Burkina Faso et du Niger, le p. Paul Dah a déclaré dans un communiqué envoyé à ACI Africa le lundi 2 décembre.
«Profondément attristée par cet incident malheureux, l’Église s’associe à la peine de la Fédération des églises et des missions évangéliques du Burkina Faso. Elle lui adresse ses sincères condoléances et sa communion de prière pour le repos de l’âme des défunts et le réconfort de tous ceux qui se sentent lésés par ces tueries ». Dah a déclaré.
Dans cette déclaration, le religieux burkinabé a exprimé l’espoir que la saison de l’Avent vienne juste de commencer offrira à la population du Burkina Faso «l’occasion de construire la paix ensemble dans notre pays, dans notre sous-région et dans le monde».
Selon une déclaration du gouverneur de la région de Fada N’Gourma, à l’est du lieu de l’attaque, «une douzaine d’individus lourdement armés, sur des motos, exécutés de sang-froid, y compris le pasteur de l’église et des enfants; plusieurs personnes ont été blessées, certaines gravement.
L’attaque du 1er décembre est la cinquième d’une série d’attaques perpétrées contre des lieux de culte chrétiens depuis avril dernier. Le 28 avril, des groupes terroristes armés ont pris d’assaut une église protestante à Silgadji, dans la province septentrionale de Soum, tuant le pasteur, deux de ses fils et trois disciples.
Deux semaines plus tard, le 12 mai, un prêtre du diocèse de Kaya et cinq chrétiens ont été tués par des terroristes dans l’église de Dablo, toujours au nord du pays.
Le 13 mai, alors que se déroulaient les funérailles du prêtre et des cinq fidèles assassinés la veille, quatre autres fidèles ont été assassinés au cours de la procession mariale à la paroisse Notre-Dame du Lac, dans le diocèse voisin de Ouahigouya, dans la province. de Bam.
Le 26 mai, des djihadistes ont attaqué l’église catholique de Toulfé, dans la province de Loroum, dans le nord du Burkina Faso, faisant quatre morts.
Alors qu’un missionnaire salésien d’origine espagnole, le père César Fernandez a été tué dans le centre du Burkina Faso le 15 février, un prêtre de Djibo dans le nord, le père Joël Yougbaré, enlevé par des individus armés en mars, a disparu.
Selon des informations, au moins 700 personnes sont mortes des suites d’attaques terroristes au Burkina Faso depuis 2015, tandis que plus de 500 000 personnes ont fui leur foyer dans le nord et l’est du pays en raison d’attaques répétées. Répondant à l’attaque de dimanche, les forces de défense et de sécurité du Burkina Faso ont lancé une opération visant à apporter une aide aux personnes blessées et à sécuriser la zone, le gouvernement exhortant la population à “être vigilante”, tout en rassurant le pays. Engagement des agences de sécurité à instaurer la paix dans ce pays sans littoral ouest-africain.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXFROM THE COMMUNICATION OFFICE OF RECOWA-CERAO

Following the Sunday attack on a Protestant church in Burkina Faso that left 14 people dead and several others injured, the Catholic Church in the West African nation has expressed its closeness with the victims of the attack and their families, praying for lasting peace in the country.
“It is with deep sadness that the Catholic Church learned of the death of fourteen Protestant worshippers, including “children”, who were killed on Sunday, December 1, 2019, during an attack on their place of worship in Hantoukoura, Foutouri Council, during a religious service,” the Communication officer for the Bishops’ Conference of Burkina Faso and Niger Fr. Paul Dah said in a statement sent to ACI Africa Monday, December 2.
“Deeply saddened by this unfortunate incident, the Church associates herself with the sorrow of the Federation of Evangelical Churches and Missions of Burkina Faso. She sends her sincere condolences and her communion of prayer for the repose of the soul of the deceased faithful and the comfort of all those who are aggrieved by these killings,” Fr. Dah stated.
In the statement, the Burkinabe cleric expressed the hope that the just started Advent season will offer the people of Burkina Faso “the opportunity to build peace together in our country, in our sub-region and in the world.”
According to a statement from the governor of the Fada N’Gourma region in the east where the attack occurred, “a dozen heavily armed individuals, on motorcycles, executed in cold blood Christians, including the pastor of the church and children; several people were injured, some of them seriously.”
The December 1 attack is the fifth in a series of attacks on Christian places of worship since April this year. On April 28, armed terrorists groups stormed a Protestant church in Silgadji, in the northern province of Soum, killing the pastor, two of his sons and three followers.
Two weeks later, on May 12, a priest from the diocese of Kaya and five Christians were killed by terrorists in the church of Dablo, still in the north of the country.
On May 13, while the funerals of the priest and the five faithful murdered the previous day were being held, four other faithful were killed during the Marian procession at the parish of Notre-Dame du Lac in the neighboring diocese of Ouahigouya, in the province of Bam.
On May 26, jihadists attacked the Catholic Church of Toulfé, in Loroum province in northern Burkina Faso, killing four people.
While a Salesian missionary of Spamish origin Fr César Fernandez was killed in central Burkina Faso on February 15, a priest from Djibo in the north, Fr Joël Yougbaré, who was kidnapped by armed individuals in March has been missing.
According to reports, at least 700 people have died in terrorism-related attacks in Burkina faso since 2015, while more than 500,000 people have fled their homes in the North and East due to repeated attacks. Responding to the Sunday attack, the Defense and Security Forces in Burkina Faso launched an operation to bring aid to those injured and to secure the area with the government calling on the population “to be vigilant”, at the same time reassuring the country of the security agencies’ commitment to bringing peace to the West African landlocked country.

EnglishFrançaisPortuguês
Back to top