• July 10, 2020
0 Comments

print

Les évêques catholiques de toute l’Afrique ont été chargés par le conseil présidentiel de RECOWACERAO de lutter pour la paix dans leurs différents pays. Prenant acte de cet appel du clairon, la RECOWACERAO NEWS AGENCY a noté que les évêques du Ghana ont immédiatement relevé ce défi. Cela a été rendu visible dans leur pastorale du Carême 2020 qui se lisait comme suit:

L’encouragement de la paix et le rejet de la «haine, de la colère, de l’amertume, des querelles et des tueries» sont les principaux faits saillants de la Lettre pastorale de carême des évêques catholiques du Ghana, écrite dans le contexte des élections générales du pays qui doivent avoir lieu le 7 décembre. .

«Alors que nous (Ghanéens) allons aux urnes cette année, laissons tous travailler plus que jamais pour mettre de côté nos épées de haine, de colère, d’amertume, de querelles et de meurtres, et nous tendre la main en paix», lit une partie de la Pastorale Lettre de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC).

“Aujourd’hui, l’épée peut prendre la forme d’inscriptions multiples, de votes multiples, de vigilance, d’hommes” machos “qui intimident et volent les urnes, utilisent les médias numériques pour écrire et propager des choses dommageables”, ont déclaré les évêques dans leur collectif du 24 février. Message de carême signé par le président du GCBC, l’archevêque Philip Naameh.

Écrit sous le thème «Nous vous implorons au nom du Christ, réconciliez-vous avec Dieu (2 Co 5, 20)», les prélats qui représentent les 20 épiscopaux de la nation ouest-africaine ont appelé tous les électeurs chrétiens éligibles à exercer leur les responsabilités civiques lors des prochaines élections présidentielles et législatives, en disant: «Sur les traces de Jésus qui n’a pas fui ses devoirs civils, tous les chrétiens devraient participer activement aux élections».

«Nous devons exercer notre franchise consciencieusement pendant les élections pour garantir un meilleur pays pour demain», ont déclaré les évêques dans la lettre pastorale de cinq pages vue par ACI Africa et ajouté: «Nous devons éviter le syndrome d’achat de votes et voter selon notre conscience. ”

Le 7 décembre, les Ghanéens iront aux urnes pour élire un nouveau président et 275 parlementaires. Alors que les partis politiques commencent à faire campagne, plusieurs organisations de la société civile ont appelé à des élections libres et équitables.

L’élection présidentielle devrait être une course serrée entre les deux principaux candidats, le président sortant Nana Akufo-Addo du Nouveau Parti patriotique (NPP) et le principal candidat de l’opposition, John Dramani Mahama du Congrès national démocratique (NDC).

Si aucun candidat n’obtient la majorité, une élection de second tour impliquant les deux candidats avec le plus grand pourcentage de votes valides aura lieu.

Alors que le NDC a statué de 1993 à 2000, de 2009 à 2016, le NPP a statué de 2001 à 2008 et de 2017 à 2020.

S’adressant au président du pays et aux agences de sécurité, les évêques leur ont appelé “à fournir l’environnement nécessaire et propice, sans peur, intimidation et hooliganisme”.

“Quand les gens ne sont pas sûrs de leur sécurité, ils ne risquent pas leur vie pour voter”, ont averti les évêques dans leur message collectif.

«Chaque vie humaine est sacro-sainte et doit être protégée», ont souligné et affirmé les prélats. «Il est du devoir de tous les Ghanéens de travailler dur pour maintenir le caractère sacré de la vie humaine avant, pendant et après les prochaines élections. Les agences de sécurité devraient être au top de la situation en faisant preuve de tact et de pratique pour éviter l’insécurité électorale. »

Les prélats ouest-africains ont également appelé la Commission électorale (CE) “à rester un arbitre impartial afin de restaurer la confiance dans le système électoral”.

“Ce ne devrait pas être le cas de celui qui paie le cornemuseur”, ont averti les dirigeants de l’Église.

Les évêques ont ajouté: «Il (CE) est invité à organiser des élections libres, équitables et transparentes. Tous les partis politiques doivent bénéficier de conditions équitables et équitables pour participer aux prochaines élections. »

Dans la lettre pastorale, les prélats ont également appelé tous les partis politiques et leurs membres «à soutenir et à respecter l’indépendance et les verdicts de la Commission électorale» et en même temps ont encouragé toutes les parties prenantes «à continuer à utiliser le Comité consultatif interpartis (IPAC) pour engager les CE sur leurs griefs. »

Reconnaissant le rôle important que la technologie numérique devrait jouer dans l’élection, les prélats ont appelé les 28,83 millions de Ghanéens à utiliser les médias sociaux, Internet, les téléphones portables, etc., «de manière plus positive et meilleure», mettant en garde: «Ces les appareils ne doivent pas être utilisés pour alimenter des discours haineux et violents. »

Les évêques ont ajouté: «La violence est l’antithèse de la paix et elle est fière de son épée. Jésus nous dit: car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée (Matt 26:52). »

S’adressant aux chrétiens au début de la saison du Carême le mercredi des cendres, le 26 février, les bergers ont lancé un appel: “Ayez confiance en la compassion, l’amour et la miséricorde de Dieu pour nous et de son action remarquable continue dans notre monde.”

“Que chacun de nous fasse de la saison pénitentielle de cette année un voyage unique de quarante jours avec Jésus”, ont imploré les évêques catholiques du Ghana.

xxxxxxxxxxxxxx

Catholics bishops all over Africa have been charged by the RECOWACERAO presidential council to fight for peace in their various countries. Harkening to this clarion call, RECOWACERAO NEWS AGENCY noted that the bishops in Ghana have immediately taken up this challenge. This was made visible in their 2020 Lenten pastoral which read:

The nurturing of peace and the shunning of “hatred, anger, bitterness, quarrels and killings” are key highlights in the Lenten Pastoral Letter of the Catholic Bishops in Ghana, written in the context of the country’s general elections slated to take place on December 7.

“As we (Ghanaians) go to the polls this year, let all work harder than ever to shelve our swords of hatred, anger, bitterness, quarrels, and killings, and reach out to each other in peace,” reads part of the Pastoral Letter by the Ghana Catholic Bishops’ Conference (GCBC).

“Today, the sword can take the form of multiple registration, multiple voting, vigilantism, “macho” men who intimidate and steal ballot boxes, using the digital media to write and propagate damaging things,” the Bishops have stated in their February 24 collective Lenten message signed by GCBC President, Archbishop Philip Naameh.

Written under the theme, “We implore you on behalf of Christ, be reconciled with God (2 Cor 5:20),” the Prelates who represent the 20 Episcopal Sees in the West African nation have called on all Christian eligible voters to exercise their civic responsibilities in the forthcoming presidential and parliamentary elections, saying “Following the footsteps of Jesus who did not shun his civil duties, all Christians should actively participate in the elections.”

“We need to exercise our franchise conscientiously during the elections to secure a better country for tomorrow,” the Bishops have stated in the five-page pastoral letter seen by ACI Africa and added, “We need to eschew the vote-buying syndrome and vote according to our conscience.”

On December 7, Ghanaians will go to the polls to elect a new President and 275 parliamentarians. As political parties begin to campaign, there have been several calls from civil society organizations for free and fair elections.

The presidential election is expected to be a tight race between the two main contenders, incumbent Nana Akufo-Addo of the New Patriotic Party (NPP) and the main opposition candidate, John Dramani Mahama of the National Democratic Congress (NDC).

If no candidate obtains a majority, a runoff election involving the two candidates with the largest percentage of valid votes will be held.

While the NDC ruled from 1993 to 2000, 2009 to 2016, the NPP ruled from 2001 to 2008 and from 2017 to 2020.

Addressing themselves to the country’s President and the security agencies, the Bishops appealed to them “to provide the necessary and conducive environment devoid of fear, intimidation and hooliganism.”

“When people are not sure of their safety, they will not risk their lives to vote,” the Bishops have cautioned in their collective message.

“Every human life is sacrosanct and needs to be protected,” the Prelates stressed and affirmed, “It is the duty of all Ghanaians to work hard to uphold the sanctity of human life before, during and after the forthcoming elections. The security agencies should be on top of the situation by being tactful and practical to prevent electoral insecurity.”

The West African Prelates also called on the Electoral Commission (EC) “to remain an unbiased umpire in order to restore confidence in the electoral system.”

“It should not be the case of he who pays the piper calls the tune,” the Church leaders cautioned.

The Bishops added, “It (EC) is urged to conduct free, fair and transparent elections. All the political parties are to be given a fair and level playing ground to contest the upcoming elections.”

In the pastoral letter, the Prelates also appealed to all political parties and their members “to support and respect the independence and verdicts of the Electoral Commission” and at the same time encouraged all the stakeholders “to continue to use the Inter-Party Advisory Committee (IPAC) sessions to engage the EC on their grievances.”

Recognizing the significant role that digital technology is expected to play in the election, the Prelates have called on the 28.83 million Ghanaians to use social media, Internet, mobile phones, etc., “in a more positive and better way” cautioning, “These devices are not to be used to fuel hate and violent speeches.”

The Bishops added, “Violence is the antithesis of peace and it prides itself on the sword. Jesus tells us: for all who take the sword will perish by the sword (Matt 26:52).”

Addressing themselves to Christians at the start of the Lenten season on Ash Wednesday, February 26, the Shepherds have appealed, “Be confident in God’s compassion, love and mercy for us and His continued remarkable action in our world.”

“Let each one of us make this year’s penitential season a unique forty-day journey with Jesus,” the Catholic Bishops in Ghana have implored.

Rev. Fr. George Nwachukwu

Author

info@recowacerao.org
RECOWACERAO NEWS AGENCY (RECONA) a été créé par le Révérend Père George Nwachukwu, le directeur de la communication de RECOWA-CERAO. Il s'agit d'une agence de presse catholique internationale uniquement au service de l'Église dans la sous-région ouest-africaine. Ce moyen médiatique attaché au bureau de RECOWACERAO a pour objectif de raconter l'histoire de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique de tous les événements pertinents sur le continent africain, en donnant de la visibilité à la Conférence épiscopale ouest-africaine, aux activités de l'Église à travers l'Afrique, à la Cité du Vatican et le monde en général.
EnglishFrançaisPortuguês
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Instagram
Back to top